AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Second de l'alliance du sacré ( PV Aedoth Thunderwall ) ( Etat : Terminé )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Neliyan Thunderwall

avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 18/09/2014
Age : 28
Localisation : Devant l'écran

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Le Second de l'alliance du sacré ( PV Aedoth Thunderwall ) ( Etat : Terminé )   Mar 16 Juin - 3:22

Nous sommes désormais devant la résidence des Thunderwall, alors que je m'apprêtais a frappé à la porte Aedoth m'arrêta et me dit :

-Vous parlez, je suppose, de mon père ? Permettez-moi d’ouvrir à ma guise.

Je fut sans voix a ce moment là car Aedoth avait même utilisé ses connaissances pour protéger ceux qui lui sont chères ce qui m’impressionna et m’émouvait en même temps, il lança alors un éclair en direction de la porte et celle-ci s'ouvrit sur un hall immense avec quelques meubles et des éléments de décoration qui menais jusqu'à la salle a manger le bois de ces meubles était ornés de gemme couleur cyan. C'est alors qu'Aedoth me dit :

-Un système que j’ai créé moi-même. A partir de gemmes enchantées par ma foudre, j’ai fait un système de verrouillage de ma porte, déblocable seulement par un Thunderwall. Mais mon père attend sûrement, comme vous le dites.

- Je suis impressionné par tant d'ingéniosité tu n'est pas un Thunderwall pour rien Aedoth et je ne regrette pas mon choix de te prendre comme second.

Nous traversons donc le hall principal en direction de la salle a manger ou son père l'attend, une fois dedans une grande table en chêne avec des chandeliers au centre de celle-ci éclaire légèrement la pièce. Un peu plus loin on pouvait apercevoir un forme draconique poser sur un tapis qui bordait la table, il s'agissait du père d'Aedoth Aerth Thunderwall. Je connaissais son nom par son dossier familliale mais je pu voir que celui-ci avait preseque le même physique qu'Aedoth mais avec la patte bleu en moins remplacé par une patte jaune et une queue finissant par un éclair. Son visage semblait plus rond que celui de son fils et ses cornes était identiques. Aedoth saluat donc son père et celui-ci lui répondit calmement et avec une joie qui venait du coeur que je pouvais sentir dans ses paroles.

-Bonjour, père.

-Salutations, mon fils, qui est ce dragon à tes côtés ?

Alors qu'Aedoth s'apprêtait a fermer les portes de la salle à manger, je m'inclina la ou je fut et répondit avec diplomatie et un langage simple mais sérieux :

- Salutation a vous Monsieur Thunderwall, je me nomme Spyro le dragon de légende dirigeant notre belle cité. Je suis enchanté et honoré de faire connaissance. Je me joins a votre fils pour vous dire une nouvelle, mais cette nouvelle des plus importante sera annoncé par les propres mots de votre enfant Aedoth.

Je me releva et me tourna vers Aedoth et lui dit :

- Je te laisse cette honneur Aedoth, je ne peut pas me permettre de l'annoncer à ta place.

J'écouta alors l'annonce d'Aedoth qui expliqua à son père qu'il était devenu maintenant mon second pour m'aider à diriger l'alliance, et attendit la réaction de son paternelle pour expliquer la situation.


Dernière édition par Spyro le Mar 11 Aoû - 15:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spyrolair.forumsrpg.com
Aedoth Thunderwall

avatar

Messages : 443
Date d'inscription : 12/05/2015
Age : 20

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Le Second de l'alliance du sacré ( PV Aedoth Thunderwall ) ( Etat : Terminé )   Mar 16 Juin - 15:55

En revenant à côté du chef de l’Alliance du Sacré, Aedoth se sentait honteux pour son père. Certainement n’avait-il pas reconnu les écailles singulières du dragon violet au premier abord, mais il trouvait audacieux de demander au héros Spyro qui il était. Il ne dit pourtant rien, comprenant que son père se rattraperait, comme il le fait toujours.
 
-Salutations à vous, entama Spyro sur une voix qui montrait son sérieux, monsieur Thunderwall. Je me nomme Spyro, le dragon de légende dirigeant notre belle cité. Je suis enchanté et honoré de faire connaissance. Je me joins à votre fils pour vous dire une nouvelle, mais cette nouvelle dès plus importante sera annoncée par les propres mots de votre enfant Aedoth.
-Spy… débuta Aedoth.
-Ah oui ? Posa avec un ton intrigué le père du dragon de foudre. Eh bien ! Je suis impatient de savoir ce que mon fils veut m’annoncer aux côtés du héros. A ce propos, je m’excuse de ne pas vous avoir reconnu. L’éclairage ne m’avait pas montré vos écailles mauves. C’est un honneur de vous accueillir ici !
 
Aedoth ne put s’empêcher de faire une grimace nerveuse. Il avait senti dans les premiers propos beaucoup d’ironie et de sarcasme qui ne plaisait pas du tout au dragon de foudre, trouvant ça encore plus irrespectueux devant une telle figure telle que Spyro. Ce dernier ne comprenait pas dans quel embarras il mettait Aedoth. Il se retourna vers le Thunderwall.
 
-Je te laisse cet honneur, Aedoth. Je ne peux pas me permettre de l’annoncer à ta place.
 
Aedoth regarda son père qui faisait de même. Cette minuscule interaction avait suffi, et un discours ne semblait pas utile ici.
 
-Père, démarra Aedoth sur un ton solennel. Il ne pouvait plus reculer désormais, Spyro m’a aujourd’hui proposé de devenir son second dans l’Alliance de Sacré. J’aurais ainsi probablement des tâches administratives plus importantes. Je dois encore discuter de certains points avec lui pour tout mettre au clair, mais le plus important, c’est bien mon rang.
-Pathétique.
 
Aedoth baissa la tête et serra les crocs devant la réponse de son père.
 
-Sauf votre respect, vénérable Spyro, (il parla ensuite de nouveau à Aedoth) Tu es encore accroché à cet objectif de faire partie de l’Alliance du Sacré ?
-Je le suis depuis quelques mois déjà, père.
-Je le sais bien ! Je t’ai déjà dit que c’était une erreur, et maintenant tu viens m’annoncer… ça ?! Que c’est pathétique ! Tu pourrais faire tellement mieux de ta vie que de jouer aux justiciers !
-C’est la place que je veux, père !
-Cesse dont de t’accrocher à tes idées de paix ! Tu ne peux rien pour changer le monde. La seule chose que l’Alliance t’apportera, c’est la mort ! Tu pourrais faire des choses beaucoup plus intéressantes et moins risquées.
-Mère…
-Ta mère n’aurait jamais voulu cela ! Ton éducation aurait dû te servir à te construire une vraie vie, la plus paisible possible, et je t’ai appris à te défendre seulement pour sauver ta vie en cas de danger, mais tu viens provoquer le danger, imbécile !
 
Des arcs électriques commencèrent à parcourir l’échine d’Aedoth alors qu’il serrait les crocs, retenant une larme devant les propos blessants de son père.
 
-Regardez bien, Spyro. Il ne sait même contrôler parfaitement son élément, et vous voulez faire de lui le second de votre Alliance ?
 
Il regarda Spyro dans les yeux avec un regard qui montrait de l’agacement. Jamais Aerth n’avait voulu laisser Aedoth rejoindre l’Alliance pour une bonne raison : Il avait peur du danger naissant avec l’Empire des ténèbres, et ne voulait pas voir son fils périr avant que lui ne parte. Il avait voulu un tout autre avenir pour son fils, et se manque de contrôle le rendait maladif, allant jusqu’à délaisser son propre fils.
 
-Êtes-vous vraiment prêt à envoyer un dragon de foudre inexpérimenté à la mort ?! Êtes-vous prêt à lui faire confiance, ne serait-ce que sur un plan administratif ? Comment pouvez-vous alimenter ses rêves stupides de paix quand même vous ne pouvez l’assurer ?! Répondez-moi, Héros !
-Père ! S’en est assez ! Supplia Aedoth. Comment osez-vous parler ainsi à Spyro ?
-Je ne crois pas qu’il soit plus âgé que moi, gronda Aerth tout en fixant Spyro. Je ne vous méprise point, Spyro, comprenez-moi. J’ai peur pour mon fils. Les Thunderwall ont toujours aidé la ville sans s’enrôler dans l’Alliance. Pourquoi cela devrait changer ? Pourquoi mon fils devrait combattre pour des idées vaines qu’il ne pourra pas réaliser. Spyro, mon fils est dans un rêve éveillé. Il ne comprend rien à la réalité ! La vraie vie, celle qui est dure et où rien n’est parfait !
 

Aedoth ne savait plus quoi dire,  la gueule ouverte, mais aucun son n’en sortant. Les propos de son père ne cessaient de le choquer. Jamais il n’avait été aussi véhément dans ses paroles. Il le prenait vraiment pour un dragonnet… Aedoth attendait craintivement la réaction de Spyro. Une larme coula du visage du dragon de foudre.

_________________
Que ma foudre éclaire les ténèbres !
Personnage complet:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Neliyan Thunderwall

avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 18/09/2014
Age : 28
Localisation : Devant l'écran

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Le Second de l'alliance du sacré ( PV Aedoth Thunderwall ) ( Etat : Terminé )   Mar 16 Juin - 16:41

Aedoth commença donc à parler à son père après que je me sois retourné vers lui regardant le père qui ne semblais pas du tout ravi de cette nouvelle :

-Père, entamma Aedoth sur un ton sérieux. Spyro m’a aujourd’hui proposé de devenir son second dans l’Alliance de Sacré. J’aurais ainsi probablement des tâches administratives plus importantes. Je dois encore discuter de certains points avec lui pour tout mettre au clair, mais le plus important, c’est bien mon rang.

-Pathétique.


Je vis la mine rabattu d'Aedoth et posa ma patte pour le soutenir, je ne pouvais pas comprendre pouquoi un père ne pouvais pas être heureux si son fils est heureux, mais une idée me traversa l'esprit peut être avait t'il peur qu'Aedoth meurt. Moi même je ne laisserais jamais une chose comme cela ce passer quitte à y mettre ma propre vie a la place, j'écouta alors de nouveau les paroles cru et directe Aerth :

-Sauf votre respect, vénérable Spyro.


Puis s'adressa de nouveau à Aedoth d'un ton sévère une discussion avec un seul sens commença donc entre le père et le fils Thunderwall:

- Tu es encore accroché à cet objectif de faire partie de l’Alliance du Sacré ?

-Je le suis depuis quelques mois déjà, père.


-Je le sais bien ! Je t’ai déjà dit que c’était une erreur, et maintenant tu viens m’annoncer… ça ?! Que c’est pathétique ! Tu pourrais faire tellement mieux de ta vie que de jouer aux justiciers !


-C’est la place que je veux, père !


-Cesse dont de t’accrocher à tes idées de paix ! Tu ne peux rien pour changer le monde. La seule chose que l’Alliance t’apportera, c’est la mort ! Tu pourrais faire des choses beaucoup plus intéressantes et moins risquées.


-Mère…


-Ta mère n’aurait jamais voulu cela ! Ton éducation aurait dû te servir à te construire une vraie vie, la plus paisible possible, et je t’ai appris à te défendre seulement pour sauver ta vie en cas de danger, mais tu viens provoquer le danger, imbécile !


-Regardez bien, Spyro. Il ne sait même contrôler parfaitement son élément, et vous voulez faire de lui le second de votre Alliance ?


Aedoth fut profondément poignardé au coeur par les parole de son père, un arc électrique parcouru tout son corps et je pouvais constaté qu'Aedoth retiens ses larmes et sera les crocs. Je n'aurais jamais penser que tout cela ce passerait ainsi, j'écouta alors de nouveau le père d'Aedoth qui retourna vers moi avec un 

-Êtes-vous vraiment prêt à envoyer un dragon de foudre inexpérimenté à la mort ?! Êtes-vous prêt à lui faire confiance, ne serait-ce que sur un plan administratif ? Comment pouvez-vous alimenter ses rêves stupides de paix quand même vous ne pouvez l’assurer ?! Répondez-moi, Héros !

Malgrés le ton agacent et provocateur de son père, je resta calme et expliqua tranquillement la situation après qu'Aedoth est intervenu je me retourna vers lui et le regarda droit dans les yeux en souriant pour le réconforté avant de mettre à parler : 

-Père ! S’en est assez ! Supplia Aedoth. Comment osez-vous parler ainsi à Spyro ?


-Je ne crois pas qu’il soit plus âgé que moi,Gronda le père d'Aedoth en me fixant dans les yeux d'un air dur Je ne vous méprise point, Spyro, comprenez-moi. J’ai peur pour mon fils. Les Thunderwall ont toujours aidé la ville sans s’enrôler dans l’Alliance. Pourquoi cela devrait changer ? Pourquoi mon fils devrait combattre pour des idées vaines qu’il ne pourra pas réaliser. Spyro, mon fils est dans un rêve éveillé. Il ne comprend rien à la réalité ! La vraie vie, celle qui est dure et où rien n’est parfait !

- Ne t'enfais pas Aedoth " toujours en gardant ma patte sur son épaule " Et bien ma foi ce que vous pensez, est compréhensible monsieur Thunderwall, mais sachez que je ne laisserais jamais mourir votre enfant pour moi ou l'alliance. Quitte a ce que ce soit moi qui meurt a sa place, mais Aedoth à fait ses preuves. Il maîtrise parfaitement ses pouvoirs et j'ai eu l'occasion de voir ce que je vous rapporte aujourd'hui, votre fils et lui aussi un héros il a sauvé deux jeune dragons d'une attaque d'autres dragons de la cité. Et cela importe beaucoup pour moi, il est responsable, sérieux, et n'hésitez pas a braver le danger comme vous le dîtes monsieur Thunderwall.

C'est pour cela qu'il fera un bon second et un bon dirigeant si je venais a m'éteindre lors d'un combat ou d'une guerre. Je vous rassure que non monsieur Thunderwall Aedoth est bien conscient du danger et justement c'est la cause de sa force car son envie d'aider, de sauver et protéger les autres sont des atouts majeurs qu'Aedoth à et je suis conscient que c'est ce qui le poussera à survivre. De plus pensez vous vraiment que ses rêves et ambitions tacherais l'honneur des Thunderwall, depuis l'arrivé de votre propre père Aerth sur les terres de Warfang vous avez toujours fait le possible pour rendre la cité beaucoup plus sûre qu'elle ne l'était avant. Votre fils aussi veut participer a la sécurité des civils ainsi qu'a votre propre sécurité et tout cela est parfaitement comphréensible.

Je pense que vous ne pouvez pas être plus honoré que votre fils soit monté si haut, alors ne gachez pas les moments qu'il vous reste. Vous êtes son père après tout, il est votre fils et votre relation doit etre beaucoup plus mutuel comme l'avais fait votre épouse. Elle serait heureuse de voir que votre fils ai trouver sa voix, et qu'il ai toujours écouté son instinct monsieur Thunderwall. Je tenais a vous rendre visite pour que vous soyez heureux pour lui comme l'aurais été ça mère et au lieu de ça. Je ressent comme de la haine et du mépris pour cette décision, de l’inquiétude aussi ce qui est normal mais sachez qu'Aedoth est capable de faire encore plus que ce qu'il a déjà produit auparavant.


Je n'ai moi même connu aucun des mes parents, alors ne gâchez pas le bonheur que d'autre non pas Aerth Thunderwall.

Je retourna mon visage et décolla ma patte du dos du jeune Thunderwall, je resta silencieux en écoutant les réponse du père Thunderwall et j'espérais sincèrement qu'il n'y aura pas de débat trop grave avec ces deux là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spyrolair.forumsrpg.com
Aedoth Thunderwall

avatar

Messages : 443
Date d'inscription : 12/05/2015
Age : 20

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Le Second de l'alliance du sacré ( PV Aedoth Thunderwall ) ( Etat : Terminé )   Mar 16 Juin - 21:02

Pendant cette dispute, Spyro avait posé sa patte sur le dos d’Aedoth. Ce geste si doux et gentil l’avait aidé à rester brave face à son père. Au final, Aedoth trouva l’idée absurde, mais il voyait en Spyro une meilleure figure paternelle que son géniteur. Non, plutôt un frère à la vue de leur tranche d’âge similaire. Il avait écouté les propos de son père, puis ceux de Spyro. S’il y avait bien une chose en laquelle Aedoth croyait, c’était la liberté. Son père ne pouvait l’empêcher de faire ce qu’il trouvait juste. Il était certain que c’était sa voie, que son intellect, sa culture, serviraient mieux ici que dans un autre domaine. Il ne s’était pas contenté de garder ses enseignements pour assurer son avenir. Il voulait que tout ce qu’il avait appris serve à autrui. Tel était le but d’une vie : Aider les autres avec son expérience, et ne pas la garder pour soi, tel un avare perdu. Aedoth était certain que ses choix étaient respectables. Il comprenait bien les craintes de son père, mais ce qu’il ne saisissait pas, c’était l’intensité de ses réactions. Il devait se calmer et comprendre que telle était la voie choisie par son fils. Spyro avait raison. Il devrait être fier du succès d’Aedoth, et non le contraire.
 
« Père… Tu es un exemple pour moi, et je crois que ce qui me fais le plus de peine, c’est que tu ne puisses pas me rendre l’admiration que j’ai pour toi, ce que je croyais être normal dans une famille. »
 
Spyro l’avait aussi rassuré sur ses capacités, et le doute qui s’était insinué dans le Thunderwall  fut éphémère. Il était capable de grande chose et le savait même avant d’entrer dans l’Alliance. Son savoir lui permettait de réfléchir et d’avoir ses opinions, son élément et sa passion pour la technologie lui apportait aussi le pouvoir de concevoir des inventions ingénieuses, et sa force pouvait lui permettre de triompher des ennemis de la justice comme la Horde, ou encore les dragons aux sombres desseins.
 
Finalement, le dragon violet conclut sur le fait qu’il n’avait aucun parent à aimer, et que ce serait dommage de gâcher une telle opportunité. Aedoth fut touché par ces propos, et était totalement d’accord. Cela semblait aussi avoir secoué un peu Aerth qui considéra son fils sur un ton bien plus adouci que précédemment.
 
-Je ne sais si c’est votre prestance, votre locution ou une combinaison des deux, mais vous savez exprimer des idées justes de manière simple. C’est une qualité rare de nos jours, et je suis fier que mon fils l’ait, lui-aussi.
 
Aedoth ouvra un peu plus ses yeux, surpris par ce premier compliment depuis le début de l’entretien de la part de son père. Spyro avait-il réussi à lui ouvrir les yeux ?
 
-Je suis désolé pour le ton que j’ai pris, continua-t-il. C’est simplement que ce manque de contrôle sur mon fils m’enrage presque, et me rend à mes instincts primaire. Je ne devrais pas céder si facilement devant mon fils. Au fond, Aedoth, je suis le père le plus fier. J’ai toujours su que tu étais promis à de grandes choses. Tu es un puissant dragon. Je ne pensais simplement pas que ce serait ainsi.
 
Il fit une mince pause et posa son regard bleu sur Spyro.
 
-Il est vrai que la famille Thunderwall a toujours aidé Warfang, mais jamais ils ne l’ont fait sous l’étendard de l’Alliance du Sacré. Nous avons toujours agis le plus prudemment possible, en évitant les combats. Mon fils semble avoir pris les attributs courageux de son grand-père, Eovir. Mais ces qualités que possède mon fils, elles me font peur. Il existe plus puissant que lui, et que se passera-t-il le jour où il sera dépassé ? De plus, je suis pessimiste car je ne suis pas sûr qu’il accomplisse l’objectif qu’il s’est imposé. C’est beaucoup trop ambitieux pour un si jeune dragon, tandis que même les plus sages ont essayé d’apporter une paix éternelle. Jamais elle ne pourra exister, cette paix éternelle…
-Ce n’est pas une paix éternelle que je recherche, père.
 
Aerth regarda avec un intérêt renouvelé son fils, apparemment surpris par son intervention.
 
-Plait-il ?
-Je sais que c’est une utopie que de voler après une liberté totale. Non, ce que je veux, dans un premier temps, c’est assuré que personne ne souffre comme j’ai souffert face à la mort de Mère. Cette sensation fut nouvelle pour moi, et elle fut un tel poids que je ne pouvais imaginer quelqu’un d’autre avec cette même douleur à la lame fantomatique. Cette douleur que même les meilleures technologies ne peuvent soigner. Tant que je vivrais, je ferai mon possible pour que tout le monde vive le plus heureux possible. Je veux profiter de mon existence pour arrêter le mal, et tant pis s’il revient plus fort par la suite. L’instant présent est ma priorité. Ma vie ne sera pas vaine, car j’apporterai au monde, et je le jure sur ma foudre, mon honneur de Thunderwall, père ! Je le jure sur ma vie !
 
Aedoth créa un éclair dans sa patte, puis il referma cette dernière brusquement, détruisant l’éclair et faisant voler aux alentours des petites étincelles électriques qui disparurent petit à petit avec le temps.
 
-Que ma foudre éclaire les ténèbres !
 
Sur ces mots, l’émotion semblait avoir atteint le père d’Aedoth. Il dut se rasseoir sur son coussin et méditer un peu les paroles de son fils. Après un instant où son regard semblait se perdre dans des pensées vide, il revint à lui.
 
-Même si ton idée me fait, peur, je te suivrai, Aedoth Thunderwall. Tu sembles tellement fier de toi que je ne peux pas m’opposer à ton honneur.
 

Le père hocha la tête vers Spyro, et Aedoth sourit aussi à son supérieur, un sourire sincère, libéré de toute obligation courtoise. En cet instant, Aedoth était infiniment redevable envers Spyro, le dragon violet, le héros. Son héros.

_________________
Que ma foudre éclaire les ténèbres !
Personnage complet:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Neliyan Thunderwall

avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 18/09/2014
Age : 28
Localisation : Devant l'écran

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Le Second de l'alliance du sacré ( PV Aedoth Thunderwall ) ( Etat : Terminé )   Mer 17 Juin - 13:54

Suite a mon intervention la discussion entre père et fils pris une tournure plus calme et plus apaisante que jamais ce qui me fit sourire car la discussion étant presque terminée je me retourna vers Aedoth et le sourire qu'il me rendit me donna encore plus le sourire. Même Aerth avait peur de perdre son con fils comme il avait perdu sa femme, je m'approcha de lui en tendant la patte et en disant :

- Ne vous en faîtes pas Aerth il sera sous ma protection et il ne lui arrivera rien, je le jure sur mon honneur de dragon violet. Votre fils sera sous bonne protection quitte a ce que je perde moi même la vie pour le protéger. Je suis ravi de vous avoir rencontré Aerth Thunderwall, vous est votre fils n'êtes pas si différent que votre père vous avez tous choisi la voix intérieur de votre corps guider votre avenir et ça ce ne sera que pour un futur plus radieux pour l'un et pour l'autre. Vivez sans crainte, vivez en paix Aerth " Disais-je en souriant au père du jeune Thunderwall "

Une fois notre poignée de main et nos au revoir terminés, je me retourna vers Aedoth et lui dit avec le sourire :

- Allons y Aedoth une belle fin de journée t'attend au sein du temple sacré " Puis en se retournant vers son père je rajouta " Monsieur Thunderwall vous êtes aussi convié au banquet que nous organisons en l'honneur de la promotion de votre fils, nous serons ravi de voir là-bas. Et si vous êtes d'accord je vous dit à tout a l'heure Aerth si vous accordez que je vous appel ainsi.

Écoutant les dernières paroles du père d'Aedoth qui me répondit je fit un signe de tête a Aedoth pour dire que nous devons commençais notre retour vers le temple sacré pour la fameuse réception qui va s'y tenir. Aedoth ouvris les porte de sa maison et une fois dans la rue ce n'est pas seul que nous reprenons la route mais avec plusieurs autre dragon a vrai dire sachant qu'Aedoth est désormais mon second une petite escorte composé de 6 gardes ainsi que la présence de Terrador et Volteer étant également présent pour nous guider et nous ramener jusqu'au temple.

Quand je vis le visage impressionné et bouche bais d'Aedoth cela me fit sourire et je dit tout en me rapprochant de ceux qui m'ont tout enseigné :

- Il normal que pour mon second que tu puisse connaître ceux qui mon tout appris même si les connais déjà grâce a ta formation dans notre école militaire Aedoth. Je pense que même Volteer pourrais t'apprendre encore d'avantage de chose a propos de ton élément car des capacités que tu ne connais pas sont encore enfoui en toi et ne demande qu'à être révélés au grand jour. N'est ce pas Volteer ?

- C'est exacte Spyro Aedoth est un dragon surprenant et nous pouvons encore lui apprendre plusieurs technique qui lui serviront dans son nouveau poste.

C'est sur ces mots que je fis signe de la patte a Aedoth en rigolant et dit :

- Allez Aed ne soit pas timide rejoins nous mon cher second.

Comment allez réagir Aedoth en voyant les préparatif du banquet terminée une fois sur place ? Car pour un second cela devait être inoubliable et festif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spyrolair.forumsrpg.com
Aedoth Thunderwall

avatar

Messages : 443
Date d'inscription : 12/05/2015
Age : 20

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Le Second de l'alliance du sacré ( PV Aedoth Thunderwall ) ( Etat : Terminé )   Mer 17 Juin - 15:45

Spyro vint poser sa patte sur le père d’Aedoth qui, son fils le vit, fut surpris par ce geste. Le dragon de foudre ne se sentait plus honteux à présent, et savait que Spyro ne voulait aucun mal. Il se demandait si réellement ce dragon violet devant lui était le même que celui qui avait affronté le persécuteur il y avait maintenant quelques heures.
 
-Ne vous en faites pas, Aerth. Il sera sous ma protection et il ne lui arrivera rien. Je le jure sur mon honneur de dragon violet. Votre fils sera sous bonne protection quitte à ce que je perde moi-même la vie pour le protéger.
 
Cette déclaration déçut un peu Aedoth qui ne montra bien évidement aucune trace de ce sentiment péjoratif.  Le Thunderwall était capable de se défendre, il n’avait pas besoin d’être couvé par quelqu’un d’autre, et c’était cette impression que lui donnait Spyro. Ce dernier ne pensait certainement pas à mal, mais de la manière dont il avait exprimé son souhait de protéger le dragon de foudre, il se sentait un peu infantilisé. Il se dit qu’il agirait simplement comme un bon coéquipier. De plus, le fait que Spyro aille jusqu’à se sacrifier pour lui le répugnait. Il ne méritait pas que le héros, celui qu’il considérait comme beaucoup plus important que sa personne, perde la vie pour sauver la sienne. Si c’était ainsi, lui aussi sauverait Spyro, créant ainsi un lien de sécurité mutuel qui rassura au final Aedoth.
 
-Je suis ravi de vous avoir rencontré, continua le héros, Aerth Thunderwall. Vous et votre fils n’êtes pas si différents que votre père. Vous avez tous choisi la voix intérieure de votre corps. Guidez votre avenir et ce ne sera que pour un futur plus radieux pour l’un et pour l’autre. Vivez en crainte, vivez en, Aerth.
 
Spyro et le père d’Aedoth échangèrent d’ultimes salutations, puis le dragon violet sourit, et continua dans sa lancée. Une fois heureux, ce dragon parlait beaucoup. Aedoth avait été habitué à ça dès son entrée dans l’école. Aujourd’hui, cela le faisait plus sourire qu’autre chose, et encore plus de la part de Spyro.
 
-Allons-y, Aedoth, déclara-t-il. Une belle fin de journée t’attend au sein du temple sacré. (Il se retourna vers le père) Monsieur Thunderwall, vous êtes aussi convié au banquet que nous organisons et l’honneur de la promotion de votre fils. Nous serons ravis de vous voir là-bas. Et si vous êtes d’accord, je vous dis à tout à l’heure, Aerth, si vous accorder que je vous appelle ainsi.
-Je préférerai que vous conserviez Monsieur Thunderwall, sauf votre respect, expliqua Aerth. Outre cela, je serai heureux d’assister à votre banquet. Il me parait important que la famille Thunderwall se montre au plus grand nombre pour un tel évènement.
 
Il sourit et salua son fils. Ce dernier fit de même et hocha la tête. Est-ce que vraiment la relation si tendue entre lui et son père venait de se rompre par le simple coup de griffe de Spyro ? Si tel était le cas, il lui était redevable par ce simple fait. Et il devenait en plus son Second… Quelle incroyable journée pour Aedoth. Il n’en reviendrait pas le lendemain, en se levant dans cette maison qu’il a côtoyé presque tous les jours. Au final, l’habitude se mêlait au nouveau pour apporter un mélange frais et enjoué.
 
Ils sortirent de la propriété des Thunderwall, et Aedoth fut surpris d’être rapidement rejoint dans sa marche avec Spyro par plusieurs autres individus qui formèrent un cercle plus restreint. Etant ochlophobe, Aedoth eut pendant un instant peur de se sentir trop à l’étroit, compressé par ce groupe de nouveaux arrivants, mais la peur passa rapidement. Ils n’étaient pas assez nombreux, trop espacés entre eux et l’espace dans lequel ils se déplaçaient tous bien trop ouvert pour qu’Aedoth ressente un réel malaise ou un danger de la foule. Il restait serein et laissa Spyro parler avec les Gardiens qu’Aedoth avait reconnus. Ce n’était pas la première fois que le dragon de foudre les rencontrait. En effet, les gardiens dispensaient des leçons à l’école où avait été le Thunderwall. Il se souvenait davantage de Terrador qui lui avait enseigné l’art de combat warfangien.
 
-Il est normal que pour mon Second, tu puisses connaître ceux qui m’ont tout appris, même si tu les connais déjà grâce à ta formation dans notre école militaire, Aedoth. Je pense que même Volteer pourrait t’apprendre encore davantage de choses à propos de ton élément car des capacités que tu ne connais pas sont encore enfouies en toi et ne demandent qu’à être révélés au grand jour. N’est-ce pas, Volteer ?
-C’est exact, Spyro, suivit le gardien de la foudre. Aedoth est un dragon surprenant et nous pouvons encore lui apprendre plusieurs techniques qui lui serviront dans son nouveau poste.
-Un dragon surprenant ? Répéta le Thunderwall, interloqué par ce commentaire. Mais comment pouvez-vous dire ceci ? Nous ne nous sommes rarement rencontré, et à chaque fois, j’étais mêlé dans une classe. J’ai bien peur de ne pas comprendre ?
 
Spyro laissa en suspens la question par un rire. Il lui fit ensuite un signe de la patte, ce à quoi Aedoth répondit en pressant un peu le pas pour se retrouver aux côtés de son supérieur. La présence des Gardiens en plus lui faisait ressentir un mince sentiment de stress, mais il se contenu, et n’hésita pas à poser quelques questions sur la foudre à Volteer. Lui aussi parlait beaucoup. Beaucoup trop parfois.
 
Ils arrivèrent finalement devant le temple, et Aedoth fut convié à rentrer en premier. Quelle immense surprise eut-il en franchissant le pas de la porte.
 
Dans la pièce où se trouvait la grande statue du dragon qui occupait le centre de l’espace, tout avait été aménagé : Une longue table était devant ladite statue, conçue dans un bois foncé, éclairé par plusieurs chandelles tenant sur des supports en bronze. Des drapeaux de l’Alliance avaient été dressés le long des murs, accompagnés par les marques de la famille Thunderwall : Un éclair jaune sur fond bleu aux bordures brodées de fins fils dorés. Quelques attractions avaient aussi été amenées, comme des cibles pour du tir élémentaire, jeu apprécié de beaucoup de dragons, et bien d’autres objets pour le loisir des dragons. Des plateaux d’argents réchauffaient la nappe blanche de la table. Aedoth gardait les yeux grands ouverts devant ce spectacle.
 
-Quand avez-vous eu le temps d’organiser tout ceci, vénérable Spyro ? Je ne sais pas quoi en dire, c’est beaucoup trop pour moi…
 
Méritait-il autant ? Aedoth en doutait. Pourtant, il avança un peu plus et rencontra plus de dragons, probablement conviées ici eux-aussi. Il sentait que la nuit qui s’annonçait serait des plus mémorables, et cette perspective le fit sourire.
 
Avant qu’ils ne se mettent autour de la table pour commencer le banquet, Aedoth trouva Spyro qui parlait avec Terrador. Il lui posa une simple question qu’il devait avoir avant de réellement pouvoir se considérer comme le Second de Spyro.

-Excusez-moi de vous interrompre dans votre discussion, Spyro, mais maintenant que je suis Second, j’aimerais savoir quelles seront mes responsabilités. Je veux tenir ce rôle au mieux, vous comprenez ?

_________________
Que ma foudre éclaire les ténèbres !
Personnage complet:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Neliyan Thunderwall

avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 18/09/2014
Age : 28
Localisation : Devant l'écran

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Le Second de l'alliance du sacré ( PV Aedoth Thunderwall ) ( Etat : Terminé )   Mer 17 Juin - 16:43

Parlant avec Volteer au sujet de l'armée sombre, nous fûmes rejoins par Aedoth qui me posa une question au sujet de son nouveau poste de second :

-Excusez-moi de vous interrompre dans votre discussion, Spyro, mais maintenant que je suis Second, j’aimerais savoir quelles seront mes responsabilités. Je veux tenir ce rôle au mieux, vous comprenez ?

- Oui Aedoth. Et bien tes responsabilité sont a peu près les mêmes que les miennes étant donner que tu me secondera dans la gestion de notre cité, mais ne t'enfais pas ca ira très bien. Toi et moi on sortira assez souvent du bureau pour voir comment vont nos citoyens et si tu veut te détendre ne t'enfais pas tu as le droit de bouger tu n'est pas enfermé dans un bureau 24h sur 24 je te rassure. A vrai dire le bureau sert plus quand nous nous apprêtons en enfermés des prisonniers ou quand nous recevons des hôtes pour parler de politique. Ce bureau ont est rarement dedans, nous sommes plus sur le terrains que dans la paperasse si tu préfère savoir.

Mais dit moi je n'ai pas répondu aux questions que tu m'as poser sur le chemin permets moi de t'y répondre, tout d'abord pour ce qui est du commentaire de Volteer ici présent.

Volteer m’interrompis et me demanda si il pouvais répondre a ma place en me regardant, je lui fit un hochement de tête et retourna mon regard vers Aedoth tout en écoutant les mots de Volteer :

- Et bien mon cher Aedoth permets moi, de te répondre à ta question. Il est vrai que tu était un dragon qui se mélangea dans la classe c'est un fait mais tes résultats aux épreuves théorique et aux entrainement on attiré ma curiosité. Sachant que tu est un Thunderwall cela ne m'étonne pas mais tu sais ce que tu nous as montré lors des entrainement et lors des épreuves sélectives pour les poste de gardes et supérieurs nous ont  comment dire. Tu ne le savais pas mais depuis la première fois que je t'ai vu en classe et sur le terrain je t'ai regardé et j'ai appris a te connaître tous le long de ton chemin. Tu as encore des talents à cachés Aedoth et  l'élément que tu contrôle recèle encore beaucoup de secret, tu ne connais pas tout sur ceci mais je serais là pour t'aider à apprendre ne t'en fais pas. Maintenant je laisse la parole à Spyro.

- Merci Volteer, tu vois Aedoth tu n'est pas un simple dragon tu est plus que ça, et ça tu le doit a plusieurs facteurs. Le fait que tu est un Thunderwall, mais aussi le fait que t'intéresse plus a la sécurité des autres qu'à la tienne c'est un bon point. Et lors du combat contre Dalic et Adrash tu m'a prouvé a quel point tu est valeureux et tu tellement de chose à encore apprendre sur tes capacité élémentaire, tu fera un dragon électrique puissant. Je pourrais même dire que tu rivaliserais avec Volteer ( en rigolant ).
Pour ce qui est de la préparation de ce banquet tout c'est déroulé pendant que nous étions chez ton père et pareil pour le retour tout ça était déjà en cours de préparation lorsque nous somme parti du temple. Et non c'est n'est pas trop pour toi, tout ce qu'on a fait ici et ton honneur et à ta mesure Aedoth. Une chose ne doute jamais de toi et de ce que tu vaut Aedoth, tu te minimise trop par rapport aux autres tu peut être fier de ce que tu est tu sais mais bien sûre a n'en pas en prendre la grosse tête.

Je tiens également à te parler de ta sécurité, tu sais être mon second rapportera certainement des ragots et tout un tas d'autres choses négatif mais n'y prête jamais attention si tu est là aujourd'hui c'est parce que tu le mérite. Et puis entre nous tu est plus petit frère qu'un élément de notre armée quand Volteer m'a parler de toi en voyant tes résultat et tes compétences, je me suis intéressé à toi. Le jour de ton examen d'entrée par exemple tu ne me voyais pas mais j'étais au niveau de la terrasse qui borde le terrain d'entraînement et je t'ai regardé. tu me fais pensée à quelqu'un que j'ai connu autrefois et que je n'ai pas revu depuis quelques temps.

Mais j'espère vraiment que tu te plairas ici, et pour ce qui est de la parole de chez ton père c'est normal qu'un chef protège son second, je ne vais pas empiété sur ta vie, je sais que tu sais de défendre mais au vue de ce qui nous attend vaut mieux être soudée. De plus je me permettrais pas de perdre quelqu'un que je considère comme mon frère. " en tapotant l'épaule d'Aedoth et et mettant mon visage contre le siens comme deux frères d'armes" J'espère que tu me comprend Aedoth ?
" en décollant mon visage du siens " Mais maintenant détend toi et profite c'est ta soirée aujourd'hui demain ce ne sera plus pareil hé hé. Et il me semble avoir aperçu ton père non loin de la statue profite en pour lui parler de tout ce que tu as envie de lui dire.

Je regarda Aedoth après avoir décollé mon visage du siens et lui souria car j'était heureux pour lui maintenant j'espère que tout ira bien pour la suite des évènements car le plus dur est encore devant nous. Je regarda au loin le spectacle et dit à Volteer :

- Tout ça me ramène a eu autre époque Volteer une époque ou aucune guerre n'était a prévoir et au nous ne perdrons personne. Je me demande si Cynder serait encore parmi nous tu sais je suis quasiment certains que ce n'étais pas elle qui a fait cette tragédie, même si je ne peut pas le prouvés au plus profond de moi j'en suis sûre j'aurais tellement aimé vouloir changer le cours de cette évènement.

- Je sais maître Spyro je sais. Mais comme vous l'avez si bien dit à Aedoth ne vous tourmentez pas et profitez de la fête.


" En tournant mon regard vers Volteer je souriais mais légèrement "

Je rejoins donc le buffet et pris un ordoeuvre et regarda les habitants s'amusé, les petits dragon shooter sur les cibles avec le élément de feu. Je vit également un petit dragon qui n'avait pas la taille pour le faire et je le pris sur mon dos en souriant et en disant :

- Vas y petit tu peut le faire vise la cible.

Au moment ou cracha sa petite flamiche je souffla un petite boule de flamme pour toucher la cible pour lui et au moment de recevoir son prix je le lui tendit par la patte c'était un petite peluche à mon effigie, je souriais en voyant le petit dragonnet heureux et rigolant sur mon dos. je le posa a terre après avoir jouer un peu avec lui et metta mon front sur le siens en disant :

- Allez petit va rejoindre ta maman elle t'attend en face regarde.

- hi hi merci monsieur hi hi maman maman regarde j'ai eu une peluche au jeu, j'ai réussi comme maître Spyro.

Le voyant courir avec sa peluche cela me mit un sourire avec une légère larme à l'oeil car moi je n'avais pas eu cette chance de connaître mes parents, mais le fait que ce petit bout d'écaille souris c'est plus important pour moi.

Je me tourna et vis Aedoth non loin qui semblait me regardais avec un petit sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spyrolair.forumsrpg.com
Aedoth Thunderwall

avatar

Messages : 443
Date d'inscription : 12/05/2015
Age : 20

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Le Second de l'alliance du sacré ( PV Aedoth Thunderwall ) ( Etat : Terminé )   Jeu 18 Juin - 0:44

Spyro répondit promptement à sa demande, et il le rassura sur plusieurs aspects. Déjà, il n’aurait pas à rester enfermé, le dragon violet précisant bien que la gestion des citoyens s’opéraient davantage sur le terrain. Cela lui laissait en plus le temps de vivre au rythme de la cité, ce qu’il avait toujours fait jusque-là. Sa liberté ne serait ainsi aucunement entravée.
 
Vint ensuite le tour de Volteer qui répondit à la question qu’Aedoth avait posé alors qu’ils étaient encore en chemin pour le temple. Aedoth se sentit remplit de fierté en entendant les déclarations du Gardien de la foudre. De toute évidence, s’il avait été remarqué, c’était bien pour ses compétences martiales et pratiques de son élément électrique. Lorsqu’il parla de ses « talents cachés », l’esprit du dragon s’ouvrit à l’éventail de possibilités. Que pouvait-il bien encore manquer sur son élément ? Etait-il capable de développer des techniques aussi puissantes que celles du Gardien de la foudre lui-même ? Sa curiosité entrait en éruption. Une soif immense d’apprendre envahit Aedoth. Il avait toujours été un bon élève pour une bonne raison. Bien que provenant d’une grande famille, il était un dragon travailleur, et avait toujours redoublé d’efforts pour apprendre, autant les techniques martiales que des connaissances plus intellectuelles. Il s’était toujours donné à fond dans ses études, et cela ne lui avait jamais manqué, ni fait défaut. Il était aussi vrai qu’il possédait un talent inné pour la maîtrise de son savoir, ce que ses parents avaient loué à de nombreuses reprises lors de son enfance.
 
-Merci beaucoup à vous, maître Spyro et Volteer. Je serais d’ailleurs prêt, Gardien, à recevoir vos enseignements avec une grande hâte. J’ai envie d’apprendre à vos côtés ainsi qu’à ceux de Spyro.
 
Volteer laissa ensuite la parole à Spyro qui continua de complimenter Aedoth. Ce dernier, fier par nature, se sentait réellement loué avec de telles paroles qui le glorifiaient. Peut-être parfois un peu trop. Néanmoins, il savait que certains traits qu’avaient énoncés Spyro étaient vrais : Son envie de protéger les autres, ou ses prouesses élémentaires, bien qu’il fallait toujours les affiner. Il fut surpris d’entendre Spyro dire qu’il pourrait un jour égaler le niveau de Volteer. Il ne pouvait y croire sur le moment, mais ce serait un rêve pour lui, d’atteindre un tel niveau de puissance, autant pour défendre les autres que pour créer de plus puissantes inventions.
 
Spyro continua ensuite en parlant de quelques modalités, telles que de ne pas prêter attention aux rumeurs. Ensuite, il s’expliqua sur les paroles qu’il avait eu avec Aerth Thunderwall peu de temps auparavant. Il comprenait maintenant que Spyro avait une grande confiance en lui, et qu’ils se couvriraient comme s’ils étaient deux frères. Aedoth trouvait cette comparaison très prompte, mais il ne dit rien, laissant le dragon violet coller son visage au sien comme s’ils étaient des amis complices depuis déjà des années. Au moins, les relations avec Spyro allient vite, Aedoth devait l’avouer, et cela changeait de la grande prudence dont faisait toujours preuve le dragon de foudre. Il ne savait pourtant pas comment réagir, ne pouvant s’empêcher une nouvelle fois de frémir au contact entre eux-deux. Cela lui faisait toujours quelque chose, comme si le toucher était quelque chose qu’il s’interdisait de faire. Sûrement à cause de l’admiration qu’il avait pour Spyro et de son éducation.
 
-Et il semble avoir aperçu ton père non loin de la statue. Profites-en pour lui parler de tout ce que tu as envie de lui dire.
 
Aedoth regarda dans la direction de la statue. Il reconnut en effet les écailles jaunes de son père. Heureux de voir qu’il s’était joint à ces célébrations, il salua une dernière fois Spyro et le Gardien pour repartir vers son père. Il entendit une conversation redémarrer entre ses alliés, mais il n’en comprit pas le sujet et ne s’en perturba pas davantage.
 
Il attrapa avec sa gueule un petit gobelet et pencha la tête pour avaler tout le liquide. C’était un verre d’alcool, de l’hypocras, de ce qu’Aedoth put sentir. Le breuvage était bon, quoi qu’un peu fort. Sa gorge se réchauffa, puis il arriva devant Aerth.
 
-La soirée te plait-elle, père ?
-Beaucoup, répondit-il. Je ne pensais pas que tu aurais autant d’honneur pour ton nouveau rang.
-Moi non plus, crois-moi.
 
Aerth sembla hésiter un instant en regardant son fils. Il détourna un peu le regard, comme s’il regrettait un geste où une pensée, puis, poussé par un instinct, il posa affectueusement sa tête sur l’épaule de son fils. Ce dernier sentit le chaud contact d’une larme.
 
-Ça fait si longtemps que je ne t’ai pas touché ainsi… Je m’excuse pour tout.
-Je ne t’en veux pas, père. Jamais je ne t’en ai voulu. En réalité, la seule chose qui me rendait triste, c’est que la mort de mère nous sépare autant alors que nous étions si complices. Te rappelles-tu quand tu m’avais appris à voler ? J’ai échoué beaucoup de fois, et tu me faisais rire après mes échecs, ce qui me donnait encore plus de courage à continuer. C’est grâce à toi et mère que je suis ici en ce moment, et c’est ma manière de vous remercier. Je veux que vous soyez fiers de moi.
 
Aerth sourit et hocha la tête, arrêtant l’étreinte avec son fils.
 
-Je suis fier de toi, malgré mes craintes. Aujourd’hui est un jour de bonheur, alors profitons-en.
 
Aedoth sourit, il se sentait si heureux en cet instant. Il détourna un instant le regard et vit Spyro. Ce dernier semblait aider un dragonnet au jeu de tir élémentaire. Il cache la flamme du petit par la sienne qui atteint en plein centre la cible. On remit au jeune gagnant une peluche à l’effigie de Spyro, et il repartit, un large sourire sur son visage. Spyro regarda ensuite dans la direction d’Aedoth, et ce dernier n’était plus gêné de l’observer dans les yeux.
 

Une clochette retentit dans toute la pièce, sonnant le début du banquet. Aedoth vint trouver une place entre son père et Spyro, et les plats commencèrent à être servis par plusieurs dragons.

_________________
Que ma foudre éclaire les ténèbres !
Personnage complet:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Neliyan Thunderwall

avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 18/09/2014
Age : 28
Localisation : Devant l'écran

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Le Second de l'alliance du sacré ( PV Aedoth Thunderwall ) ( Etat : Terminé )   Jeu 18 Juin - 16:26

La clochette retentit pour annoncer le début du service pour le banquet, nous nous installons donc tous a table et Aedoth semblait avoir trouver sa place entre moi et son père. La joie et la bonne humeur était au rendez ainsi que quelque amusement nous avons quelques dragon qui nous raconte des blagues pendant notre repas ce qui fit rire une bonne partie des dragons conviés a ce banquet en l'honneur d'Aedoth. Je me devais maintenant que tous le monde était a table de porter un toast en l'honneur d'Aedtoth je prit alors mon d'une patte et de l'autre la frappa légèrement avec une cuillère et commença a parler :

- Votre attention s'il vous plaît, je souhaiterais dire un petit mot en l'honneur de mon second Aedoth Thunderwall ici présent, tout d'abord je tiens a commencer par parler de mon second en priorité. Aedoth est un jeune dragon avec des capacités surprenantes, un savoir vire exemplaire pour tous les habitants de la cité, mais il est surtout quelqu'un avec un cœur immense et qui n'hésite pas a faire le maximum aider les siens que ce soit pour qu'il ait une vie meilleur mais aussi pour qu'ils soient en sécurité. Je tiens d’ailleurs a ce que le face également une minute de silence en l'honneur de la famille Thunderwall, nous devons sécurité, et tranquillité a cette famille. Mais revenons a notre sujet principal " en se tournant vers Aedoth et lui demandant de se lever " Aedoth si tu veut bien. Je souhaite également ajouté " en posant une patte sur l'épaule du dragon jaune " que ce jeune dragon qui est devant vous et aussi quelqu'un de très dévoué a notre cité et qui n'hésite jamais de faire toujours de sont mieux et ça c'est une qualité que certains dragon n'ont pas, il a un sens juste pour notre justice et nos lois. Pas plus tard qu'hier lui et moi avons combattu côte à côte de dragon qui s’en prenait injustement à de jeune dragon noir oui j'ai bien des dragons noirs qui était innocent et qui n'avait que marcher sur une queue d'un dragon aujourd'hui emprisonné par nos soins pour des actes cruelles qu'il a fait.

Ce que je veut dire par là c'est que nous devons cessé de faire des différence vis a vis de nos couleurs, comme vous le savez bien nous avons eu des problème avec un dénommé Malefor qui était comme moi un dragon violet mais avec un cœur sombre et aussi noir que la nuit qui nous englobe aujourd'hui. Et pourtant vous m'avez accepté malgré ce qu'il a fait, alors je veut simplement faire passer le message que nous les dragons nous devons nous montrez raisonnable et cessez de faire des querelles pour nos différences. Jusqu'à présent les dragons que Cynder à recueilli ne nous ont jamais créer de problème malgrès ce qu'ils ressentent par notre faute, nous qui sommes aveuglé par la couleurs qu'ils ont persuadé qu'ils ne sont noir que pour faire le mal. Je souhaite vous démontré aujourd'hui et ici présent qu'un dragon noir peut être mauvais. " Puis je fis signe à un de nos gardes en l'appelant " Claverak viens et ne t'inquiète pas tout ira bien.

Je vous présente Claverak un gardien qui protège notre cité depuis plusieurs années maintenant vous ne le voyez peut être pas sous son armure mais pourtant plusieurs d'entre vous on eu des discussion avec lui parce qu'il est un garde et pourtant " en faisant signe de tête pour qu'il enlève son casque un instant " c'est un dragon noir voué au service de la loi et de la tranquillité pour notre cité. Merci Claverak tu peut y aller mon ami " disais-je en le remerciant en lui serrant la patte comme un frère d'arme " Oui vous m'avez bien vu j'ai serrer la patte d'un dragon est pour autant que lui ma fait du mal ? Non bien au contraire.

Voilà je voulais simplement vous faire remarquer que nous ne sommes ni différent de part notre couleur, ni de part notre coeur qu'ont soit un dragon noir ou coloré. Alors faîtes comme mon second et moi et arrêté de vous battre et de vous disputez pour de telles futilités tous les dragons ne sont pas mauvais. C'est tout ce que j'avais a vous dire maintenant amusez vous et profité de la soirée festive qui s'annonce.

Je prit moi même un verre en me levant et le ramena au garde que j'ai appelé tout a l'heure et en profita pour lui dire :

- Un grand merci a toi Claverak, je sais que ça n'a pas était facile mais j'espère que les dragons de notre cité seront écouté et prendre note de ce que l'on a prouvés ce soir.

Le garde pris le verre de que je lui tendais et tous intimidé par la foule qui le regardais certains avec le sourire et d'autre un peu méfiant qui se retournèrent vers leurs assiettes, je lui souris et dit après qu'il m'ait parler :

- Merci maître Spyro, je vous respecte et je vous servirais toujours peut m'importe le prix qu'il m'en coûte, je vous serais fidèle jusqu'au bout. ( dit il en s'inclinant devant moi )

- Je sais mon ami, je le sais est c'est pour ça que demain tu profite de ta journée, tu est en congés demain c'est moi qui te le dit alors profites en pour te reposer et pour te détendre mon ami. Bon courage et on se revoit dans deux jours.


Je retourna alors a table, le repas se passa pour le moment sans encombre. Les dragons rassemblé ici semblait réfléchir et paraissait perplexe a mon discours mais j'espérais qu'il avait compris le message
. Je ne savais comment allez réagir Aerth et son fils mais j'espérais qu'ils allaient comprendre pourquoi j'avais fait cela.La nuit était maintenant tomber et le banquet se finissait calmement, jusqu'au moment ou un dragon se mit a troublé la fin de cette fête certainement d'avoir un peu trop bu. Un drame allait se produire mais peut être serait-ce une leçon de vie ?

Alors que nous étions sur le côté de la table avec les sages et Aerth ainsi qu'Aedoth, le dragon en question se dirigea vers Claverak qui ne bougea pas sur le moment c'est alors que j’entendis des paroles pas très sympathique en direction du garde c'était le dragon qui râler dessus et qui semblait devenir agressif :

- Toi oui toi le dragon garde noir je n'accepterais jamais que quelqu'un comme toi me protège ou ma famille. Tu ne fera pas une journée de plus " en sortant une dague du côté de son flan "


Voyant la dague luire sous le feux des torches je couru au plus vite et m'interposa entre le garde et le civil ivre, bien que n'étant pas très loin je réussi ce mouvement en utilisant ma foudre comme Aedoth l'avait fait hier. Une fois devant je pris la dague dans mon avant patte posé en angle pour protéger le garde et elle se planta dans le milieu, je dit d'un ton calme et sérieux :

- Toi tu va finir ta soirée a dégrisé dans un cellule garde emmenez le.

Je déplia ma patte et retira la dague le sang coula jusqu'au moment ou le dragon noir interviens et me fit un bandage en disant :

- Maître Spyro vous n'auriez pas du faire cela vous avez.....

- Stop Claverak ne prononce plus un mot, ne doute jamais de ton supérieur. Je ne veut pas qu'un de mes soldats ne soit blesser et qui plus ai par ma faute. Alors ne dit rien et repose toi ta journée de congés prend effet maintenant j'enverrais un autre garde prendre le relais. Et ne t'inquiète pas pour moi tout ira bien. Bonne nuit mon ami.


Après avoir fini son bandage sous les yeux des passant malgré sa couleur noir des dragons de la ville l'applaudirent pour son geste de sympathie envers moi, il semblerait que certain habitant ont compris le message mais au loin je put entendre des paroles dont je ne prêta pas intentions :

- Tous ça c'est bidon il présente un gardien de couleur noir et comme par hasard celui là ce fait attaquer a la fin du banquet. Tssss mais dans quel monde vit-on

Certains dragon voue en eux une haine profonde pour les dragons noir, pour certains je peut les comprendre mais " tous ne sont pas pareils " Pensais-je en posant ma patte sur le bandeau en grimaçant légèrement, je marcha donc sur trois patte car ma patte touché étant mis dans un bandage de bras pour porter ma patte. Je vis plusieurs dragons me rejoindre grâce au bruit de leurs pas. Qu'allait t'ils me dirent ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spyrolair.forumsrpg.com
Aedoth Thunderwall

avatar

Messages : 443
Date d'inscription : 12/05/2015
Age : 20

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Le Second de l'alliance du sacré ( PV Aedoth Thunderwall ) ( Etat : Terminé )   Jeu 18 Juin - 20:19

Aedoth Thunderwall mangeait bien. On lui avait servi – ainsi qu’à une majorité des invités – un grand morceau de poulet à la peau dorée. Le dragon de foudre apprécia fortement ce repas justement épicé et cuit. Il avait envie de remercier les chefs pour ce service. Ils passèrent ensuite à des aliments plus légers tels que des légumes et des patates. Le vin servi était aussi un breuvage exquis. Il se sentait encore bien, son esprit peu embrumé par l’alcool, comparé à certains invités qui durent quitter la cérémonie, ne parvenant à tenir sur leurs quatre pattes que difficilement. Outre ceci, tout le monde semblait s’amuser. Aedoth n’était pas angoissé par le trop grand nombre encore une fois. Tant qu’ils ne se concentraient pas tous d’un coup sur lui, tout irait bien.
 
Avant que le dessert ne soit servi, Spyro attira l’attention sur lui. Aedoth dut arrêter sa discussion sur les champs en dehors de Warfang avec son père pour écouter ce qu’avait à dire le dragon mauve, son supérieur.
 
Il parla longuement, commençant pas dédier cette nuit à son Second qui se sentait gêné, loué devant autant de personnes. Beaucoup de regards se fixèrent sur lui, et son ochlophobie commença à faire surface. Les premiers signes apparurent lorsque Spyro lui demanda de se lever. Il s’exécuta pour ne pas inquiéter le dragon violet, mais en voyant toutes ces paires d’yeux sur lui, il commença à défaillir, l’air se trouvant raréfiant, et la vision commençant à se troubler. Il faisait de son mieux pour garder son calme, mais avait du mal. Pourtant, il faisait comme si de rien était, et, les dragons, plus concentrés dans le discours de Spyro, ne semblèrent pas y faire attention.
 
Aedoth eut ensuite l’occasion de pouvoir se rassoir, ce qu’il ne manqua pas de faire, penchant la tête pour se trouver un peu sous la surface de la table, le museau presque sous la nappe. Aerth remarqua ce geste et baissa la tête à son niveau, une mine inquiète sur son visage.
 
-Mon fils ?
-J’ai une crise, répondit simplement, connaissant déjà la source de son interrogation.
-J’aurais dû m’en douter. Tu n’en as pas parlé à Spyro ?
-J’en ai… (il reprit sa respiration pour trouver plus d’air) J’en ai honte, père.
-Je vois. Reprend vite tes esprits avant qu’on ne te remarque, tu peux être facilement visible aussi près du héros.
 
Aerth remonta sa tête et tenta de rassurer les personnes aux alentours. Il fallut une bonne minute avant que la tête d’Aedoth ne cesse de tourner. Le souffle encore court, il revint, la tête au-dessus de la table, s’excusant pour cela, en disant qu’il avait perdu son anneau sous la table en jouant avec un instant.
 
Il put ainsi se calmer en écoutant à l’abri des regards le reste du discours du dragon violet. Ce dernier avait profité des faits d’aujourd’hui à propos de l’attaque pour parler de l’oppression et du préjugé dont les dragons noirs étaient victimes. Il se fit moralisateur, à expliquer que ce n’était pas une couleur qui faisait l’individu, et qu’un être pouvait être maléfique, même en étant rouge, vert ou jaune… Aedoth n’était d’accord avec tout ce que racontait Spyro. Il le suivait dans sa vision de la justice et la protection des dragons, quelle que soit leur couleur. Mais les dragons noirs restaient un danger. Bien sûr, il y avait des dragons noirs qui étaient bons dans leurs principes et dans leurs actions. Néanmoins, il ne fallait pas ignorer leur appartenance au mal, et chacun d’entre eux avaient cette influence. Les dragons noirs étaient un danger, caché ou non. Cette menace invisible effrayait Aedoth. Face à des dragons noirs « gentils », il ne réagissait pas mal, mais il gardait tout de même une certaine méfiance, de peur qu’ils ne basculent dans le mal à un moment où un autre.
 
Spyro illustra sa théorie en demandant un garde. Ce dernier, après avoir enlevé son casque, montra aux invités qu’il portait sur lui des écailles noires. Le héros expliqua qu’il était un haut garde de Warfang, et donc que la couleur ne montrait en rien la malfaisance d’un individu. Aedoth trouvait que cette démonstration aurait pu être accompagnée de plus d’exemples pour réellement pouvoir influencer le propos et le justifier. Spyro demanda ensuite au garde de se retirer, et Aedoth en profita pour la saluer brièvement.
 
Le dessert se fit dans un silence plus manifeste que le reste du combat. L’agitation avait laissé place en majorité à des messes-basses. Les dragons s’interrogeaient beaucoup sur les propos du dragon. Aedoth s’en doutait : beaucoup de dragons restaient sceptiques face à ces explications. D’autres en revanche se servaient du discours du dragon pour prêcher la tolérance, ce qu’Aedoth apprécia. S’ils devenaient trop violents, ce serait un vrai mal pour les dragons noir, et pour eux-mêmes. La relation de cause à effet ne pouvait être plus vrai ici, selon lui.
 
La fin du repas entama un malheur. Alors que certains invités se levaient déjà pour continuer les activités arrêtés pour le repas, une petite altercation arrêta Spyro et Aedoth qui, se tenant à côté, avait remarqué l’attention de son supérieur. Un dragon rouge parlait de vive voix au garde nommé Claverak que Spyro avait présenté quelques temps avant.
 
-Toi, oui, toi, le dragon garde noir. Je n’accepterai jamais que quelqu’un comme toi me protège ou ma famille. Tu ne feras pas une journée de plus. 
 
Aedoth vit le dragon rouge esquisser un mouvement que Spyro comprit avant lui du fait de son placement. Lorsque le dragon de foudre comprit qu’il s’agissait d’une dague, cette dernière se retrouvait déjà plantée dans la paume de la patte de Spyro qui s’était interposé en utilisant la foudre. La foule poussa des exclamations de surprises et d’affolements, sans oser s’approcher. Aedoth se leva de la table et accouru en direction de Spyro.
 
-Spyro ! Cria-t-il, ayant du mal à se faire entendre par-dessus les bruits scandalisés des invités.
-Toi, désigna Spyro en parlant de celui qui avait osé attaquer, tu vas finir ta soirée à dégriser dans une cellule. Garde, emmenez-le.
 
Les garde ses saisirent du maraud  et l’emmenèrent loin du banquet. Aedoth s’approcha plus de Spyro tandis que le garde lui faisait un bandage.
 
-Maître, Spyro, vous n’auriez pas dû faire cela, vous avez…
-Stop Claverak, ordonna le héros. Ne prononce plus un mot. Ne doute jamais de ton supérieur. Je ne veux pas qu’un de mes soldats ne soit blessé, et, qui plus ait, par ma faute. Alors ne dit rien et repose toi. Ta journée de congés prend effet maintenant. J’enverrai un autre garde prendre le relais. Et ne t’inquiète pas pour moi. Tout ira bien. Bonne nuit, mon ami.
-Il a pourtant raison…
 

Aedoth ne put en dire plus, son regard bleu attiré par le sang coulant de la plaie qui était en train de se faire bander. Encore une fois, l’air sembla se raréfier autour d’Aedoth. Il sentit son cœur battre de moins en moins vite, cela lui fit mal. Ce sang qui lui coulait lui donna un e vision brève d’un anneau. Son anneau. Ce fut trop, et il partit précipitamment sans finir sa phrase, sans écouter son père qui l’appelait. Il devait s’écarter du sang, ne plus en voir. Difficilement, il sortit un peu et s’écarta du sentier qui menait à l’entrée du temple. Une fois hors de vue, il se laissa tomber et posa une patte sur son crâne. Il se calma rapidement, une fois hors de portée de ce liquide cramoisie qui le hantait. Son souffle revint à la normal, et son cœur cessa de lui faire mal. Une fois sûr que tout allait de nouveau bien, il resta couché, cherchant un prétexte pour justifier sa sortie, regardant le ciel aux étoiles rutilantes.

_________________
Que ma foudre éclaire les ténèbres !
Personnage complet:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Neliyan Thunderwall

avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 18/09/2014
Age : 28
Localisation : Devant l'écran

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Le Second de l'alliance du sacré ( PV Aedoth Thunderwall ) ( Etat : Terminé )   Ven 19 Juin - 23:57

Après avoir reçu les premiers soins de la part de Claverak j'avais entendu la voix d'Aedoth mais je n’eus pas le temps de me retourner que celui-ci était parti. Je me retourna regardant derrière voir si il était retourné sur les lieux du banquet, mais après mainte recherche pas de dragon jaune électrique je regarda son père qui me montra par sa queue la direction ou était parti Aedoth. Le voir partir si vite je m’inquiétais pour lui, je parti donc dans la direction montrait par son père et remercia celui-ci d'un mouvement de tête du haut vers le bas. Aedoth était donc parti vers l'extérieur du temple, je marcha dans la même direction pendant 4-5 minutes et vit Aedoth allongé au sol le regard alimenté vers les étoiles étincelantes de cette nuit.

Je m'assis à côté de lui sans faire de bruit et dit calmement :

- Les étoiles sont magnifiques n'est pas mon frère ?

Pourquoi l'appelais-je commença me demanderais vous tout simplement par ce que je le considère comme mon propre frère un frère que je n'ai jamais eu, souriant, sympathique, attentif et surtout qui aime son prochain toutes ces qualités je les retrouva dans Aedoth ce jeune dragon jaune de la famille Thunderwall. Alors qu'il se retourna en ma direction je le regarda l'ai inquiet et lui demanda après l'avoir écouté :

- Tout va bien Aedoth ? Après t'avoir entendu tout à l'heure, je me suis retourné pour te parler mais tu n'était plus là est ce que tout va bien ?

Le bandage était toujours blanc car on m'avait mis plusieurs bandes afin d'éviter tout infection dans la plaie même si celle-ci me tira quelque grimace en me tiraillant un peu, je ne pus m'empêcher de m’inquiéter pour mon jeune ami ?

- J'espère que tu n'a pas était blesser ? Ou alors " en y repensant Aedoth ne devait pas être trop loin de moi au moment ou le sang coulait, se pourrait t'il qu'il parti à cause de la vue du sang couler abondamment ?" Me demandais-je, c'est alors que je repris ma phrase en lui demandant quitte a me tromper ?

- Dit moi mon cher frère ne serait tu pas un peu hématophobe ? Si oui ne t'enfais pas je comprendrais mieux pourquoi tu est parti.

Lui disais-je en souriant, c'est alors qu'en me relevant je regarda le ciel et lui dit :

- Tous le monde la haut doit ce demander pourquoi tous cela ce passe ainsi et je l'ai comprends. Dit moi Aedoth toi qui est mon second est ce que tu approuve mon action ? Où est ce que j'aurais de Claverak se laisser se débrouiller, tu vois peut importe la réponse que tu me donne mais j'ai simplement agi par instinct un peu comme toi avec dragons noirs d'hier. Ce qui me prouve que nous avons certainement la même vision des choses, mais jamais je n'aurais pus le laisser poignardé surtout que c'est arrivé après que je l'ai présenté. C'est moi qui l'ai mis en danger en faisant cela peut aurais-je du garder son identité plus secrète ? Tu en pense quoi mon ami, mon frère ? Dit moi sincèrement ce que tu as ressenti a ce moment peut être tu m'apportera des réponses ?

C'est alors que je m’assis pour l'écouter attentivement, le regard posé dans ses yeux lui qui semblait
extrêmement toucher par ma blessure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spyrolair.forumsrpg.com
Aedoth Thunderwall

avatar

Messages : 443
Date d'inscription : 12/05/2015
Age : 20

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Le Second de l'alliance du sacré ( PV Aedoth Thunderwall ) ( Etat : Terminé )   Sam 20 Juin - 14:50

Les étoiles. Aedoth avait l’habitude de les regarder, quand sa mère était encore avec lui. Ils volaient dans la ville, libres comme l’air, et se posaient tous deux sur des toits en hauteur pour s’allonger quelques minutes, voire quelques heures, et regarder, sereins, l’innombrable réseau d’étoiles qui brillaient dans le ciel tantôt bleu, tantôt noir. Quel que soit la couleur ou le temps, les astres décoraient le ciel de leur lueur blafarde. Ce spectacle avait la capacité de calmer Aedoth quand il était en proie au doute, comme c’était le cas en ce jour. Il ne put s’empêcher de lâcher un mince sourire.
 
-Les étoiles sont magnifiques, n’est-ce pas, mon frère ?
 
Surpris par la soudaine voix, Aedoth tourna un peu son regard pour retrouver la terre ferme. Il trouva à ses côtés Spyro, assis et regardant le Thunderwall, ses yeux violets traduisant une certaine inquiétude que le dragon de foudre comprenait. En le voyant, il baissa un peu la tête. Il se sentait maintenant honteux de se trouver devant lui après ce piteux spectacle qu’il avait donné. Il aurait pu éviter cette blessure que Spyro avait bandée. Le sang ne pénétrait pas les soins, pour le plaisir d’Aedoth. Il n’était pas prêt à revoir du sang. L’attention de son regard se répercuta à nouveau sur les étoiles.
 
-Tout va bien, Aedoth ? Demanda le héros. Après t’avoir entendu tout à l’heure, je me suis retourné pour te parler mais tu n’étais plus là. Est-ce que tout va bien ?
-N’aie crainte, Spyro. Je vais bien maintenant, assura le jeune dragon jaune. Quant aux étoiles… Elles le sont toujours : magnifiques. Je me souviens que ma mère me chantait toujours un poème. Toujours le même, mais je le trouvais si beau étant jeune…
 
Aedoth chantonna un petit air, puis il déclama ledit poème. Pourquoi faisait-il ça ? Il ne le savait point trop. Cela le détendait. Il ne faisait pas ça pour simplement le raconter à Spyro. C’était comme une sorte de soutien moral.
 
-"Le jour où la nuit obscure
T’assombrit de son noir voile,
Que plus rien ne paraît sûr,
Contemple alors les étoiles.
Leur lumière rend la vie.
Elles bannissent loin le mal.
Elles arrêtent tous les cris
De leur lueur amicale.
Le jour où le monde meurt
Dans ton jeune et noble esprit,
Fuis le vice avec ton cœur.
Tu es mon étoile qui jamais ne tari."
 
Il regarda Spyro, et son regard mauve masquait les sentiments qu’il éprouvait envers le poème. L’avait-il aimé ? Aedoth espérait que oui. C’était maintenant un lointain souvenir de sa mère qu’il sacralisait. A vrai dire, le héros semblait davantage concerné par la prompte sortie du dragon de foudre. Le Thunderwall vit son supérieur grimacer. Certainement à cause de sa blessure, ce qui attrista un peu Aedoth.
 
-J’espère que tu n’as pas été blessé ? S’enquit-il. Ou alors…
 
Spyro s’interrompit un instant, semblant réfléchir à quelque chose. Aedoth fut intrigué de son interruption. Finalement, il démarra une autre phrase ; une question gênante pour le dragon de foudre.
 
-Dit moi, mon cher, ne serais-tu pas un peu hématophobe ? Si oui, ne t’en fait pas, je comprendrais mieux pourquoi tu es parti.
 
Aedoth ne savait plus quoi dire. Comment avait-il deviné aussi facilement son problème ? Spyro était très fort. Certainement était-ce dû à son expérience passée, mais cela impressionnait grandement Aedoth qui ne put s’empêcher de serrer les crocs de frustration.
 
-Je suppose que je ne peux plus cacher cela dorénavant. Vous avez raison. Depuis la mort de ma mère, je suis atteint d’hématophobie. Les médecins de Warfang ont déclaré que c’était dû au choc reçu par la vision du sang de ma mère que j’avais essayé de soigner en arrêtant une hémorragie qui avait causé sa mort…
 
Il dut inspirer longuement pour pouvoir continuer, quelques larmes montant dans ses yeux et qui piquaient.
 
-Depuis, la vue du sang est capable de me paralyser et me faire tomber dans le coma avec une exposition prolongée. Je sais que c’est un lourd désavantage que je porte depuis maintenant un moment, mais j’arrive à passer outre le plus possible.
 
Spyro ne répondit pas directement à Aedoth. Ce dernier se releva et écouta les autres questions que Spyro avait pour lui. Sûrement était-il en train en même temps de réfléchir à ce défaut qu’il venait de découvrir chez son Second.
 
-Tout le monde là-haut doit se demander pourquoi tout se passe ainsi et je les comprends. Dit moi, Aedoth, toi qui es mon Second, est-ce que tu approuves mon action ? Ou est-ce que j’aurais dû laisser Claverak se débrouiller ? Tu vois, peu importe la réponse que tu me donnes, mais j’ai simplement agi par instinct, un peu comme toi avec les dragons noirs d’hier. Ce qui me prouve que nous avons certainement la même vision des choses, mais je ne l’aurais laissé le poignarder, surtout que c’est arrivé après que je l’ai présenté. C’est moi qui l’ai mis en danger en faisant cela. Peut-être aurais-je dû garder son identité secrète. Tu en penses quoi, mon ami, mon frère ? Dit moi sincèrement ce que tu as ressenti à ce moment, peut-être m’apporteras-tu des réponses ?
 
Aedoth trouvait la demande étrange. Pour rajouter à son étonnement, Spyro continuait à prononcer le mot « frère ». Le pensait-il vraiment ? Déjà pensait-il qu’un lien si fort que le lien fraternel pouvait exister entre lui et Aedoth ? C’était un dialogue singulier que le Thunderwall avait ici. Aucun mensonge, pas de masques, seulement un élan d’honnêteté que le dragon de foudre jugeait pur. Aedoth ne savait pas comment réagir à cela. Devait-il lui aussi le considérer comme un frère ? Il ne le savait pas, et laissait au temps le loisir de choisir pour lui. En attendant, il répondit aux questions d’un Spyro assit, écoutant attentivement.
 
-Il est évident que j’approuve votre action, maître. Jamais je ne permettrai de laisser un dragon trouver la mort sous mes yeux, sauf s’il est mon ennemi. Le dragon de tout à l’heure n’avait pas le droit de décider du sort de Claverak, ce n’est pas lui qui possède le droit de dispenser vie et mort, et encore moins par un simple jugement. Il est vrai qu’étant noir, on peut y voir une menace, mais si vous dites qu’il est un garde dévoué, je vous crois. Je suis sûr qu’il est assez surveillé pour que vous puissiez avoir confiance en lui. Non, ce dragon n’avait pas le droit de tuer, et à votre place, j’aurais moi aussi agi contre cet acte, en évitant tout de même de me blesser comme vous l’avez fait. Vos blessures d’aujourd’hui m’attristent. J’aurais aimé que vous soyez bien portant… Je suis convaincu que la même vision de la justice éclaire nos yeux, que nous voulons tous deux le bien de la majorité. C’est pour cela qu’aujourd’hui je vous suis avec beaucoup d’honneur, et une ferveur que je ne peux témoigner par les mots. Somme toute, je pense que vous auriez en effet dû garder l’identité de Claverak secrète. Votre démonstration était louable, mais dangereuse. Il est dur de raisonner les dragons sur la violence contre les dragons noirs, malheureusement.
 
Aedoth soupira.
 
-Je souhaite revenir sur ma peur irrationnelle du sang. Me pardonnez-vous vraiment pour cela ? Je comprendrai si vous ne voulez plus de moi comme Second, car cette phobie peut m’handicaper pour un combat. Or, Un Second devrait pouvoir bien se porter selon moi…
 

Il attendit la réponse calmement, avec une pointe au cœur. Il sentait qu’il allait perdre le rôle tout fraichement acquis de Second. Pire, Spyro pourrait le blâmer pour ne rien avoir dit jusqu’à maintenant. Le Thunderwall se sentait stupide de son manque d’honnêteté.

_________________
Que ma foudre éclaire les ténèbres !
Personnage complet:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Neliyan Thunderwall

avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 18/09/2014
Age : 28
Localisation : Devant l'écran

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Le Second de l'alliance du sacré ( PV Aedoth Thunderwall ) ( Etat : Terminé )   Dim 21 Juin - 4:01

Aedoth m'avait expliqué pourquoi il avait désormais la peur du sang visiblement depuis la mort de sa mère il avait eu un choc mental assez important, je me demander si je réussirais à l'aider à guérir de son problème avec le sang.
A part le fait de le réhabituer à la vue du sang ou alors lui faire prendre un traitement qui le ferais oublier son soucis avec le sang. Je ne pouvais pas le juger la dessus même si j'espère que son problème ne le mettra pas en danger à l'avenir car sur les champs de combat cela pouvait le tétanisé est ce serait embêtant car son ennemi pourrait en profiter et prendre le dessus. Aedoth imagina une seconde que je ne voulais plus de lui comme second a cause de son problème, l'idée de me séparé d'Aedoth n'était même pas envisageable car je ne voyais aucun autre dragon sur ce poste. Je le regard d'un air un peu plus sévère histoire qu'il reprenne conscience malgré qui prend ma blessure comme une faute venant de sa part, je lui dit tranquillement malgré tout :

- Aedoth mon frère ne t'imagine même pas que je me séparerais de toi pour cette raison, tu sais je peut t'aider pour ton souci d'hématophobie. Un second doit pouvoir tenir le choc je l'avoue mais je sais que tu est capable de passer outre ton problème et je ferais tout pour t'y aider même si le chemin est difficile et dur on y arrivera pour toi. Maintenant autre chose n'imagine pas et en aucun cas que ma blessure est de ta faute c'est un choix que j'ai fait en j'en assume les conséquences de plus je suis habituer au blessure avec tout les combat que j'ai fait jusqu'à présent.
Bon par contre je crois que vu l'heure il est temps d'aller se reposer mon cher second et frère, profite bien de ta journée de demain car tu sera en repos je t'attendrais dans le bureau d'ici de jours le temps de faire quelques travaux. Est-ce bien compris frérot ?

Le père d'Aedoth nous avait rejoins entre temps et il semblait inquiet pour son fils je voulais savoir quels était ses problèmes et lui dit avant de lui faire un signe de tête :

- Monsieur Thunderwall pouvez vous passer demain dans mon bureau, j'aurais quelques questions a vous posez.

Celui-ci acquiesça en me regardant et me faisant également un signe de tête, je reparti  en direction de mon chez moi et regarda une dernière fois Aedoth sur le côté et voyant que son père était à côté de lui. Je retourna mon visage et marcha difficilement sur trois patte je me demande bien comment Flame a réussi lui qui avait perdu une patte a cause de la guerre avec Malefor. Je réussi tant bien que mal à rejoindre ma maison au bout de 15 minutes et rentra chez moi, fyra semblait de sorti elle n'était pas là j'espère que tu va bien pour elle. J m'allongea sur mon petit nid douillet et commença a dormir.

Le rêve :

Un jour alors que nous étions sur un champ de bataille contre les armée du dragon qui avait chasser Cynder de son château, je remarquer que celui-ci était aussi sombre que Malefor voir même plus que lui même si je ne pouvais pas vraiment le distingué. Dans ce rêve nous étions trois a mener l'assaut contre une armée, Cynder, Aedoth et moi. Sur le champ de bataille plusieurs dragons perdirent la vies et le combat semblait ne pas être a notre avantage, je voyais la plupart des gardes chuter les un après les autres. Le sang de dragon bienveillant coulé et formé comme un sorte de rivière qui s’étendait jusqu'à mon second, et celui-ci voyant le spectacle horrible commença a être tétanisé à cause de la vue de ce sang qui coulait abondamment. Un dragon ennemi me retînt moi et Cynder et tourna mon regard vers celui du dragon électrique qui ne semblait plus bougeait, c'est alors qu'un dragon noir arriva et commença à le frapper lourdement jusqu'au moment ou mon second touche le sol. Ne pouvant pas bougeait je ne pus que regardait mon frère jaune souffrir devant mes yeux sans rien pouvoir faire.

Je cria plusieurs fois le nom d'Aedoth pour que celui-ci bouge mais rien rien ne le faisait bouger c'est alors que le dragon noir le pris dans ses pattes et avança dans notre direction avec Aedoth pendu a partir de la gorge, une fois prêt de nous il me disait d'un ton ironique et narcissique :

- J'ai cru entre que tu avait appelé se dragon Aedoth et qu'il était ton second, alors tu aura le privilège de le voir mourir sans rien pouvoir faire Spyro dirigeant de Warfang que dis-je de ce tas de ruines qu'est Warfang a présent.
Prépare toi a mourir héros mais avant ça écoute ton ami souffrir et rendre son dernier souffle.

L'étreinte que le dragon noir avait sur Aedoth se resserra de plus en plus et Aedoth essaya de se débattre, mes larmes commencèrent à couler et je demanda au dragon noir :

- Arrête laisse le en dehors de tout ça, il n'y ait pour rien. Prend moi a sa place et fait moi souffrir comme tu l'entends mais laisse le en paix.

Le dragon se mit a rire et fit un signe de la patte disant non, je continuer de parler et regarda Aedoth s'éteindre petit à petit jusqu'au moment ou le dragon noir cassa sa nuque d'un mouvement de patte, j'hurla un :

- AEDOTH NONNNNNNNNNNNNNNNN!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Déchirant comme si on m'avait enlevé un partie de moi, le dragon balança mon second dans ma direction et le visage inerte de mon frère jaune me regardais des larmes coulant vers le sol. Le dragon fit de même avec Cynder et ma réaction fut la même. Puis il s'avança vers moi et me dit :

- Tu n'as plus personne jeune dragon violet tu est pitoyable, moi qui croyait voir quelqu'un de plus puissant c'est honteux. 

Il prit une épée et me la planta au niveau de on coeur.

Fin du rêve.

Je me réveilla en sursaut le lendemain matin plein de sué et de sang visiblement j'avais bouger pendant la nuit et mon bandage s'était retirée quel poisse. Je me fit un bandage rapide et me dirigea vers l’hôpital de Warfang. Après plusieurs minutes d'attente un infirmier vînt me voir, et me ramena dans une salle qui sentait le produit désinfectant, celui-ci me dit en me demandant de me mettre sur la table d'opération :

- Pardonnez moi Spyro pouvez vous vous mettre sur cette table, je tiens a vous dire que cela ne sera pas agréable.

- Je le sais bien docteur, mais bon faîte il me tarde de remarcher sur mes 4 pattes.

- Ce ne sera pas pour tout de suite vous devrez quand reportez un bandage pour évitez de reposer votre patte au sol sinon la blessure se rouvrira.

J’acquiesca les paroles du médecin d'un sourire en coin, et il commença a m’opérai. La douleur était intense et vive et je sentais les aiguilles parcourir ma patte et à chaque fois je me retint de montrer que j'avais mal. C'est alors que 15 minutes plus tard malgré de terrible douleur l'opération était terminé et le dragon médecin me remis un bandage sur le côté pour que ma patte tienne en hauteur. Le docteur me ramena chez moi et me dit de ne pas bouger beaucoup sinon c'était risqué pour ma patte, le truc qui me choqua c'est que visiblement pas mal de monde avait pu comprendre par je ne sais quel moyen que je me faisait opéré aujourd'hui et beaucoup de dragon passèrent me voir. Y comprit le père d'Aedoth, c'est alors que celui-ci e parla des différentes phobies que son fils Aedoth avait. Il semblait qu'Aedoth avait aussi la phobie du monde, il n'aime pas quand trop de monde se trouve autour de lui.

Son père partit de mon chez moi en me souhaitant un bon rétablissement et je ne bougea pas des masses a part pour aller manger et boire quelque verres d'eau. C'est alors que j'entendit une parole avec une voix familière et me retourna c'est la que je vis le jeune dragon jaune, je le regarda et lui fit signe de la patte tout en m'asseyant derrière la table sur une chaise en bois je lui dit :

- Salut Aedoth, comment va tu ? 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spyrolair.forumsrpg.com
Aedoth Thunderwall

avatar

Messages : 443
Date d'inscription : 12/05/2015
Age : 20

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Le Second de l'alliance du sacré ( PV Aedoth Thunderwall ) ( Etat : Terminé )   Dim 21 Juin - 16:39

-Aedoth, mon frère. Ne t’imagine même pas que je me séparerais de toi pour cette raison. Tu sais, je peux t’aider pour ton souci d’hématophobie. Un Second doit pouvoir tenir le choc, je l’avoue, mais je sais que tu es capable de passer outre ton problème et je ferais tout pour t’y aider, même si le chemin est difficile et dur, on y arrivera, pour toi. Maintenant, autre chose : n’imagine pas et en aucun cas que ma blessure est de ta faute. C’est un choix que j’ai fait en j’en assume les conséquences. De plus, je suis habitué aux blessures avec tous les combats que j’ai faits jusqu’à présent.
 
Le héros regarda brièvement le ciel avant de revenir sur Aedoth. Ce dernier lui souriait. Il se sentait rassuré aux côtés de Spyro désormais. Ce dernier le laisserait en tant que Second, et cela restait un grand privilège. Malgré tous les défauts, il voulait toujours de lui. Là, Aedoth voyait ce qui faisait la force et la faiblesse du dragon violet. Son grand cœur lui permettait de passer à travers les aspects que beaucoup auraient désapprouvés. Mais en même temps, cet excès de confiance et de tolérance faisait peur à Aedoth, car ce dernier craignait de lui faillir en plein combat si jamais son hématophobie refaisait surface. Il ne dit pourtant rien.
 
-Bon, continua Spyro, par contre, je crois que vu l’heure il est temps d’aller se reposer, mon cher Second et frère. Profite bien de ta journée de demain car tu seras en repos. Je t’attendrai dans le bureau d’ici deux jours, le temps de faire quelques travaux. Est-ce bien compris, frérot ?
 
Encore surpris par cette appellation, Aedoth finit par acquiescer en hochant la tête. Il se retourna et vit Aerth atterrir non loin de lui. Spyro s’approcha aussi et parla au père.

 
-Monsieur Thunderwall, pouvez-vous passer demain dans mon bureau ? J’aurais quelques questions à vous poser.
-Un honneur, Spyro, dit Aerth après une brève hésitation due à la surprise de l’invitation. Passez une bonne fin de soirée et reposez-vous bien.
-Au revoir, maître Spyro, ajouta Aedoth. Je vous remercie à nouveau pour tout. Vous êtes bon.
 
Le dragon violet sourit et regagna le chemin de sa maison, laissant ainsi Aedoth et son père seuls. Le dragon de foudre aperçut les autres convives qui commençaient petit à petit à  quitter le temple. Les Tunderwall revinrent sur le sentier pour retourner à leur maison. Beaucoup les saluèrent, du respect dans leurs yeux. Ils répondaient poliment aux passants, notamment Aedoth qui reçut plusieurs félicitations pour sa promotion fraichement acquise.
 
-Comment tu te sens à présent ? S’enquit le père.
-Mieux. Mes crises sont passées.
-Que t’a-t-il dit ?
-Qu’il m’acceptait quand même. Spyro est un dragon au grand cœur.
-Je veux bien le croire. Les histoires parlent d’elles-mêmes.
-Oui…
 
Aedoth resta pensif le reste du retour, regardant les étoiles. Il vit dans le ciel le spectre de sa mère. Une larme lui vint qu’il essuya d’un geste de la patte. Il savait ce qu’il avait à faire, pour sa mère, pour tout le monde, il continuerait à aller de l’avant. C’était une promesse.
 
*  * *
 
Le jour suivant, Aedoth revêtit dans sa chambre sa cape de l’Alliance, remettant le capuchon derrière, et pas sur sa tête. Souriant, il regarda par la fenêtre de sa demeure la rue adjacente. Il était encore tôt dans la matinée, mais des passants (taupes et dragons) vagabondaient déjà dans les rues de la belle cité. Lorsqu’il alla dans la salle à manger pour prendre un petit déjeuner consistant, il vit un mot de son père lui disant qu’il s’était rendu chez Spyro pour avoir des nouvelles de son état et parler avec lui. Il dit aussi que Spyro venait de sortir d’une opération et que suite à sa visite il était parti au théâtre, le laissant seul à la maison une bonne partie de la journée. Aedoth mangea et décida lui aussi de profiter de sa journée. Il alla d’abord chez Spyro et pensait aller faire un tour dans la région avec un objectif bien en tête, en plus de se promener un peu hors de la ville. En tant que Second, il se devait encore plus de bien connaître les alentours de Warfang, les terres qui les entouraient.
 
Il se retrouva donc devant la maison de Spyro. La porte était ouverte, mais Aedoth ne comptait pas rentrer aussi impoliment dans la maison de son supérieur. Il frappa à la porte plusieurs fois et s’introduit :
 
-Spyro ? Salutations ! C’est moi, Aedoth.
-Salut Aedoth, comment vas-tu ?
 
Spyro lui fit signe d’entrer, ce qu’Aedoth fit, un léger sourire sur son visage. Il se mit sur une chaise derrière son bureau, et le dragon  de foudre le rejoignit, préférant rester debout.
 
-Je vais bien, maître. Et vous ? J’ai appris pour votre récente opération par mon père. S’est-elle bien passée ? Quand serez-vous à nouveau capable de marcher ? Il compte vraiment pour moi de savoir tout ceci. Je tiens énormément à ce que vous soyez en bonne santé. Outre cela, je vais profiter de ma journée de repos que vous avez gracieusement donné pour aller me promener hors de Warfang. Je pense qu’un air plus naturel pourrait me faire du bien, et puis, il faut que je prenne mieux connaissance du terrain, en tant que Second, ne pensez-vous pas ?
 

Aedoth rit un peu et écouta la réponse de Spyro. Il se sentait si familiarisé avec lui, c’était surprenant. Le héros avait vraiment quelque chose en lui qui faisait réagit les autres. Qu’est-ce que cela pouvait bien être ? Aedoth restait curieux à ce propos. Probablement était-ce sa grande franchise et sa gentillesse.

_________________
Que ma foudre éclaire les ténèbres !
Personnage complet:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Neliyan Thunderwall

avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 18/09/2014
Age : 28
Localisation : Devant l'écran

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Le Second de l'alliance du sacré ( PV Aedoth Thunderwall ) ( Etat : Terminé )   Jeu 25 Juin - 12:11

Aedoth m'avait donc rejoins au niveau de la table je lui proposa de s'installer tranquillement mais visiblement il préféré rester debout, bon c'est son choix, il répondit donc a ma question :

-Je vais bien, maître. Et vous ? J’ai appris pour votre récente opération par mon père. S’est-elle bien passée ? Quand serez-vous à nouveau capable de marcher ? Il compte vraiment pour moi de savoir tout ceci. Je tiens énormément à ce que vous soyez en bonne santé. Outre cela, je vais profiter de ma journée de repos que vous avez gracieusement donné pour aller me promener hors de Warfang. Je pense qu’un air plus naturel pourrait me faire du bien, et puis, il faut que je prenne mieux connaissance du terrain, en tant que Second, ne pensez-vous pas ?

Il me se à rire un peu il était vraiment si joyeux aujourd'hui ce qui me fit sourire, et je me mit donc à répondre à ses questions tout en souriant :

- Ca va Aedoth je vais bien, oui tout c'est correctement passer et je devrais pouvoir remarcher tranquillement dans 10 à 15 jours normalement d'après ce que m'a dit le chirurgien. Oui il est vrai qu'un peu d'air frais te ferais du bien après tout ce qu'il c'est passer hier et cela te permettra comme tu le dit de connaître un peu plus les environs.

Je repensa également à ce que Cynder m'avait dit a propos de celui qui l'avait refoulé de ses terres, je regarda Aedoth l'air un peu plus inquiet et je lui dit également :

- Fait bien attention a toi mon frère et surtout s'il te plaît ne t'approche pas trop de l'ex royaume de Cynder, ne sachant pas a qui on a a faire je ne veux pas que tu prend de risque a ce niveau là.

Je le regardais toujours et me mit a me lever je lui demanda également une chose bien que je sache marcher avec quelques difficultés sur trois patte, je lui dit :

- Je pense que je vais prendre également un peu l'air, même si le chirurgien m'a dit de ne pas trop bouger. Je ne peut pas rester enfermer comme ça j'ai besoin d'air pur.

Je m'approcha de la porte en passant devant Aed et lui dit en posant ma tête contre son cou :

- Fait bien attention a toi mon frère j'ai pas envie de te perdre d'accord, tu est le seul dragon avec qui j'ai un lien aussi proche et je ne veut pas perdre quelqu'un qui m'est aussi cher que toi Aedoth sois bien prudent.

Puis je sortis de la maison et regarda dehors, en sentant la chaleur du soleil sur mes écailles violettes et le vent frais qui me frôle le museau, en me souvenant de tout ce que j'ai vécu je me demanda :

-Que serais-je devenu si j'avais connu mes parents ? arf tu sais Aed des fois je me sens triste de ne pas avoir connu mes parents même si je sais qu'un œuf de dragon violet apparais tous les 100 ans, je me demande comment ils étaient. Bref je ne vais pas t'importuné avec cette histoire je suis déjà heureux d'avoir un frère comme toi c'est le principal.

Je m'assis tranquillement et écouta les paroles de mon frère Aedoth.
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spyrolair.forumsrpg.com
Aedoth Thunderwall

avatar

Messages : 443
Date d'inscription : 12/05/2015
Age : 20

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Le Second de l'alliance du sacré ( PV Aedoth Thunderwall ) ( Etat : Terminé )   Jeu 25 Juin - 16:28

-Ça va, Aedoth. Je vais bien, oui. Tout s’est correctement passé et je devrais pouvoir remarcher tranquillement dans 10 à 15 jours normalement, d’après ce que m’a dit le chirurgien. Oui, il est vrai qu’un peu d’air frais te ferait du bien après tout ce qu’il s’est passé hier, et cela te permettra comme tu le dis de connaître un peu plus les environs.
-Vous me rassurez, Spyro, dit Aedoth.
 
L’expression du dragon violet, qui semblait sereine, même heureuse au départ, mua tandis qu’il semblait réfléchir, fournissant ainsi une mince pause entre deux phrases. Il semblait plus inquiet. Cette expression surpris d’abord, Aedoth, mais il comprit vite les songes du héros.
 
-Fait bien attention à toi mon frère, et surtout, s’il te plait, ne t’approche pas trop de l’ex-royaume de Cynder. Ne sachant pas à qui on a à faire, je ne veux pas que tu prennes des risques à ce niveau-là.
 
Aedoth ne put s’empêcher d’hisser un sourire face à cette remarque. Spyro se montrait vraiment protecteur envers les autres. Le mot « frère », Aedoth n’y faisait plus attention. Il avait compris le lien que le dragon violet désignait par ce mot, et il savait qu’il était convaincu par ce lien fraternel de l’âme. Le Thunderwall mettrait en revanche du temps à absorber cette idée, mais il ne la rejetait pas. Aedoth répondit avec une expression sereine qui se voulait pleine de confiance.
 
-N’ayez crainte, Spyro. Je ne comptais pas m’approcher de ce territoire, je suis au courant des dangers hypothétiques qui peuvent y régner, et tant qu’un détail complet de la menace à laquelle nous faisons à face ne sera pas dressé, je me refuse à prendre des risques futiles.

Aedoth savait qu’il avait rassuré Spyro. Ce dernier se leva soudainement, pour l’étonnement de son Second. Ce dernier voyait bien que son chef avait du mal à se déplacer sans le maintien de sa quatrième patte.
 
-Je pense que je vais prendre également un peu l’air, même si le chirurgien m’a dit de ne pas trop bouger. Je ne peux pas rester enfermé comme ça, j’ai besoin d’air pur.
-Vous devriez tout de même vous ménager, maître, rétorqua Aedoth. Je sais qu’il doit être pénible d’être immobile, mais dites-vous que c’est pour votre bien. Promettez-moi de ne pas aller trop loin, cela me rassurerait.
 
Spyro fit ensuite un mouvement abstrait pour Aedoth. De sa tête, il toucha le cou du Thunderwall. Un mince éclair traversa le corps de ce dernier, et, poliment, il recula légèrement. Son cœur battait à présent la chamade. Le contact avec Spyro était toujours quelque chose qu’il n’arrivait pas à accepter. Il n’était pas digne de cet honneur. Et ces gestes que faisait le dragon violet : Aedoth les trouvait trop affectif, beaucoup trop. Il ne savait pas comment réagir à cela. Il se contenta de ne rien dire et d’oublier. Aedoth appréciait son chef, mais il trouvait que Spyro était beaucoup trop prompte parfois. Un défaut ou un avantage, le Thunderwall ne le savait pas, mais cela ne le laissait en tout cas pas indifférent.
 
Il sortit ensuite de la maison, et Aedoth le suivit, non loin derrière lui, la cape de sa faction couvrant toujours son dos, des entrées d’air soulevant le fin tissu.  Une brise fraiche vint flatter les deux membres de l’Alliance, et ce souffle semblait plaire à Spyro. Aedoth comprit que l’extérieur lui manquait vraiment. Ce ne devait en effet pas être simple pour un dragon tel que le héros de devoir rester immobile après tant de choses accomplies. Spyro était un aventurier, pas un simple civil qui se contentait de sa condition. Aedoth sentait aussi en lui cette âme aventurière, et il sourit à ce point commun entre les deux dragons.
 
-Que serais-je devenu si j’avais connu mes parents ? Arf… Tu sais, Aed, des fois je me sens triste ne pas avoir connu mes parents, même si je sais qu’un œuf de dragon violet apparait tous les 100 ans, je me demande comment ils étaient.
-Quel que soit le chemin que vous auriez pris, je suis certain que vous seriez resté le même. Un grand et sage dragon. Je me doute que vous êtes affligé de l’anonymat de vos parents. L’inconnu a toujours effrayé et fasciné les êtres sensés. Mais ne vous immobilisez pas dans le passé. Vivez le présent. C’est vous qui m’avez dit ça hier, après notre rixe. Vous vous souvenez ? Outre ceci, je suis content de vous avoir aussi. Nous nous entraiderons mutuellement. Jamais je ne vous laisserai tomber.
 
Aedoth s’interrompit un bref instant pour considérer son chef, puis le regard dériva vers le ciel bleu tâché de quelques nuages blancs.
 
-Il me faut y aller maintenant. Ne forcez pas trop sur vos blessures, nous nous reverrons vite. Bonne journée, Spyro !
 

Puis Aedoth s’envola  en direction de la sortie de la ville en saluant une dernière fois de la patte son chef et ami Spyro.

_________________
Que ma foudre éclaire les ténèbres !
Personnage complet:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Neliyan Thunderwall

avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 18/09/2014
Age : 28
Localisation : Devant l'écran

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Le Second de l'alliance du sacré ( PV Aedoth Thunderwall ) ( Etat : Terminé )   Ven 26 Juin - 16:15

Une fois devant l'entrée de ma maison Aedoth me suivis il me disait de me ménager mais aussi de faire attention pour que je sois plus vite rétabli, il va raison en un sens mais après tout ce que j'ai vécu dans ma propre vie je n'aime pas rester enfermé. L'air de la cité de Warfang m'a manqué pendant plusieurs année et je ne veut pas perdre cette air pendant ma convalescence, puis Aedoth me salua en me souhaitant une bonne journée avant de s'envoler en direction de la porte de la ville :

-Il me faut y aller maintenant. Ne forcez pas trop sur vos blessures, nous nous reverrons vite. Bonne journée, Spyro !

- Bonne journée à toi Aedoth.

Je resta assis devant chez moi a regarder les divers passant qui me saluèrent au passage, quelques un me demandèrent des nouvelles et me dirent aussi que j'avais encore fait une bonne action en protégeant notre garde lors de la soirée de la veille. Certains me dire aussi que j'avais raison sur le point au niveau des dragons noirs et d'autres non et me posèrent des question " comment pouvez pensez cela ? Les dragons noir son synonyme de malheur ? Les dragons ne devrait pas exister. etc.... " Ces phrases me firent bouillonné en moi mais je ne répondit rien juste une phrase pour paraître neutre afin d'évité un nouveau drame :

- Chaque dragon de notre belle cité a sa façon de pensez voyez vous moi j'ai la mienne, après ce qui me suivent me suivent de leur propre être je ne les forces pas. Après ceux qui pensent différemment ont le droit de penser autre chose c'est ce que l'on appel la liberté d'expréssion, mais je ne veut pas paraître pour un tyran au yeux des habitants de notre cité. Je veux juste que la paix règne ici et que plus aucun conflit n'éclate, alors je demanderait simplement a ceux qui ne pense pas comme moi de faire éclater des rixes comme hier et avant hier pour rien simplement. Encore merci de votre visite passer une bonne suite de journée.


La journée passa ainsi et une fois le soir venu je rentra chez moi après avoir regarder la nuit tomber et vit que fyra n'était toujours pas de retour de sa petite virée, et puis après ce qu'elle avait vécu avec Darya je comprend qu'elle profite de la vie nocturne a présent qu'elle est libéré de son côté maléfique. " Quand je pense que Darya a quand même réussi a me faire chuter, j'ai du bien m'affaiblir pendant ces années il faut que je modifie ça car sinon notre citée ne fera pas long feu si ce nouvelle ennemi attaque. Et puis je ne veut pas que ce cauchemar se réalise c'est tout bonnement impossible que cela finisse ainsi " pensais-je en rentrant et refermant la porte derrière moi. Une nouvelle nui pénible s'annonce pour moi car bouger la nuit avec une patte dans le bandage ce n'est pas vraiment agréable. 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spyrolair.forumsrpg.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Second de l'alliance du sacré ( PV Aedoth Thunderwall ) ( Etat : Terminé )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Second de l'alliance du sacré ( PV Aedoth Thunderwall ) ( Etat : Terminé )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La famille c'est sacré | début janvier 2016 | Terminé
» Conspiration en lieu sacré [ Marianne ]
» Les 4 sacrés du ciel
» Un sacré merdier pour un premier RP
» Marshall « Si Dieu a fait l’homme à son image, ça doit être un sacré connard. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Spyro's Lair :: État des histoires :: RPG Terminé-
Sauter vers: