AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un repos dans la guerre ( Inactif depuis plus de 2 mois )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blackswan

avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 26/01/2015
Age : 19
Localisation : Dans les nuages

Sur le Clan
Faction : Horde Des Enfers Horde Des Enfers

MessageSujet: Un repos dans la guerre ( Inactif depuis plus de 2 mois )   Lun 17 Aoû - 22:05

Hier j'ai pris un livre à un dragon de Warfang qui contenait toute les informations sur les armements de la ville et même de possible amélioration. Je cherchais depuis hier soir, n'ayant pas beaucoup dormit, le moyen d'ouvrir ce livre qui pour le moment restait verrouiller. Je prenais cependant mon temps, ne voulant pas m’affaiblir et m'énerver pour au final détruire ce belle ouvrage.
Il était maintenant la mi-journée et j'avais envie de sortir de la bibliothèque qui était bien sombre et dont je devais utilisée plusieurs bougies pour m'éclairer. Je m'étirais donc et je sorti de la bibliothèque en direction de la salle du trône où le rayon violet passait éternellement et surement pour toujours. Je m'envolais alors en tournant autour du rayon jusqu'à atteindre le haut de la montagne puis je me mis à me diriger vers la Valée d'Avalar. Ce lieu plein de souvenir assez ressens, beaucoup de mort, ce que je regrette le plus, j'aurais tant aimer sauvé toutes ces vies gâché, mais il n'y avais pas d'autre moyen. Mais j'avais quand même échoué dans le combat. J'avais même été capturé mais j'avais été sauvé par mon ami qui a même rejoint Warfang. Ce qui ne me dérangeait pas.
Enfin j'étais rassuré d'avoir quand même sauvé un enfant de se massacre. J'ai espoir en l'avenir et seul les plus jeunes peuvent le changer, mais pour ça il leur faut un terrain sur lequel évoluer. Sans m'en rendre compte j'avais encore une fois trop pensés et j'étais enfin arrivé à la Valée. Je me posais pour ne pas me faire voir et je marchais jusqu’à atteindre la rivière. Une fois celle ci atteint je me posais sous un arbre et je mis allongeais pour me reposer, gardant toujours mes sens en alerte pour éviter de me faire surprendre.

_________________
Le destin vous sera t-il favorable? Ou la foudre vous frappera t-elle?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirrush

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 11/06/2015
Localisation : Coincé dans ma tête depuis 1994

Sur le Clan
Faction :

MessageSujet: Re: Un repos dans la guerre ( Inactif depuis plus de 2 mois )   Mar 18 Aoû - 0:44


Cela faisait quelques jours que Sirrush avait domicilié à Warfang. Enfin, que cela était son centre d'études du moment, du moins. En effet, comme à son habitude, Sirrush c'était fait une tanière au sein d'une forêt proche de Warfang, afin de ne dépendre que de lui-même. Encore que, il avait tout de même acheté des meubles et des ustensiles, mais cela revenait de toute façon bien moins cher, en lui évitant tout contact proche avec des dragons, lorsqu'il le souhaitait, sans devoir faire des kilomètres chaque jours. D'autant plus que l'absence de nécessité de se nourrir à une allure folle (plusieurs fois par jours!) pour alimenter une chaleur corporelle dont il ne disposait pas, lui permettait d'éviter aisément certains soucis logistiques, entre potagers dispersés dont il n'aurait pu s'occuper constamment, vagabond, et des achats qu'il ne pouvait se permettre que rarement, étant peu souvent salarié, ou commerçant, et bien sur sans rentes aucunes.

Mais, changeant ainsi d'avant-poste principal, certaines réorganisations s'imposaient. Nombre de ses ouvrages étaient dissimulés dans ses diverses tanières, dont une collection -légèrement- supérieure quantitativement dans son lieu de résidence principal. Maintenant que l'aménagement était fait, il devait en déménager un certains nombre, mais ne pouvant le faire en une seule fois, il allé et venait entre son ancienne tanière principale en Avalar, et celle à l'orée de Warfang. Cela ne le gênait pas vraiment, étant loin d'être sédentaire. Il espérait simplement, étant peu apte au combat, ne pas faire de mauvaise rencontre, ou endommager ses livres. Encore que, il connaissait presque par cœur ce qu'il y avait écrit, alors si cela pouvait lui sauver la vie ou éviter des désagréments, pourquoi pas.

Le ciel était sans nuages, et les écailles du dragon difforme étant perpendiculaires au regard de l'observateur (torse, ventre, en position bipède par exemple pour un face-à-face) laissaient passer la lumière et donc transparaître l'épiderme blanchâtre, tandis que celles parallèles paraissaient directement la renvoyer, faisant ainsi ressortir la teinte noire des écailles. Au final, il en ressortais que de loin l'on aurait dit une sorte de dragon blanc maladif entouré d'une fine aura noire, dépendant en réalité de l'épaisseur des écailles selon les endroits. De plus prêt, un œil non avertit pouvait avoir l'impression que le dragon blanc était recouvert d'une matière, du fait de l'effet "flou" de l'épiderme, du à l'épaisseur des écailles également. La température quand à elle, était clémente, mais en dessous de la Température Moyenne Préférée de Sirrush, le rendant moins vif.

Comme à son habitude, Sirrush prenait à chaque fois un chemin différent. Cette fois, sur le retour de son excursion, il eu l'idée un peu folle de suivre la rivière qui serpentait sur son itinéraire. Un lieu ou bien des espèces venaient s'abreuver, et donc également des prédateurs potentiels, ou des dragons belliqueux, sauvages. Mais pour une fois, Sirrush avait décidé de passé outre, marchant tranquillement sur ses pattes inférieures en écoutant le bruit de l'eau, les feuilles crissant sous ses pas, ou encore les oiseaux. A force de les entendre si souvent, lorsqu'il vivait en forêt ou campagne, il en aurait presque oublié leur existence pourtant si indispensable à l'harmonie naturelle. Sirrush écoutait, sentais, observait peu, perdu dans ses pensées, mais ressentais également. Ce tourbillon de vie grouillante qui l'entourait comme une douce symphonie à ces sens, qu'il ignorait magiques. C'est alors que, tardivement, il sentis une autre présence. Il avait eu le temps d'avancer avant de réellement interpréter ce signal, aussi était-elle tout entière dans son champ perceptif périphérique. Une présence différente, plus conséquente, plus massive. Neuf mètres environs sur sa droite, donc bien trop loin pour qu'il en sache le tempérament, qu'il ne sentait qu'au prix de frissons, à partir de moins de 4 mètres de lui. Sirrush tourna la tête, et sursauta légèrement, comme un tressaillement de son corps, comme s'il ne s'y attendais pas, l'ayant pourtant sentis préalablement. Se tenais désormais dans son champ de vision, de l'autre coté de la rivière, posé contre un arbre, un dragon noir l'observait. Visiblement doté d'une certaine force, ou d'un certain entraînement régulier. Le dragon translucide resta plusieurs longues secondes impassible, à scruter l'inconnu. Se secouant pour reprendre ses esprits, il se racla la gorge et s'exclama en élevant légèrement une patte supérieure :

« Bonjour... »

Mais, ne sachant quel qualificatif adopté alors que son souffle était en attente des mots suivants, sa phrase resta alors en éternel suspens, tandis qu'il décida de l'arrêter ici, et expira donc alors que sa patte se rabaissait.

_________________
-
-
« Le progrès d'un monde paisible ne viendra pas des esprits qui en sont les fautifs. Ne demandez pas aux despotes la paix, mais cherchez parmi les humbles et les petits ceux qui font avancer concrètement l'innovation et le progrès social, politique, et technologique. Au pire construisez une administration parallèle, construisez sans les officiels, et quand on appellera cela révolution, il sera déja trop tard. » - Sirrush, autodidacte en sciences de l'esprit, spécialisé dans les sciences sociales, et la logistique matérielle et immatérielle

Corps en entier:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackswan

avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 26/01/2015
Age : 19
Localisation : Dans les nuages

Sur le Clan
Faction : Horde Des Enfers Horde Des Enfers

MessageSujet: Re: Un repos dans la guerre ( Inactif depuis plus de 2 mois )   Mar 18 Aoû - 23:03

J'étais venu me reposer, mais après à peine une heure à admirer le ciel bleu de cette belle journée. La nature, l'air frais, les petits créatures la parcourant, la sérénité que ce lieu m'apportait fut troubler par une présence qui m'avait perturber, je sentais un changement d'électricité dans l'air. J'avais juste ouvert les yeux sans bouger pour regarder de qui pouvait venir cette perturbation. Sachant que l'Empire était venu ce loger ici après avoir été repoussé par cette mystérieuse force de l'est. Il me faudrait d'ailleurs allez faire un tour de reconnaissance.
Mais je fus surpris de voir devant moi un dragon bipède de grande taille. A en voir sa carrure il ne semblait pas particulièrement fort sauf ses pattes arrières qui le maintenait droit. Ces yeux que je ne pouvais voir avec la distance me semblait d'une couleur sombre.
Sinon pour ses écailles on dirait qu'elles sont blanches mais étrangement je vis que selon comment je bougeais ma vision de lui changeait légèrement. Curieux de nature je me levais pour voir cela. Je ne me rendis pas compte que l'étranger avait l'air un peu gêné. Toute fois il me fis sortir de ma rêverie quand il me fis un timide Bonjout avec un mouvement de patte.
Ne voulant pas paraître agressif comme un prédateur, je m'avançais vers lui en lui rendant le salut et tout en avançant vers le bord de la rivière je lui dis d'une voix amicale.

"Bonjour Monsieur. Je me présente Blackswan dragon spécialiste de la Foudre. Puis je connaître votre nom Monsieur?"

Maintenant que j'étais plus proche de ce dragon qui me semblait bien grand de loin. Je me rendis compte que de près il l'était encore plus et était assez impressionant, toute fois comme je l'avais remarqué ça corpulence hormis celle de ces pattes arrières était assez faible. Sa couleur d'écailles quand à elle était assez difficile à déterminer. Je ne savais si elle était blanche ou noirs car le Soleil selon son reflet sur les écailles du dragon la faisait changer. Je ne sais pas pourquoi mais ce dragon au premier abord semblait timide pourrait surement être quelqu'un avec qui je pourrais m'entendre, tant qu'il n'apprend pas d'où je viens.

_________________
Le destin vous sera t-il favorable? Ou la foudre vous frappera t-elle?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirrush

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 11/06/2015
Localisation : Coincé dans ma tête depuis 1994

Sur le Clan
Faction :

MessageSujet: Re: Un repos dans la guerre ( Inactif depuis plus de 2 mois )   Mer 19 Aoû - 17:45


Comme dans un réflexe tardif, son pouls s’accéléra sous l'effet d'hypothèses déplaisantes, ou l'inconnu serait un prédateur. Non qu'il faisait si froid que ça, pour que l'ensemble de ses réflexes et de son métabolisme soit ralentis à ce point. Mais son stress presque pathologique des températures s'éloignant un peu de sa Température Moyenne Préférée, ou plus précisément celui de sentir son corps réagir à une moindre température, empirait grandement les choses. Sans stress, peut-être même ne se rendrait-il pas compte des quelques changements mineurs. Mais, trop à l’affût de son corps, sa moindre variation le rendait bien trop anxieux. En réponse à cette menace supposée, éventuelle, son corps se crispa, tandis qu'il se forcer à maintenir une respiration profonde et lente pour compenser. C'est alors que son interlocuteur s'approcha du bord de la rivière, le rendant un peu plus nerveux, puis lui rendit son geste, tout en lui répondant :


« Bonjour Monsieur. Je me présente Blackswan dragon spécialiste de la Foudre. Puis je connaître votre nom Monsieur ? »

La pression sur Sirrush retomba d'un cran. C'était sans doute la première fois qu'il entendait une première phrase d'un dragon qu'il croisait dans les plaines, aussi longue. Une présentation, qu'on ne pouvait pas appelée détaillée, mais qui engagé la conversation. Un dragon plus social que prédateur égoïste, à priori. Tout ses muscles se relâchèrent, tandis que le cerveau du dragon subissait le contrecoup de l'adrénaline, en poussant un infime soupir de soulagement. Il continuerait à vivre, à priori, dans l’immédiat. Le dragon translucide se rappela alors qu'il devait répondre. Monsieur. Quel drôle de mot. Blackswan. Sirrush tourna plusieurs fois le nom dans son esprit pour en apprécier les sonorités élégantes, comme un fruit que l'on mastiquerait au mieux, pour le savourer. La foudre. Potentiellement un combattant particulièrement dangereux, capable de tuer en un coup. Même pour un dragon moins vulnérable que Sirrush, voir endurant. Tout organisme avait ses limites structurelles, que l’électricité en haute densité pouvait facilement outrepasser. Le reptile écarta ses pensées morbides de son esprit, et entreprit de formuler une réponse hors de son esprit embrumé.

« Oui… Oui, bien sûr, pardon. Je, heu, l’inattention, les facteurs thermiques, facilitent parfois un manque de bienséance chez moi. Hum, Sirrush Mushrushu, philosophe spécialisé dans l'étude des sociétés. Vagabond selon mes besoins. Et… Vous, vivez vous par ici ? »

Tout en parlant, il s'approcha du bord de la rivière, et s'y assied en posant sa besace pleine d'une dizaine de livres, laissant ballotter le bout d'une patte inférieure dans l'eau. Mais elle était froide, et il ne tenais pas à reafraichir encore plus son corps, aussi il retira sa patte au bout de quelques secondes après avoir frôler quelques algues et herbes aquatiques. Le grand lézard laissa le bout de ses doigts caresser distraitement l'herbe et la terre à ses cotés, l'enroulant parfois autour d'un de ses doigts. Étant particulièrement tactile, pouvoir caresser ce qui l'entourait, outre d'être distrayant, avait un effet apaisant sur le dragon. Cela lui permettait de se concentrer sur un stimuli proche, agréable ou pas spécialement, pour éviter de trop s'éparpiller dans un torrent de pensées, le ramenant à la situation présente, son environnement proche.

_________________
-
-
« Le progrès d'un monde paisible ne viendra pas des esprits qui en sont les fautifs. Ne demandez pas aux despotes la paix, mais cherchez parmi les humbles et les petits ceux qui font avancer concrètement l'innovation et le progrès social, politique, et technologique. Au pire construisez une administration parallèle, construisez sans les officiels, et quand on appellera cela révolution, il sera déja trop tard. » - Sirrush, autodidacte en sciences de l'esprit, spécialisé dans les sciences sociales, et la logistique matérielle et immatérielle

Corps en entier:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackswan

avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 26/01/2015
Age : 19
Localisation : Dans les nuages

Sur le Clan
Faction : Horde Des Enfers Horde Des Enfers

MessageSujet: Re: Un repos dans la guerre ( Inactif depuis plus de 2 mois )   Mar 25 Aoû - 17:06

Je vis que le dragon qui se tenait devant moi avait eu peur de moi quand je le vis se décontracter d'un coup, comme si il avait retiré de ses épaules le poids d'une ville. Un long soupir confirma mes dires. Je souris en voyant cela sans pour autant parler de nouveau, attendant que l'inconnu s'identifie à son tour.
Quand il me répondit, je pus déduire avec son début confus qu'il avait vraiment l'air d'avoir été choqué, pourtant je n'étais pas si effrayant que ça et loin d'être si imposant surtout par rapport à lui qui sur ses pattes bipèdes me dépassait de loin. Il parla avec un vocabulaire assez complexe que je compris, mais je savais déjà que ce dragon ne devait pas vraiment être un combattant: déjà par sa carrure certes immense mais extrêmement fragile à vue d’œil, et ensuite que ferait un dragon si bien éduquer et lettrée en plein milieu d'un champs de batailles. Il s'expliqua alors son comportement, qui à cause de son métabolisme, peut être perturbé par la chaleur qu'il fait.
Il finit par ce présentez sous le nom de Sirrush Mushrushu. Comme je me doutais il était très éduqué car il était philosophe spécialisé dans l'étude des société. Il était un petit vagabond quand il le voulait. J'appréciais bien ce dragon qui prônait la liberté quand il le voulait, ne laissant pas tout son temps à son travail. Il me demanda alors si je vivais par ici. Je ne pouvais malheureusement rien lui dire de peur d'être rejeter donc je lui dis:

"Et bien non je n'habite pas ici, j'habite plus vers le nord plus loin après la sortie de la Vallée." je m'envolais alors qu'il trempait une patte dans l'eau et j’atterris non loin de lui. "Je me permets de venir vous parlez de près se qui est mieux qu'à distance." dis je avec un sourire amuser. "Et vous d'où venez vous mon cher ami? Vous venez de la ville?"

J’espérais ne pas avoir été trop familier avec lui et ne pas lui avoir fait peur en m'approchant car il me semblait assez méfiant après que j'ai vu sa réaction de tout à l'heure.

_________________
Le destin vous sera t-il favorable? Ou la foudre vous frappera t-elle?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirrush

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 11/06/2015
Localisation : Coincé dans ma tête depuis 1994

Sur le Clan
Faction :

MessageSujet: Re: Un repos dans la guerre ( Inactif depuis plus de 2 mois )   Mar 25 Aoû - 20:04


Blackswan avait précédemment sourit lorsqu'il se présentait, alors que Sirrush baissait sa garde. Pas un sourire carnassier non, un léger sourire, avec peut être une pointe d'amusement. Tout, dans ces muscles faciaux et son regard indiquait un sourire spontané et naturel. Cela continua de rassurer Sirrush. Son interlocuteur semblait amical. Encore heureux. Même un dragon de faible carrure aurait pu, avec un peu d’expérience martiale, gravement blesser, voir tuer, Sirrush. Blackswan répondit à la question portant sur son lieux de résidence.

« Et bien non je n'habite pas ici, j'habite plus vers le nord plus loin après la sortie de la Vallée. »

Une localisation assez floue, qui n'évoquait pas spécialement grand-chose au dragon translucide. Et puis, des villages, il y en avaient un peu partout. Celui où Sirrush avait passé sa première décennie se situait bien plus au nord, dans une région tout à fait anodine, mais trop chargée en émotions pour qu'il souhaite y retourner. Son enfance avait été choyée, quoiqu'un peu solitaire du fait d'inadaptations sociales. Sirrush avait eu des parents peu éduqués, mais aimants, tandis que lui était vif d'esprit et curieux de tout. Après la mort sauvage, et mystérieuse de ses parents, où il avait été accusé, il avait du fuir pour survivre. Ainsi s'achevait sa première décennie. Cela pour travailler dans un autre village le temps d'apprendre son autonomie en forêt. Avant de sillonner de nombreux villages de sa deuxième à troisième décennie. Peut-être avait-il pu croiser celui de Blackswan s'il n'était pas solitaire ? Mais, au vu de son approche amicale, cela ne devait probablement pas être le cas.
Soudain, il s'élança et vola jusqu'à l'autre rive, proche de Sirrush.

« Je me permets de venir vous parlez de près se qui est mieux qu'à distance. »

Par réflexe, alors que le dragon noir s'élançait, Sirrush se leva et son corps se tendit, comme pour faire face à un impact. Si dans l'absolu un rapprochement ne dérangeait pas Sirrush, il ne s'y attendait pas. Surtout lorsque son cerveau engourdi par le froid et le stress était ainsi moins apte à lui fournir des hypothèses pour anticiper ses interlocuteurs. Blackswan se posa délicatement à deux mètres respectables de Sirrush, avant que son organisme quelque peu apathique n'ai eu le temps de réagir, si ce n'est en se préparant. Deux mètres de distance, c'était déjà deux de trop, et dans un mouvement instinctif pour fuir cette intimité douloureusement intrusive, il fit un bond en arrière d'une vivacité à faire pâlir d'envie une mangouste. L'espace vital de Sirrush, largement hypertrophié se situais à quatre mètres autour de lui, et le voici à présent vierge de toute présence.

« Et vous d'où venez vous mon cher ami ? Vous venez de la ville ? »

Les deux dragons avaient été assez prêt pour que Sirrush puisse sentir l'état d'esprit de son interlocuteur, que celui-ci pénètre son champ sensoriel émotionnel. Trop au goût de Sirrush. Une telle proximité était une interpénétration de l'intimité émotionnelle de l'un, de l'espace mental de l'autre, une sorte de viol mutuel involontaire, somme toute, mais ressentis par un seul. Le dragon venait donc d'échapper à cette étouffante promiscuité dont, dans ce poisseux malaise, il avait toutefois pu ressentir certaines informations. Il était désormais indéniable que son interlocuteur était amical, d'autant plus marqué par son sourire renouvelé. Mais pourtant mêlé, comme d'une infime appréhension. A propos de quoi ? Difficile à dire. Sirrush lui même ne se facilitais pas la tache, avec ses réactions brusques et incongrues. Blackswan pouvait aussi bien appréhender de s'approcher du fait des réactions de Sirrush, ou bien pour d'autres raisons liées à son vécu propre. Mais cette sensation fugace c'était rapidement noyé dans la surprise alors que Sirrush avait bondit.
C'est, les pattes parcourues de quelques tremblements nerveux  pendant une poignée de secondes, qu'il répondit d'un air mi désolé mi gêné en s'asseyant pour essayer de montrer son absence de réelle méfiance, tandis que son corps se calmait, tout en surveillant bien que son interlocuteur ne s'approche pas plus. Maintenant qu'il était plus proche, ses yeux violets l'observait, et il pouvait mieux distinguer ses traits, remarquant ici que son interlocuteur était plus jeune que lui. De, peut-être, une dizaine de printemps, difficile à dire. Ce qui lui ferait autour des 24 ans, contre 34 pour Sirrush.

« Hum. Veuillez pardonner mes gestes brusques… Cela ne me dérange pas le moins du monde. Hm, Simplement, je, je dispose malheureusement d'un espace vital hypertrophié. La plupart des dragons ressentent un malaise lorsque, selon le degré d'intimité avec l'interlocuteur, celui-ci est trop proche. Cela doit être quelque chose comme un mètre, en moyenne, je crois. Peu importe. Chez moi… Ça serait plutôt de l'ordre de quatre, hélas. Ma réaction… N'avait donc rien de personnelle, ni heu, ne laissait… Ne provenait pas d'une méfiance, qui aurait été mal placée au vue de ton amabilité. Je, enfin, si le tutoiement ne te dérange pas, bien sur. J'y suis plus à l'aise, mais nulle volonté de ma part de t'importuner. Pardonne également mon élocution engourdie par le froid. Enfin, sans doute pour vous ne fait-il pas très froid, mais mon corps dépend grandement de la température externe. Je ne sais plus si je l'ai dit… ? Il ne fais pas si froid comparé à ma température préférée, mais le stress que me procure, hm…  » Il tourna un peu la tête sur le coté, réfléchissant. « La sensation que mon corps et mon esprit s'engourdissent, ou s'échauffent, empire les conséquences les plus visibles. Heureusement, cela n'est toutefois pas réellement dangereux. Enfin, je veux dire, ce n'est pas représentatif des effets que je devrais avoir à une telle température c'est-à-dire bien plus minimes. Heu… Je ne sais même pas si je suis clair, désolé. Bref, heu, retiens juste que le froid n'est pas dangereux à cette température, mais que le stress d'avoir froid rend ça… Donne l'impression que c'est plus grave que ce que ça n'est réellement. Hm. Désolé.

Je viens de nul par et d'un bon nombre d'endroits à la fois. J'ai vécu une décennie en village, une décennie en foret, et une autre à sillonner ma région pour observer… Mes semblables. Je veux dire, vivre, s'organiser, tout cela peut paraître naturel. Pourtant chaque village le fait de manière, plus ou moins, différente. Il faut du recul pour observer, analyser, décortiquer cela. C'est un peu comme des lunettes sur le museau. Elles y restent tellement longtemps que nous oublions qu'elles sont là. Nous oublions alors qu'elles ne sont pas naturelles, et que notre vision n'est pas vierge d'influences. Je me demande comment et pourquoi un groupe, quel que soit sa taille, s'organise comme il le fait, et comment améliorer cela. Comment les gens y vivent, et y réagissent également. Ma région natale est plus au nord, mais peut-être ai-je pu croiser des votre ? »

_________________
-
-
« Le progrès d'un monde paisible ne viendra pas des esprits qui en sont les fautifs. Ne demandez pas aux despotes la paix, mais cherchez parmi les humbles et les petits ceux qui font avancer concrètement l'innovation et le progrès social, politique, et technologique. Au pire construisez une administration parallèle, construisez sans les officiels, et quand on appellera cela révolution, il sera déja trop tard. » - Sirrush, autodidacte en sciences de l'esprit, spécialisé dans les sciences sociales, et la logistique matérielle et immatérielle

Corps en entier:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackswan

avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 26/01/2015
Age : 19
Localisation : Dans les nuages

Sur le Clan
Faction : Horde Des Enfers Horde Des Enfers

MessageSujet: Re: Un repos dans la guerre ( Inactif depuis plus de 2 mois )   Mar 1 Sep - 19:46

Lorsque je m’approchais de ce dénommé Sirrush, celui contre tout attente, fit un bond en arrière d'au moins deux mètres. Je fus assez surpris de cette réaction. Je pouvais le voir trembloter un peu, me demandant alors si je n'avais pas été trop brusque.
Il s'expliqua alors que ce n'était pas contre moi mais qu'il avait besoin d'un espace avec les autres plus grand que la normale. Je me mis alors à déduire qu'il était surement un peu associable, un peu comme moi. Il se mit alors à parler avec une certaine complexité, malgré que je connaisse bon nombre de choses, j'eus du mal à comprendre certaines de ces explications mais retint le plus important: se dragon était apparemment sensible à tout changement de son environnement: que ce soit la distance avec autrui ou les températures ou encore les émotions ressentis. Pendant ces explications il se mit à me tutoyer ce qui ne me gênais en aucun point, le vouvoiement étant pour moi une politesse mais plus une complexité qu'autre chose.
Il m'expliqua ensuite d'où il venait, et à ces dires c'était un voyageur, ça première décennie il a vécu dans un village, ensuite il vécu une dizaine d’années dans les foret et ensuite une autre à parcourir les villages et contrées pour étudier les communautés. Il m'expliqua un peu se qui l'avait appris durant ces voyages, m'expliquant que plusieurs communauté peuvent vivre différemment et avoir les mêmes coutumes. Il me demanda ensuite si nous avions pu nous croiser car il avait vécu dans un village du nord. Je gardais un air calme essayant de trouver une explication:

"Il est en effet fort probable que nous nous soyons déjà croisé, mais je devais être jeune car je n'ai aucun souvenir de vous avoir déjà croisé." dis je sur un ton inchangé. "Excusez moi encore pour tout à l'heure je ne savais pas pour votre espace. J'imagine donc que malgré tout votre éducation vous êtes un peu comme moi: associable je pense, sans vouloir vous vexer bien sur. Est ce que par hasard vous ne seriez pas venu ici pour laisser votre esprit se détendre, afin de vous relaxer des troubles présent dans le royaume?" dis je en m'allongeant sur le bord de l'eau et laissant tremper ma queue dans celle ci qui était bien fraîche.

_________________
Le destin vous sera t-il favorable? Ou la foudre vous frappera t-elle?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirrush

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 11/06/2015
Localisation : Coincé dans ma tête depuis 1994

Sur le Clan
Faction :

MessageSujet: Re: Un repos dans la guerre ( Inactif depuis plus de 2 mois )   Mer 2 Sep - 16:16


Sirrush se tapota le museau d'une patte supérieure, en réfléchissant, regardant Blackswan. L'autre se posant pour soutenir une partie de son poids en posture assise.
Fort probable ? A ce point ? Il avait donc, selon ses dires, habité dans la même région. Hmm. D'habitude, les gens se souvenait de son apparence, d'autant plus qu'il restait un moment, ou repasser souvent, dans un même village avant d'en changer. Encore plus les jeunes qu'il effrayait souvent, au début. Voyons voir. Sirrush a effectué ses études de terrain entre 20 et 30 ans environ. Blackswan devait donc avoir, grosso modo, entre 10 et 20 ans. Ce n'était pas si jeune non plus… Le philosophe ne se souvenait bien sur pas de tout ceux qu'il avait rencontré. Il avait croisé de tout, et parfois des villages de dragons noirs. Le seul signe distinctif de Blackswan était le bout de sa queue, aiguisée, qui désormais trempée dans l'eau. Cela est plutôt répandu chez les dragon noirs, mais il avait peu croisé de tels ceci dit. A priori, il ne se souvenait pas avoir rencontré Blackswan. Quoique cela soit possible. Mais que lui ne s'en souvienne pas… ? Il se disait asocial. Mais aurait vécu si longtemps en compagnie, au sein d'un village ? Restait la possibilité qu'il n'y vive plus, actuellement. Mais quelque chose clochait. Il n'avait pas non plus relevé les dates qu'avait utilisé Sirrush lorsqu'il avait fait sa chronologie. Il n'avait donc sans doute pas bougé de son village avant 20 ans, soit récemment.

« C'est sans importance, tu ne pouvais pas savoir. » Dit-il en faisant un geste de la patte, comme pour chasser quelque chose. « Je suis né dans les champs. Mon éducation proviens surtout de quelques lectures, et beaucoup d'observation. Tu ne me vexe point je te rassure. » S'exclama-t-il en souriant. « Mais je ne suis pas certains que cela soit le terme approprié. J'ai quelques tendances solitaires, bien sur. Mais je reste issu d'une espèce grégaire. Ma plume me servit durant ma deuxième décennie à tromper la solitude dans laquelle j'étais, en l'absence de tout contacts sociaux. Cela n'était pas toujours agréable ou facile pour moi. Étudier les communautés, a été également une façon de renouer avec de tels contacts. Ce qui me fais au final, je l'avoue, bien peu de socialisation, pour 3,4 décennies de vie, et toi ? Je n'étais que de passage ici, transportant quelques livres. Mais j'ai tout mon temps. Mais je m'étonne que tu vive en communauté, si tu es asocial. Tu dois sans doute avoir une source de motivation suffisante pour cela. Depuis combien de temps endure tu cette vie à proximité des autres ? Ou tout du moins que tu y ai vécu. »

_________________
-
-
« Le progrès d'un monde paisible ne viendra pas des esprits qui en sont les fautifs. Ne demandez pas aux despotes la paix, mais cherchez parmi les humbles et les petits ceux qui font avancer concrètement l'innovation et le progrès social, politique, et technologique. Au pire construisez une administration parallèle, construisez sans les officiels, et quand on appellera cela révolution, il sera déja trop tard. » - Sirrush, autodidacte en sciences de l'esprit, spécialisé dans les sciences sociales, et la logistique matérielle et immatérielle

Corps en entier:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackswan

avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 26/01/2015
Age : 19
Localisation : Dans les nuages

Sur le Clan
Faction : Horde Des Enfers Horde Des Enfers

MessageSujet: Re: Un repos dans la guerre ( Inactif depuis plus de 2 mois )   Ven 23 Oct - 14:12

Sirrush me dit que ce n'était point ma faute si je n'avais pas su qu'il avait besoin d'une distance avec les autres. Il m'expliqua alors que son éducation venait surtout de beaucoup de lecture, et qu'il était née dans les champs et que mes paroles ne le vexait pas.
Il me dit alors que le terme associable n'était pas correcte pour justifier son statut, il préférait plutôt dire qu'il avait des tendances solitaires. L'écriture lui à servit, pendant sa vingtaine d'année à oublier la solitude avec laquelle il vivait. Après cette période de solitude, son étude de la société lui à apparemment permit de renouer avec la communauté et avoir plus de contact avec les autres, ce qui pour lui, ne semble pas beaucoup de socialisation pour trente quatre ans de vie.
Pour moi, cela semblait plutôt assez grand, car, même si j'avais vécu avec beaucoup de monde, j'étais plutôt solitaire car lors de notre entraînement, à moins d'être très amis avec celui qu'on discutait, la plupart du temps une discussion finissait en bagarre, souvent sanglante. Je chassais ces pensées de ma tête alors que Sirrush me demanda avec étonnement comment je pouvais vivre en communauté alors que j'étais associable.

"Et bien, disons que j'ai vécu très proche de mes parents, ayant peur d'un peu tout et étant très timide. Je me retrouvais souvent seul à l'école et je travaillais bien mais quand j'étais en groupe j'avais extrêmement de mal à m'affirmer. Et donc il y a de cela peu de temps, soit il n'y a même pas un an je suis parti de chez moi afin de vaincre ma peur de sortir. Ensuite j'ai commencé à explorer des contrées inconnu et j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir les beautés de ce monde, depuis je ne cesse de voyager." en finissant mes paroles je regardais le ciel, je ne devais pas rentrer trop tard, ayant encore le livre à analyser, mais en voyant que le Soleil commençait depuis peu ça descente j'étais rassuré "Excusez moi, je regardais le temps qu'il me reste et il semble que moi aussi, j'ai un certain temps de discussion encore"

_________________
Le destin vous sera t-il favorable? Ou la foudre vous frappera t-elle?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un repos dans la guerre ( Inactif depuis plus de 2 mois )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un repos dans la guerre ( Inactif depuis plus de 2 mois )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Phénix au Repos dans son Nid [PV Yuka]
» Repos bien mérité dans une taverne.
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Quel chat de la Guerre des Clans êtes-vous?
» « J’essaye de noyer mon chagrin dans l’alcool mais depuis le temps... il appris à nager, mon chagrin. » [Livre II - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Spyro's Lair :: État des histoires :: RPG Inactif-
Sauter vers: