AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une guerre intérieure ? [Warfang]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Darkgial

avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 13/04/2015
Localisation : Voyageant dans l'Empire

Sur le Clan
Faction : Empire Noir Empire Noir

MessageSujet: Une guerre intérieure ? [Warfang]   Lun 2 Oct - 12:53

La bataille des Cieux Concordants étaient maintenant terminée. Une semaine que j'étais rentrée avec les quelques survivants de l'Empire qui avaient réussi à fuir le massacre. Un magnifique massacre il fallait dire. La Horde de mort vivant avait pris notre armée par surprise et il n'y avait pas eu de résistance possible, surtout que la pierre angulaire de l'armée , Le Général et Second Aedoth n'avait pas réussi à tenir face à autant de mort. Malheureusement je n'avais pas pu l'amener la où j'avais voulu à cause de l'autre général qui avait réussi à approximativement ordonner le retrait des troupes.

J'étais dans ma maison , si l'on peut appeler cela comme ça , pour me préparer à ma virée à Warfang. J'avais eu le temps pendant cette semaine de préparer un peu mon plan. Je regardais dans mon miroir et je vis mon entaille bien voyante que m'avait infligé le petit soldat avec son épée de Warfang , épée que je tenais d'ailleurs entre mes pattes . Un sourire fier se dessinait sur mon visage.

Je décidais enfin de bouger. Je sortis du lieu où j'habitais avec l'épée du soldat pour aller chercher quatre rescapés de la bataille en qui j'avais pendant cette semaine insufflé une colère forte envers Warfang car c'était de toute façon de leurs fautes si nos camarades sont mort et que l'on a perdu la bataille.

Une fois ayant mis les choses aux clairs avec mes 'camarades' , nous nous envolons pour Warfang pour aller nous "expliquer" avec les habitants . Au bout d'un certain temps de vol , nous nous posons devant la ville . Deux gardes présent devant la porte se mettent devant nous en nous demandant ce que nous venons faire , à ce que je leur réponds :

"Est ce qu'il faut une raison pour que des dragons viennent dans cette ville ? Parce que l'on est des dragons noirs on a pas accès à la cité ? " dis je avec un sourire moqueur .

Les deux soldats me lancèrent un regard dur avant de s'écarter pour nous laisser passer. Mes quatre camarades ayant des statures imposantes nous ne passons pas inaperçu provoquant un vent de panique parmi les habitants et dans les marchés devant lesquelles nous passons. Tout se passait comme je l'avais prévu pour le moment.

Nous continuions de nous diriger vers notre objectif qui était le temple de Warfang , de la j’espérais y trouver le responsable de la bataille. Nous finîmes par atteindre le temple et la des gardes nous bloquaient encore le passage :

"Nous voulons parler au Second Aedoth. " dis je sans détour .

Les gardes nous répondirent que le Second n'était pas présent et que nous devions partir et revenir une autre fois . Un murmure se fit alors entendre dans la foule, comme si ils voulaient tous que nous partions . Il fallait maintenant profiter de cette occasion :

"Voila donc le vrai visage de Warfang . " dis je à l'attention de la foule . "Une bande de dragons qui se sent comme l'élite du monde et qui pensent que les dragons noirs n'ont pas leurs places en ce lieu. Sachez que vous me répugniez tous autant que vous êtes avec vos manières . Si dans mon pays il y avait eu des dragons comme vous , la guerre y serait encore présente ."

Un gros brouha se fit alors entendre , encore plus fort que le précédent . L'agitation se faisait de plus en plus grande et allait commencer à réunir un grand nombre de dragon . Les quatre gardes qui nous avaient interdit l'entrée aux temples s'avancèrent vers nous , patte sur la garde de leurs épées en nous disant de dégager rapidement car ils n'hésiteraient pas à nous arrêter si l'on continuait .

"Comme ça maintenant il est interdit de s'exprimer dans cette ville ? Il va falloir que vous me donniez vos textes de lois pour que je les étudie quand même car de nombreux doutes m'habitent . Cependant vos menaces avec vos épées ne m'impressionnent guère , si vous voulez vous battre je n'aurais pas besoin de m'abaisser à votre niveau en prenant des cures dents ." dis je en rigolant avec exagération . Ce petit discours commençaient à gonfler la colère des gardes et cela m'amusais . En faite tout ce qui se passait depuis notre entrée dans la cité n'était pour moi qu'un grand jeu dont j'essaye d'influencer les événements .

Voyant que les gardes commençaient à sortir leurs épées , je me mis en garde avec mes camarades , attendant la suite des événements .


Si tu es un dragon de couleur, et que tu me croises, c'est fini pour toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aedoth Thunderwall

avatar

Messages : 499
Date d'inscription : 12/05/2015
Age : 21

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Une guerre intérieure ? [Warfang]   Lun 2 Oct - 20:44



Une Guerre intérieure ?


— Beaucoup ne doutent pas de ton grand intellect. Ne te méprends pas, Aedoth. Le peuple a toujours foi en toi. Le seul véritable problème, c’est l’armée et le Garde qui est maintenant séparée en deux quant à votre légitimité.

Aedoth regarda d’un œil faussement distrait sur le côté, en direction du bureau de Spyro à présent inoccupé. Il valait mieux. Cette conversation qu’il entretenait en ce moment-même avec le général Asdroth devait rester privée, et c’était pour cette raison qu’il avait ordonné aux gardes du Temple de n’être dérange sous aucun prétexte tant qu’il n’aurait pas franchi ces portes pour en sortir. Il avait souhaité se renseigner sur l’opinion qu’on pouvait avoir de lui, et le Général étant l’autorité la plus haute (après la sienne et celle de Spyro)  au sein de l’armée de Warfang, il était le plus à même de connaître ce qui pouvait se dire entre les soldats et capitaines qui composaient la force militaire de Warfang.

— Qu’est-ce qui se dit exactement ? demanda le Second, se reconcentrant sur son ami.
— Que tu n’es pas apte à mener des troupes, et je ne peux qu’être d’accord avec eux face à ta performance. Pour ta plus grande surprise, ce n’est pas Igniis qui a répandu la rumeur de « couardise ».

Le dragon de foudre releva la tête, intrigué.

— Vraiment ?

— Tout à fait. Il s’agirait plutôt des survivants de la bataille. Ils étaient bien peu, mais quand plusieurs racontent les mêmes propos, on ne peut qu’y croire. Beaucoup doutent, bien sûr, d’un côté comme de l’autre, mais certains n’auront plus la confiance qu’ils pouvaient t’accorder auparavant. Du moins, pas sans preuves de ta bravoure.

Aedoth garda le silence, plongé dans ses pensées. Plus il y réfléchissait, et plus cette situation le peinait. Une bataille était capable de baisser sa réputation.

— Que pense le fleuron de Warfang ? demanda à son tour le général.
— Certains y voient une trahison de la tradition, l’étiquette du combat draconien.  D’autres encore agissent et essaient de faire trainer le nom des Thunderwall dans la boue pour leur propre intérêt. Bien sûr, j’ai de précieux alliés de mon côté, mais tous ces ragots ne sont pas bons pour les affaires. Travailler auprès d’une famille possédant un couard n’attire pas vraiment les entrepreneurs.
— Ton capital est si conséquent que tu peux te passer d’investisseurs.
— Cela va bien plus loin qu’une question d’argent, général. C’est une question d’actes.
— Qu’essaies-tu de me faire signifier ?
— Tu sais à quel point le nom de ma famille a de l’importance pour moi. Les faits glorieux de mon grand-père font ce qui fond la noblesse de mon lignage. Mais mon père s’en sert pour prolonger son oisiveté. Un mérite n’est pas familial : il est individuel. Les Thunderwall ont besoin d’agir en toutes périodes, pour que jamais ce nom ne soit oublié de Warfang. Nous ne devons pas nous accrocher à notre prestige : nous devons le créer dès qu’il est possible de le faire.
— C’est ce que j’ai toujours apprécié chez toi. Tu n’as jamais pensé comme ceux de ta génération. Bien peu sont les nobles à poursuivre l’entreprise de leurs prédecesseurs.

Il sourit à cette remarque.

— Hélas, les anciennes coutumes demandent de la noblesse de produire des combattants aux vertus si pures que peu peuvent l’atteindre. Aujourd’hui les choses ont changées, mais nos parents et grands-parents pensent toujours ainsi. Cette étiquette me cause bien plus de tort. Si seulement elle n’avait jamais existée…


Aucun son de l’extérieur, en général, ne venait perturber le silence presque religieux du bureau d’Aedoth et de Spyro. Pourtant, des murmures parvenaient à transpercer la pierre séculaire. Le Second et le général ne s’en préoccupèrent guère au début, mais ces murmures se changèrent en une cacophonie étouffée. Y’avait-il une émeute ? Aedoth se leva et mit à son cou la cape bleue aux armoiries de Warfang brodées en fil blanc et se rendit à l’entrée du temple en compagnie du Général.

Lorsqu’il franchit les portes d’entrée, le Second fut terriblement surpris se trouver devant lui un petit groupe de personne. Rarement y’avait-il plus de deux ou trois personnes à l’entrée du temple en temps normal. Il semblait que plusieurs citoyens aient suivis un groupe de dragons, tous de couleurs noirs, dont une dragonne parlait aux gardes avec des propos hautains et moqueurs. Aedoth et Asdroth arrivaient au bon moment puisque les gardes avaient cédés aux quolibets et dégainaient.

— Gardes ! Cria le Second d’une voix impérieuse, en frappant le sol de sa patte.

Tous s’arrêtèrent, autant de leurs gestes que dans leurs paroles. Il y eut bien sûr une courte exclamation de la part de l’assistance, mais elle se tut rapidement. Toute l’attention était à présent portée sur lui. Asdroth s’interposa et réprimanda les gardes qui avaient cédé à la provocation. Quant à Aedoth, il s’avança un peu plus.

— Je vous prie de retourner à vos affaires, tous.
— Ces dragons noirs souhaitent vous parler, insista un des gardes.
— Je vais aller chercher un garde pour assurer la sécurité de votre personne et du lieu, assura Asdroth en repartant avec les deux autres.

Après un hochement de tête, le Second continua de s’exprimer.

— Si ces dragons ont souhaité me voir, je leur accorde une audience. Vous autres n’avez rien de plus à faire ici.
— Ces dragons sont mauvais monseigneur.
— Et c’est à moi d’en juger. Retirez-vous, je vous prie.

Ils reculèrent donc, certains en maugréant, cherchant sans doute un spectacle qui pourrait les intéresser. Mais le Second n’en avait cure : il se concentra alors sur le groupe. Il s’agissait de cinq dragons noirs, dont plusieurs étaient d’une carrure plus prononcée que celle d’Aedoth. Il prenait quelques risques à se retrouver un court instant seul face à eux, mais il savait que son immunité diplomatique lui permettait quelques abandons sécuritaires. Ils n’oseraient pas le toucher s’ils venaient pour un conflit, car cela se terminerait forcément mal pour eux.

Il n’était tout de même pas rassurer de trouver des dragons venant manifestement de l’Empire ici. Cela annonçait quelques malheurs que la foule derrière eux auparavant présupposait déjà. Que venaient-ils faire ici, à aboyer devant tous ? Cherchait-il à aggraver les tensions ? Manifestement, ceux-ci n’étaient pas dotés de bonnes intentions, mais Aedoth devait calmer le jeu du mieux qu’il le pouvait.

— Ces gardes, aussi indisciplinés soient-ils, n’auraient pas tirés les armes si vous ne les aviez pas provoqués. J’espère que vous vous rendez compte de votre comportement.

Le visage de la dragonne en face de lui le frappa. Il se souvenait d’elle. Il fronça les arcades sourcilières.

— Vous étiez aux Cieux. Je suis heureux de pouvoir vous compter parmi les survivants de ce tragique épisode. Puisque vous êtes ici, que souhaitez-vous savoir auprès de moi ?




Que ma foudre éclaire les ténèbres !
Personnage complet:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Igniis

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 09/12/2015
Age : 17
Localisation : Je sais pas, je me suis encore paumé !

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Une guerre intérieure ? [Warfang]   Mar 10 Oct - 21:30

La journée s'annonçait normale, banale, elle s'annonçait être un jour comme un autre... un peu comme tout matin. Quelque soit le matin, la journée sera toujours normale : ce sera à nous de voir ce qui est extraordinaire selon notre vision. La mort d'un proche peut être un jour exceptionnel, qui sort de tout ce que l'on peut appeler de "normal"... alors que, pour certains, la mort n'est que le quotidien et la rencontre directe avec la vie est un jour qui sort de l'ordinaire. Mais les événements qui se passeront au cour d'une journée, qu'importe laquelle, n'auront pas vraiment d'influence sur comment le monde tourne puisque tout fait partie d'un enchaînement, d'une machine dont les rouages sont les événements de l'histoire et dont les conséquences ne sont que deux rouages qui tournent, se touchent et qui ont été minutieusement placés à cet endroit précis à l'avance. Mais qu'en est-il de notre libre arbitre ? Le futur n'est-il pas imprévisible juste à cause de cela ? Personnellement, je ne sais pas... Certaines choses que l'on dit, certaines actions que l'on fait ne viennent parfois pas totalement de nous et puis, de plus, il faut dire que notre passé agit fortement sur nous... Les événements, depuis les premiers, ont des conséquences sur nous, les êtres vivants, qui agissons en conséquence et qui produisons d'autres événements... et qui produisons d'autres conséquences.

Mais je divague encore une fois grandement (je crois même avoir battu mon record, ce coup-là !) car je suis sûr que vous avez envie de lire/entendre la suite. Ainsi, la journée s'annonçait, pour moi, comme une autre. Mais elle annonça un peu de mouvement dés le moment ou l'on me fit part de l'entrée d'un groupe qui prenait un peu de haut ceux qui étaient à l'entrée de la cité... et qui se dirigeait vers l'endroit où se trouvait Aedoth. Lorsque j'entendis cela, je poussais un soupir... et comptais aller audit endroit où ce dernier se trouvait.

Mais, en plein chemin, l'on me dit qu'une querelle commençait à dégénérer avec ce même groupe et des gardes... qu'ils ont provoqué. Mes armes et mon masque sur moi, je sautai et battis des ailes pour m'envoler et prendre de la vitesse pour être plus rapidement au lieu où il allait peut-être y avoir une rixe.

Ainsi, j'arrivai à cet endroit. Il y avait une foule grandissante... et un trou vers l'un des côtés extrêmes. Là, il y avait plusieurs gardes, le "fameux" groupe ainsi qu'Aedoth. Je pouvais voir, de là où je suis, les lèvres du Second bouger mais je ne pouvait rien entendre.

Alors, je passai au dessus d'eux, mon ombre plongeant plusieurs dans les ténèbres, mon ombre les cachant de la lumière du soleil... Puis, les rayons de l'astre revenant, je me posai au sol et, d'une voix puissante, presque menaçante comme l'était celle qui m'était naturelle, je demandai, mon regard tourné surtout vers le groupe de dragons aux écailles d'une couleur sombre :

- Bien... Que se passe-t-il, ici ? J'ai entendu qu'il y avait une querelle car l'on a provoqué les gardes. Est-ce vrai ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkgial

avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 13/04/2015
Localisation : Voyageant dans l'Empire

Sur le Clan
Faction : Empire Noir Empire Noir

MessageSujet: Re: Une guerre intérieure ? [Warfang]   Ven 13 Oct - 17:36

La bagarre ne viendra finalement pas , c'est un bon point je n'étais pas venu pour ça . J'étais venu pour augmenter les émeutes et les rivalités entre les deux villes , pas pour un pseudo entraînement de combat . Le Second arriva dans les quelques secondes après que tout le monde se soit mis en garde . Il demanda aux gardes de repartir à leurs affaires leurs disant que nous avions le droit à une audience et que c'était à lui de juger si nous étions soit disant bon ou mauvais , comme si l'on jugeait par un seul individu la bonté de quelqu'un , si c'était vrai mon arrivé ici n'aurait pas été si catastrophique et je n'aurais pas eu à me cacher avec cette pseudo impératrice .

Le dragon jaune nous fît alors une pseudo morale disant que les gardes ne se seraient pas énervé si on ne les avaient pas provoqué :

"Peut être n'aurions nous rien dit si ils nous avaient gentiment répondu . " répondis je du tac au tac .

Le Second dit alors qu'il me reconnaissait et qu'il était heureux que je sois l'une des survivantes , avant de nous demander ce que nous venions faire ici .

"C'est gentil de vous inquiéter pour nous et ce pourquoi nous venons est très simple , nous venons pour ...." je m'interrompis en me déplaçant sur le côté sentant une présence s'approcher avant de se poser . C'était celui qui avait sacrifié une grande partie des troupes dans la bataille , Igniis le dragon à la patte de Cristal . Toutes les pièces de mon plan se mettaient seules en place . Igniis arrivait l'air un peu mécontent ,soit disant par ce que les gardes avaient été provoqués :

"Comme je l'ai dit au Second cela n'aurait pas été le cas si ils avaient gentiment répondus . Mais nous ne sommes pas la pour de simples querelles , nous sommes la pour réparer une injustice . " dis je alors en soulevant mon aile droite pour montrer à toute la foule la marque que je portais sur mon flanc droit :

"Vous voyez ceci ? Vous vous dites surement que cela n'est qu'une cicatrice de guerre ? Oui il est vrai mais est ce normal que ... " je dégainais alors la lame Warfangienne du jeune soldat . "...je l'ai reçu volontairement d'un soldat Warfangien ?"
dis je sur une voix triste et en colère .

Déjà une partie de la foule semblait choqué alors qu'une autre partie souriait discrètement . Les engrenages s'encraient parfaitement les uns dans les autres , j'attendais maintenant la réaction du Second face à la situation .


Si tu es un dragon de couleur, et que tu me croises, c'est fini pour toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aedoth Thunderwall

avatar

Messages : 499
Date d'inscription : 12/05/2015
Age : 21

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Une guerre intérieure ? [Warfang]   Mar 17 Oct - 22:05



Une Guerre intérieure ?


Le ton que prenait la dragonne en face du Second ne plus guère à ce dernier. Il n’en laissa toutefois rien paraitre. Elle défendait son point de vue, certes, mais il y avait une sorte d’indolence qui faisait tiquer Aedoth. Il sentait quelque chose, une sorte de rancune. A vrai dire, si le Thunderwall s’écoutait, elle ne venait ici que pour provoquer et causer des ennuis, et les éléments suivants ne feraient qu’aller dans ce sens-là.

 
— Et auquel cas vous auriez gain de cause, rétorqua le Second dont ce genre de joute pouvait être son domaine, vous vous sentiriez plus intelligents en ne répondant pas à la provocation. La sagesse ne rend les imbéciles que plus sots encore. Comprenez-vous ?
 
La dragonne sans doute aller s’empresser de lui répondre, vu comment elle prenait la chose à cœur, mais elle n’eut même pas le temps d’expliquer le motif de sa venue ici. Une ombre planant au-dessus de la scène l’interrompit et la fit regarder en direction d’un dragon qui se posa non loin. Sa grande stature et ses écailles oranges ne laissèrent pas Aedoth très longtemps quant à l’identité du nouveau venu. Intérieurement, le Second soupira.
 
Le sous-capitaine de la Garde, Igniis. Lorsqu’Asdroth avait annoncé chercher d’autres gardes pour assurer sa protection, le dragon de feu était bien la dernière personne à laquelle il pensait. La dernière confrontation qu’il avait eue avec lui n’avait guère amélioré l’opinion qu’il pouvait en avoir. Bien au contraire, à vrai dire. Aedoth connaissait un peu son tempérament, et il craignait que sa présence ne fasse que davantage chauffer les plus téméraires. Cette troupe de dragons noirs, aux yeux du Second, ne venait clairement pas pour parler posément. Ils ne venaient jamais pour ça en groupe…
 
— Bien... Que se passe-t-il, ici ? S’enquit Igniis, j'ai entendu qu'il y avait une querelle car l'on a provoqué les gardes. Est-ce vrai ?
 
A cet instant, Aedoth eut bin envie de commander au dragon de la fermer, mais il ne le pouvait : donner un tel ordre dans ces circonstances ne ferait que montrer à ce groupe que la cohésion entre le Second et la Garde n’était pas « parfaite ». Pour peu qu’ils aillent rapporter cela à Cynder pour semer plus de doutes entre les clans, mieux valait éviter cela. Il se contenta de hocher légèrement la tête. Dans le fond, il approuvait un peu la question d’Igniis, bien que ce dernier la posât avec un ton trop menaçant au goût du Second.
 
La dragonne put tout de même continuer son exposé, et la situation devenait compliquée. Elle montra une blessure acquise soi-disant pendant la bataille (elle semblait en effet récente, cette cicatrice), mais le pire était qu’elle accusât un warfangien de lui avoir infligé cela, brandissant une épée utilisée par l’accusée. En regardant légèrement derrière le groupe, Aedoth remarqua que la foule n’avait fait que reculer. Certains spectateurs dévoraient le spectacle des yeux. Il reconnut des mines consternées, et d’autres satisfaites. Ah, elle devait être fière d’avoir réuni pareil public. Elle l’avait prévu, Aedoth en était sûre. Les soldats de l’Empire connaissaient le pacte unissant Warfang et le groupe de Cynder. Accuser Warfang de « trahison » au milieu d’une foule n’avait rien de diplomatique. Elle aurait dû en parler avec un comité plus restreint, et élu. En procédant ainsi, elle risquait d’entacher les relations entre les deux clans, et même pire, déclarer une émeute au sein de Warfang.
 
Au sein de sa ville chérie.  Certainement pas. Aedoth devait empêcher que tout ceci n’aille plus loin. Il prit un peu le temps de réfléchir, laissant possiblement Igniis dire quelqu’un chose avant qu’il n’intervienne.
 
—Je vous propose de parler de ceci dans mon bureau. Nous y serons plus commodément installés, et je serai davantage disposé à écouter votre histoire qui mérite développement. Bien sûr, je souhaite que tout le groupe me suive. Est-ce d’accord ?
 
Il allait les faire rentrer dans le temple, mais pas aller dans son véritable bureau. Non, il avait trop peur que ce groupe abime les meubles et détruisent même quelques papiers. Il connaissait un autre bureau tenu par quelques taupes, sans doute bien moins important que celui de Spyro. Et bien sûr, il ne pouvait pas laisser un seul dragon noir dehors avec une foule échauffée. Toutefois, il ne pouvait pas se laisser seule avec eux. S’ils cherchaient les ennuis, rien de tel que de s’en prendre au Second pour rompre un engagement.
 
— Igniis. Suivez-nous, vous serez mon témoin.
 
« Garde du corps » était le véritable terme, mais il ne voulait pas montrer aux autres qu’il avait peur de ce groupe. Il attendit les réponses des autres, prêt à partir dans le temple.




Que ma foudre éclaire les ténèbres !
Personnage complet:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Igniis

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 09/12/2015
Age : 17
Localisation : Je sais pas, je me suis encore paumé !

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Une guerre intérieure ? [Warfang]   Dim 22 Oct - 22:28

Celle qui parla me confirma qu'ils avaient provoqués les gardes car "ceux-là ne leur avait pas parlé gentiment". Je soupirai et pointai un regard vers les gardes qui semblèrent encore plus en colère par cela. Est-ce que cela était un mensonge ? Il allait falloir que j'en discute après...

Enfin bref ! Elle nous dit que, durant la bataille des Cieux Concordants, elle s'était reçue un coup par arme blanche volontairement par un soldat de Warfang. Mais le ton sur lequel elle prononça ses mots... on aurait dit qu'elle accusait Warfang entier d'avoir fomenté le coup. Déjà qu'ils ont énervé mes gars en les provocant, ils proféraient ce genre d'accusation ! Ah ! Qu'il étaient, pour moi, d'une connerie aussi monstrueuse que mon visage ! Et ce genre de bêtise ne pouvait être tolérée, pour moi ! Ainsi, je pris la parole, tandis qu'Aedoth baissait sa tête :

- Je suis vraiment désolé pour ce coup que vous avez reçu. Vous savez, les criminels, les fous et les cons sont partout, quel que soit l'endroit, le camp, le clan, et cætera, et cætera... Et la Garde ainsi que l'Armée Warfanguienne ne font aucunement exception. Malheureusement, ah ah, c'est se résoudre à une aussi immense bêtise que cet acte ou bien le racisme que d'accuser Warfang entier pour un coup reçu d'un seul dragon ! Vous n'aurez qu'à me le décrire, à moi ou à Aedoth Thunderwall ici présent, pour que l'agresseur soit puni.

Puis, ce fut au tour du Second de Warfang de parler :

- Je vous propose de parler de ceci dans mon bureau. Nous y serons plus commodément installés, et je serai davantage disposé à écouter votre histoire qui mérite développement. Bien sûr, je souhaite que tout le groupe me suive. Est-ce d’accord ? Igniis. Suivez-nous, vous serez mon témoin.

- Très bien, je vous suis, répondis-je avec un hochement de la tête avant de tourner cette dernière vers l'un de mes gars. Je pense que vous savez quoi faire.

Il me fit un silencieux hochement de la tête pour me dire qu'il avait compris l'ordre de ne pas faire entrée de personne dans l'enceinte qu'une seule fois que tout ceci soit fini, qu'une seule fois que ce problème ai trouvé sa solution.

- Bien. Je reviendrais tout à l'heure et vous me direz ce qu'il s'est passé.

Alors, je commençai à m'approcher d'Aedoth, attendant ce qu'allaient répondre le groupe perturbateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkgial

avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 13/04/2015
Localisation : Voyageant dans l'Empire

Sur le Clan
Faction : Empire Noir Empire Noir

MessageSujet: Re: Une guerre intérieure ? [Warfang]   Mar 5 Déc - 15:25

Je répondis au Second par rapport à ce qu'il m'avait dit précédemment :

"J'aurais pu ne pas répondre il est vrai mon cher ami , cependant je ne suis pas comme vous , c'est vrai qu'il est mieux de ne pas répondre aux personnes mais quand cela se passe constamment pour nous et que nous n'avons pas vécu dans la facilité comme vous , il est plus compliqué de garder son calme , surtout que si vous ne le savez pas j'ai attéris sur le continent par hasard en plein milieu de Warfang et en ayant rien fait , c'est votre garde et ces habitants qui m'avaient rejeter de cette soit disant belle ville . Et je vous rappelles également que la sagesse ne sert pas forcément sur un champ de bataille si on ne peut pas bouger ." dis je calmement en direction du Second .

J'écoutais alors Igniis qui expliquait que les fous existaient partout mais qu'il ne fallait pas accuser la ville entière pour un individu .

"Voyez vous Igniis..." dis je en m'approchant à moins d'un mètre de lui et sûre de moi . "Je n'ai qu'à regarder autour de moi pour facilement accuser plus de la moitié de cette ville . Et pour se qui est dû garde je peux vous assurer que vous ne le retrouverez pas car comme vous , je sais faire les sacrifices nécessaire pour sauver ma vie ."

Aedoth proposa alors de rentrer pour parler de notre histoire et qu'il soit accompagné d'Igniis . Cela n'avait aucun intérêt pour moi qu'il rentre . Je me retournais alors vers mes quatre accompagnateurs , après avoir parlé quelques minutes pour avoir tout les avis ,  je réussis à leur proposé une idée , qui , bien que cela les poussent à être retissent , ils finirent par tous accepter.  Je me tournais alors vers Aedoth :

"Bon , nous avons discuter de cela , et bien que le risque pour nous de rentrer la dedans et de ne pas en ressortir soit fort nous acceptons l'invitation . Car après tout , la confiance devrait régner alors nous devons tous faire un effort . "

Ainsi , sur ses calmes paroles , nous suivions le duo de dragon jusqu'à l'intérieur .


Si tu es un dragon de couleur, et que tu me croises, c'est fini pour toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aedoth Thunderwall

avatar

Messages : 499
Date d'inscription : 12/05/2015
Age : 21

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Une guerre intérieure ? [Warfang]   Sam 9 Déc - 13:51



Une Guerre intérieure ?


Aedoth ne répondit pas en écoutant les paroles que la dragonne lui adressait. Elle était douée pour lancer des piques, celle-là. Bien qu’il ne répondît pas, et que pendant qu’il marchait vers le temple il lui tournait le dos, ces paroles l’atteignirent tout de même. Mais point longtemps.

 
« Les choses changent. »
 
Par contre, il acquiesça en silence à ce qu’elle disait à propos d’Igniis. Elle savait faire des sacrifices… Comme lui. Pourtant, le Second comprit bien qu’elle avait tué le prétendu soldat qui avait tenté de l’attaquer. Il n’en fit aucune remarque. Peut-être Igniis se permettrait d’en faire une. Mais sur le champ de bataille, il y a des choses qu’on voit, et des choses qu’on ne voit pas. Alors qu’est-ce qu’avait vraiment vu cette dragonne noire… ? En tout cas, Aedoth était certain que ce sacrifice n’eusse été nécessaire, et peut-être même que sa vie valait plus que cette dragonne. Au moins lui risquait moins de sombrer aux ténèbres.

— Ne soyez pas ridicule, affirma le Second tandis qu’il ouvrit les portes du temple. Si vraiment je souhaitais vous réduire au silence, vos provocations auraient été un motif suffisant pour que je vous fasse enfermer dans les geôles. Quel que soit ce que vous pouvez penser, nous ne sommes pas ennemis. Je peux vous faire confiance.
 
Mais était-ce bien vrai ? Non, bien sûr que non. A vrai dire, il avait peur d’eux en cet instant présent. Heureusement, Igniis l’accompagnait. Clairement, une partie de ces ténèbres rongeant les dragons noirs les enveloppait. Quand est-ce que ces ténèbres resurgiraient ? Il devait les tenir à l’écart de la population pour éviter un désastre, et les raisonner le mieux possible.
 
Ils circulèrent le long d’un petit couloir du temple pour arriver au lobby qui ressemblait beaucoup à la salle circulaire du temple qui se trouvait dans les marais : cette salle avec une statue de Malefor au centre, qui était capable de rentrer dans le sol pour faire plus d’espace lors des réunions, banquets ou entrainements. Aedoth se demandait quand ils allaient changer cette statue. Elle représentait un ennemi de la paix, et aussi importante soit-elle pour les vestiges warfangien, elle n’avait rien de bon selon le Second.
 
Ils empruntèrent un second couloir, et Aedoth ouvrit une double porte. Il invita tous les dragons à y entrer, puis il ferma la porte derrière lui. Le bureau était carré, bien fermé entre quatre murs peints dans un vert impérial strié de petites traces de peinture blanches. La pièce était assez grande pour accueillir une dizaine de dragon, et au fond, devant une baie vitrée donnant sur une cour intérieure du temple se trouvait un bureau. Il s’agissait de l’ancien bureau d’un des intendants de la ville, qui avait déménagé depuis. Heureusement, il n’avait pas encore déménagé toutes ses affaires, et le bureau semblait encore utilisé, avec une lampe, une plume et un encrier posés dessus. Aedoth demanda à Igniis de se tenir à côté de lui. Le Second prit des coussins dans un coin de la pièce et les lança aux autres, puis il s’installa derrière le bureau.
 
— Asseyez-vous, intima-t-il. Désirez-vous boire quelque chose ?
 
Une fois les commandes prises, il les retint, et en attendant que quelqu’un vienne, il continua la conversation.
 
— Racontez-moi tout, dans les détails. Je me trouvais sur le même champ de bataille que vous. Il en va de même pour Igniis. Peut-être avons-nous vus quelque chose de semblable.
 
Il écouta attentivement les paroles que le groupe prononçaient.




Que ma foudre éclaire les ténèbres !
Personnage complet:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une guerre intérieure ? [Warfang]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une guerre intérieure ? [Warfang]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seule l'explosion intérieure permet de briller. // ft. Willow
» Qui vient troubler ma paix intérieure ? [Tissudouw ;D]
» You're such a backstabber | Calixte
» [FE] L'Aventure Intérieure - Evènement #64
» La Bête Intérieure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Spyro's Lair :: La Section RPG :: La Terre Sacrée :: Warfang-
Sauter vers: