AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un même destin... Pour deux [PV Aedoth Thunderwall]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lucas BlackWings

avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 30/05/2016
Age : 21

Sur le Clan
Faction :

MessageSujet: Un même destin... Pour deux [PV Aedoth Thunderwall]   Ven 19 Jan - 17:38

Lucas n'avais pas oublié que, officiellement, selon les yeux de Warfang... Son voyage à la Forêt d’Été, n'était qu'un "simple" voyage. Une sorte de vacances... Rien de plus. Cela avais duré un peu plus longtemps que prévu mais là n'était pas le problème. Eux le considéraient toujours comme loyal à leur clan, et l'attendaient de le voir reprendre du service en tant que garde. Il ne pouvais pas ignorer ça...

L'Orangé ne voulais plus de tout ça, mais il ne pouvais pas juste leur tourner le dos et les abandonner... Déjà parce que c'était lâche du fait que, peu importe ce qu'il pensait d'eux aujourd'hui, il leur devait quand même beaucoup... Et ensuite, il ne voulais pas se les mettre à dos. Il ne voulais surtout pas être considéré comme traître ou profiteur, et finir en ennemi [...] Avoir un maximum de relations tenait toujours de son objectif, parce que c'était selon lui la meilleure façon d'arriver à la paix et la sécurité. De même, il y avais encore certains là-bas à qui il pouvais faire confiance. En tout cas au moins un...

Lucas décida donc de reprendre la route et de refaire le voyage, direction la cité blanche. Avec pour objectif, mettre enfin un terme à ses engagements, tout en gardant de bonnes relations avec eux. Et pour ça il savais exactement qui il devais retourner voir. Celui qui se faisait appeler le Second. Aedoth Thunderwall [...]

Le voyage dura plusieurs jours, et comme à chaque fois il se refusait poses et repos, craignant de s'arrêter au beau milieu d'un territoire qu'il méconnaissais, celui de l'Empire des Ténèbres. N'ayant pas la moindre idée du danger qu'ils pourraient peut-être représenter. Alors pour lui, valait définitivement mieux l'épuisement que la prise de risque. C'est en arrivant enfin dans les Grandes Plaines qu'il se sut en sécurité, désormais sur le territoire du Clan du Dragon Sacré. Il se laissa écraser mollement dans les hautes herbes, à bout de forces. A cette heure-ci, le soleil était haut dans ce ciel clair d'un début d'après-midi, en ce beau printemps...

Rapidement une patrouille aérienne le repéra, et à voir la façon dont il s'était retrouvé au sol, après une glissade de quelques mètres et la façon dont il étais ramassé au sol l'alerte fut rapidement sonnée pour des raisons évidentes. Lucas, lui, s'était laissé emporter dans un sommeil profonds qu'il ne remarqua rien lorsqu'on le porta dans les airs, droit vers la ville. C'est aux urgences qu'un spécialiste l’ausculta, déclarant qu'il s'était simplement écroulé de fatigue. Après quelques heures de repos bien mérité on le laissa repartir aussi simplement; expliquer qu'il avais des affaires importantes à remonter "au Second" fut tout à fait suffisant pour les convaincre.

L'Orangé connaissait bien la ville maintenant, même s'il n'avais pas, et n'aurait probablement jamais l'habitude d'y circuler seul. Après ce qu'il y avais vécu il avais de bonnes raisons de ne plus se considérer en sécurité ici, mais il serait paranoïaque d'avoir peur de circuler dans les grands axes en pleine journée, sous la surveillance des diverses patrouilles ci-et-là. Il se rendit donc au Temple, où son grade de recrue de la garde lui permit de passer les contrôles. Après tout, d'ordinaire, on n'intégrais pas la garde si facilement, en faire partie était déjà une preuve d'un passé judiciaire très léger... Sans tarder, il alla donc demander un entretien privé avec Aedoth, sous le nom de Lucas Blackwings.

La demande fut enregistrée, et après consultation de l'emploi du temps du Second... On lui fixa l'horaire dans l'heure. Il en avais de la chance! Plus qu'à attendre maintenant [...] Quand le moment vint, il entra donc dans la pièce, reconnaissant immédiatement celui qui l'avais accueilli ici pour la première fois. Qu'il n'avais toujours pas revu depuis, d'ailleurs. Il inclina la tête par respect, avant d'ouvrir la parole. Contrairement à leur première rencontre, il était cette fois calme, et serein. Il savais qu'il n'avais aucune raison de se sentir stressé en face du Jaune:


"Bonjour... Vous devez vous souvenir de moi...? Tant de choses se sont passées depuis notre dernière rencontre et... J'ai beaucoup à vous dire. Et à demander [...]"

Lucas approcha du bureau pour venir se présenter en face, après invitation. Il y avais tellement à dire, et il savais à peine par quoi commencer... Finalement il décida de débuter par l'essentiel. Par la raison de sa venue ici:

"Je vais commencer par la raison de ma venue... Vous devez savoir que, sous l'autorité du document que vous m'aviez fourni, j'ai pu passer des tests pour entrer à la Garde de Warfang puis l'intégrer. Aussi que j'ai signé des engagements envers vous et votre Clan, pour ça [...] Je voudrais maintenant renoncer à mon poste, et mettre fin à mes engagements. La raison est que je voudrais partir, j'ai trouvé un Clan pour me tolérer et m'accepter, un clan en qui j'ai confiance. En qui j'ai des raisons d'avoir bien plus confiance qu'en le vôtre..."

L'Orangé parvint à adopter un comportement très professionnel dans son entretien, ce qui faisais violent contraste comparé à leur première rencontre. Témoin de son expérience et de sa maturité... Mais il adopta un ton légèrement sombre, lourd en sous-entendus. Il ne reprochais rien à Aedoth en lui-même, ou à ses pensées ou même à ses actions. En revanche, il reprochait beaucoup à son Clan... Et d'une manière générale, à cette ville même:

"La raison est que je ne suis pas chez-moi ici et je ne le serai jamais. Ici j'ai vu la pauvreté, la discrimination, la violence et la haine [...] Vous devez certainement savoir ce qui m'est arrivé le soir même de mon admission à la garde. Cela peut paraître utopiste de dire ça, mais j'ai trouvé un clan où vivre, où tout cela n'existe pas. Où tous sont égaux, et où je suis accepté pour ce que je suis... Et maintenant, je suis des leurs."





Lucas, L'Orangé a écrit:
Un jour je découvrirais la vérité sur ma famille...Et ma race.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aedoth Thunderwall

avatar

Messages : 509
Date d'inscription : 12/05/2015
Age : 21

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Un même destin... Pour deux [PV Aedoth Thunderwall]   Dim 21 Jan - 18:20



Un même destin... Pour deux


— Nous avons enfin reçu une importante cargaison d’aide médicinale, Second.

— C’est parfait. Gardez-en les trois quarts de côté pour une utilisation militaire.
— L’armée aura sûrement besoin de plus de métal.
— Dans ce cas, n’hésitez pas à rouvrir la vieille mine dans le quartier est de la ville. Sécurisez le périmètre comme il se doit.
— Les villageois tenant des fermes en dehors de la ville ont peur de ne pas être protégé, sire Thunderwall.
— Mais nous ne pouvons pas gagner un siège sans leur précieuse aide. Dîtes-leur que davantage de gardes seront envoyés pour sécuriser les alentours de Warfang. Rassurez-les en assurant que les tours de gardes préviendront si un ennemi devait arriver. Ils ne seront jamais pris de court.
— Messire, est-ce que le festival des bardes doit être annulé ?
— Non, certainement pas. Je ne considère pas cet évènement comme un gaspillage de ressource. Ce festival sera la source d’énergie de nos citoyens, car bientôt nous nous reposerons majoritairement sur la volonté et l’espoir.
 
Discuter de certaines closes, pour ensuite signer des ordres bien précis, les donner aux représentants principaux (directeurs d’hôpitaux, généraux, entrepreneurs, organisateurs), pour passer à un autre problème que Warfang avait. Hélas, beaucoup de ses problèmes avaient un lien plus ou moins direct avec la guerre maintenant bien ouverte pour la Terre du Dragon.
 
Aedoth était las. Il n’était pas dupe : être Second apportait son lot de labeur, de décisions, mais il avait compris que c’est ce qu’il appréciait : prendre des directives, et il savait qu’il pouvait être bénéfique pour Warfang. Après tout, il était jeune et riche, sortait de grandes études et avait à plusieurs reprises prouvée son intelligence et sa clarté d’esprit, d’autant plus qu’il avait depuis longtemps disposé à la réflexion sur la gestion en général. Non, ce qui l’embêtait réellement, c’était cette guerre. S’il n’était pas très expérimenté à cause de son jeune âge dans divers domaines, la guerre était celui qu’il redoutait le plus, et cette crainte ne s’était pas estompée avec sa première bataille, bien au contraire. Il faisait ce qu’il pouvait pour que jamais ce qui était arrivé aux Cieux Concordants ne se reproduise, mais le doute l’accablait sans cesse.
 
Aedoth avait demandé de cesser les entrevues pour quelques instants. Il s’affala dans le grand sofa qui se trouvait derrière le bureau du temple et souffla un bon coup. Rêvassant pendant une bonne dizaine de minutes, il se leva de nouveau et alla demander un thé noir. Avant que la boisson ne lui soit apportée, le Second ne fit rien d’exceptionnel. Méditant sur le sofa, replaçant parfois quelques mèches de sa fourrure qui retombait maintenant sur ses yeux azurés. Sa crinière avait beaucoup poussé au cours des derniers mois. Il serait sans doute temps qu’il aille se raccourcir un peu cette fourrure. Mais pas trop. Il aimait bien l’apparence que cela lui donnait : le grand Thunderwall ayant un petit côté marginal. Oui, cela lui allait bien. Après tout, il ne se considérait pas comme un sosie de la société. Même s’il en possédait les codes et les appliquait avec une grande ardeur, il n’était pas d’accord avec tout ce que la haute noblesse pouvait imposer à sa ville.
 
On frappa à la grande porte, et le Second permit d’entrer.
 
— Seigneur, le dragon Lucas Blackwings souhaite vous parler. Est-ce que je dois le laisser passer ?
 
Blackwings… Oui, il se souvenait bien de lui. Il s’agissait du dragon qui avait demandé de l’aide à Warfang pour le protéger. Ce dragon avait une magie que le Second avait rarement vue, et même jamais vue sous ces formes-ci. Aedoth se demandait comment il évoluait dans la cité. Les gardes qui étaient censés le surveiller avaient fournis un rapport pour dire qu’il avait quitté la ville pendant de longues périodes. Pour quelqu’un qui voulait une protection, il était plutôt… vagabond.
 
Et la minute se révéla être environ une demi-heure, le temps qu’Aedoth place sa fourrure au niveau du crâne un peu plus sur le côté, qu’il enfile une nouvelle cape (rouge-sang avec les armoiries de Warfang tissé dans des fils dorés) et qu’il termine de lire un rapport sur quelques cargaisons qui venaient d’arriver à Warfang (ce n’était pas son travail, mais il aimait s’assurer lui-même de certaines choses quand il en avait le temps). Losqu’il se sentit prêt, il permit au dragon d’entrer.
 
Aedoth se tenait derrière son bureau lorsque Lucas entra. Ses écailles orange, son corps assez maigre et petit d’adolescent. Il n’avait pas changé. Du moins en apparence. Ses yeux brillant d’une lueur orangée étaient les mêmes, mais il n’y avait plus cette crainte que le Second avait trouvé chez lui la première fois. Il était bien plus serein à présent. Cela fit sourire Aedoth. Cela signifiait qu’il se sentait sans doute moins perdu, qu’il avait pris quelques repères…
 
— Bonjour... Vous devez vous souvenir de moi...? Tant de choses se sont passées depuis notre dernière rencontre et... J'ai beaucoup à vous dire. Et à demander…
— Salutations à vous, Blackwings. Il est vrai que vous avez beaucoup d’explications à m’apporter. Est-ce que votre voyage s’est bien passé ? Vous savez, si vraiment vous souhaitez la sécurité, disparaître aussi longtemps n’est pas bien judicieux.
 
Il ne le quittait pas des yeux, plongeant son regard bleuté dans celui du jeune dragon. Il aimerait quelques réponses.
 
— Mais je vous écoute. Prenez place, et expliquez-moi la raison de votre venue. Je doute que ce soit par simple courtoisie.
 
Sa demande était simple, mais surprenait intérieurement le Second (il n’en laissa rien paraitre auprès du jeune dragon) : il souhaitait rompre le pacte qui les liait. Ne plus faire profiter Warfang des pouvoirs de réanimation que possédait Lucas, pour que celui-ci puisse aller librement rejoindre un autre groupe. Le Second sentait que, quel que soit ce groupe, le contact qu’il avait eu avec n’avait pas mis Warfang sous son meilleur jour. Le Second savait que la ville ne plaisait pas à tout le monde. A vrai dire, il avait une bonne idée de quel groupe Lucas avait trouvé… Mais ce qui le troublait davantage, c’était sûrement cette histoire d’intégration de la Garde. Aedoth avait beaucoup de questions à poser après la prise de parole du dragon orange. Il se concentra, et soupira même pour montrer que les propos n’étaient pas faciles à prendre pour le Second.
 
— Je tiens premièrement à vous informer que le seul engagement signé et écrit qui ait été fait ici concernait votre sécurité et un droit gratuit pour prétendre à n’importe quel habitat disponible. Jamais je n’ai fait mention dans ma lettre officielle de l’utilisation de vos pouvoirs en contrepartie. En vérité, je vous ai toujours laissé libre de vos choix, et c’est pourquoi je ne suis pas fâché de votre annonce. A vrai dire, vous vous justifiez plutôt bien. Cela fait peu de temps, mais vous avez muri.
 
Il se leva de son bureau et regarda un portrait du dragon violet, Spyro, accroché sur un des murs.
 
— Qui ne remarquerait pas les défauts de Warfang ? Vous les avez énoncés : pauvreté, racisme, et même corruption. Cette ville a perdu beaucoup de sa splendeur, et beaucoup la fuient pour ça. Beaucoup la craignent pour ça.
 
Un nouveau regard fut lancé en direction du dragon orange. Cette fois, le Second se déplaça, passant devant son bureau. Il s’assied non loin de Lucas.
 
— Mais fuir ou avoir peur de quelque chose ne le changera jamais. Rendre à Warfang la gloire qu’elle avait sous mes ancêtres : tel est mon devoir, et je m’y tiendrai. Votre avis me permet de comprendre que tout ne s’arrange pas encore, mais je vous promets que cela viendra. Je comprends donc votre choix de partir, mais êtes-vous bien certain que le refuge de l’Empire soit une meilleure promesse de sécurité et d’égalité ? Je ne jugerai pas la chose, car je ne m’y suis jamais rendu moi-même, mais leur instabilité les ont forcé à faire des choix, et tout ne plaira pas, j’en suis convaincu.
 
Il soutint le regard de Lucas. On pouvait sentir dans son expression toute l’ampleur, toute la tension de son discours. Il se it à bien articuler sa prochaine phrase.
 
— Réfléchissez bien avant de faire votre choix. Sachez aussi que, quel que soit l’endroit où vous vous abriterez, la guerre qui s’opère sur le continent prendra tout le monde tel un cyclone. Rien n’y échappera. Vous devrez vous battre. Pas pour Warfang, pas pour un quelconque clan, mais pour vous, et vous seul.
 
Il prit une pause pour retourner s’asseoir derrière son bureau. Il trouvait qu’il avait bien parlé, mais il restait encore une chose qu’il se devait d’élucider.
 
— Je n’ai pas été mis au courant de votre enrôlement au sein de la Garde. Je ne le comprends pas non plus. Pourquoi avoir rejoint la Garde ? Cela ne ferait que vous rendre plus facile à retrouver et à attaquer en vous mettant ainsi en avant. J’aimerais vraiment comprendre vos choix, jeune dragon.
 

Cela ne semblait pas être le premier choix qu’un nouvel arrivant en droit de demander de l’aide à n’importe qui ferait. Avait-il un sens du devoir dont le Second ignorait tout, et est-ce qu’un… Son sang se mit à bouillir à cette seule idée. Si jamais un Garde s’était mêlé de cela…




Que ma foudre éclaire les ténèbres !
Personnage complet:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucas BlackWings

avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 30/05/2016
Age : 21

Sur le Clan
Faction :

MessageSujet: Re: Un même destin... Pour deux [PV Aedoth Thunderwall]   Dim 21 Jan - 19:40

Lucas comprit assez rapidement qu'il s'était montré un peu brusque dans ses propos, ce qui n'était pas des plus sympathiques face à quelqu'un qui avais tout fait pour l'aider de manière générale. Heureusement Aedoth ne sembla pas s'en vexer, mais voulais bien évidemment en discuter un peu plus dans le détail. L'Orangé n'y vit aucun problème, au contraire, il était spécialement venu pour ça. S'il voulais juste partir et les oublier, en faisant l'ingrat d'une certaine manière, il aurait simplement adressé une lettre pour dire qu'il renonçais au poste qu'on lui avais accordé ainsi qu'à ses engagements... Et ne se serait même pas donné la peine de revenir:

"Désolé d'avoir à le dire comme ça, mais je ne me sens pas vraiment concerné par les problèmes et... Dérives, de cette ville. Puisque vous l'admettez vous-même, acceptez aussi que je n'ai aucun lien avec tout ça, et je n'ai aucune responsabilité d'aider à faire disparaître ça. J'ai appris que des Dragons vivant ici souhaitent ma mort sous seul principe que j'ai gagné vos faveurs, je pense pouvoir dire que c'est une raison suffisante pour partir. Surtout après ce-, ce qui m'est arrivé..."

Lucas avait de quoi justifier ses choix par la crainte et la méfiance, il n'avais pas encore expliqué ce qu'il avais vécu au sein de Warfang mais de tout évidence, le bilan était clairement négatif. Et lui qui était venu à la recherche d'une sorte de protection, apprendre qu'au sein même du Clan et de la ville d'autres lui voudraient du mal pour si peu... La raison pourrait paraître mince, notamment face à certains qui devaient vivre ici avec ça au quotidien, mais pour lui c'était suffisant. Suffisant pour admettre, qu'il n'avais tout simplement pas sa place ici:

"Oui, c'est vrai, j'ai dit que je partais en voyage, sans donner de durée ni de raison ou encore de lieu. J'ai volontairement fait en sorte qu'on ne puisse pas me trouver là-bas, d'ailleurs désolé de vous l'avouer, mais ce n'était qu'un prétexte. Je suis en réalité rejoindre une ancienne amie pour me rapprocher d'elle. C'est là-bas que j'ai découvert son clan et j'ai fini par choisir de les rejoindre [...] Je ne sais pas pourquoi vous avez pensé à l'"Empire", mais ce n'est pas ça. Au contraire j'ai tout fait pour éviter leurs terres, et n'ait encore jamais rencontré un des leurs. Un jour, peut-être..."

Lucas était donc en train de dire qu'il était parti rejoindre un clan qui n'était pas l'Empire? Quoi donc, dans ce cas? Le Clan du Chaos? Jamais de la vie... Et l'Arm-... Encore moins! Il prétendais donc avoir rejoint un groupe qui n'étais aucun des cinq grand clans, et disais ne pas vouloir dévoiler l'endroit où il s'était rendu. A ce moment là, on peut imaginer n'importe quoi... Du meilleur, comme un groupe de solitaires vivant en marge quelque part cachés... Ou du pire, comme quelque secte qui aurait réussi à manipuler son esprit encore jeune et influençable:

"Quant à la guerre dont vous parlez... Je tiens vraiment à ne pas y participer, et j'ai les moyens de garder mes distances, peu importe l'ampleur que cela prendra. Il existe une caverne cachée que seule mon amie connais, et elle est également la seule à pouvoir en ouvrir l'accès. D'ailleurs, s'il faut vraiment en arriver là, je pourrais aussi aller me cacher au Bosquet Epais [...] Celui qui osera m'y suivre, s'y perdra. Et il y a là-bas, quelqu'un de très puissant qui m'aidera. Je le sais parce que j'y suis déjà allé, et je l'ai déjà rencontré. Tout ça sans parler de mes propres pouvoirs... D'ailleurs, il va falloir qu'on en parle, si vous le voulez bien."

L'Orangé souffla quelques instants... Il n'était plus du tout habitué à parler autant et de cette façon à quelqu'un, se langage spécial, utilisé quand on a quelqu'un de respectable en face de soi. Ce langage politique. Lui qui avais pu profiter de sa complicité avec Blaze, ce n'était carrément pas la même chose... Il refusais donc de se battre, catégoriquement. Peu importe les avertissements, peu importe la réelle menace... Il ne comptait faire rien d'autre que fuir, lâchement. Cela se comprenais, lui qui avais passé sa vie à apprendre que fuir la violence était gage de survie, mais quand même... Il ne se rendait peut-être pas compte de la réelle menace qui pesait sur tous les clans. D'ailleurs... Étais-t-il ne serait-ce qu'au courant de ce qui se passais? Probablement pas:

"Je suis étonné de voir qu'on ne vous a pas tenu au courant, alors... Oui, j'ai postulé pour la garde. C'est un certain Igniis qui m'en a convaincu, il m'a dit que je serais nourri et logé pour mes services apportés au Clan et à la ville. Sachant que j'étais venu ici sans rien, je me suis dit que j'en avais besoin... Il a dit aussi que normalement je n'avais pas l'âge, mais que j'avais la chance d'avoir vos faveurs et donc pouvais quand même être prit. Alors j'ai passé des tests où on m'a forc-, demandé de me battre... C'était mal parti mais d'un coup je suis devenu beaucoup plus fort, jusqu'à l'impressionner. En tout cas c'est ce qu'il m'a dit; moi je ne me souviens que d'un trou noir dans ma mémoire. Un de plus..."

"Mais ce n'est pas le pire, de loin. En fait, après ça on m'a offert une chambre seule où passer la nuit, dans ce qui s'appelle être la caserne. Et c'est durant la nuit même qu'on m'a... Enlevé... Je crois que celui qui a fait ça était jaloux parce que j'avais été pris, mais c'était beaucoup plus que ça. Vous savez, c'est le genre de Dragons qui prends du plaisir à faire du mal aux autres. Ils étaient... Sept je crois. Encore une fois je ne me souviens plus vraiment de ce qui s'est passé, mais je crois bien avoir... Tué..."

H.RP:
 

Lucas tremblait un peu rien que d'en parler. Rien que d'y repenser... Se faire enlever, séquestrer, forcé à un interrogatoire bidon qui ne servit que de prétexte pour le frapper et enfin torturer. En tout cas c'est ce qu'il aurait subi, si cette force incroyable en lui ne s'était pas manifesté. D'ailleurs justement il voulais en parler de ça, et y vint donc:

"Je ne sais pas vraiment comment j'ai pu échapper à la mort ce soir là, je n'avais aucune chance. Mais à ce moment là j'avais déjà conscience qu'il y avais quelque chose... Quelque chose de très puissant, enfoui au fond de moi. Quelque chose qui m'avais déjà sauvé la vie par le passé, et... Je me souviens qu'à ce moment là, j'ai prié pour qu'il apparaisse. Ça peut paraître stupide dit comme ça, mais puisque j'ai encore un trou dans ma mémoire, je suis convaincu que c'est ce qui s'est passé, et c'est ce qui m'a permis de m'en sortir."

"C'est après ça que j'ai compris que je n'étais pas en sécurité ici, alors je suis parti "en voyage", le temps de me décider. Mais pour en reparler de cette "puissance", j'en ai appris un peu plus depuis et on m'a dit que c'était peut-être une sorte de... Possession. Quelqu'un qui vivrais réellement en moi. Quelqu'un qui, lui, sais se battre et qui est prêt à tout pour me venir en aide quand j'en ai besoin. C'est ce que mon amie a découverte. Elle a appris aussi que ça pouvais se manifester pendant la nuit, quand je dors. Je n'en sais pas plus... Mais j'aimerais bien. Peut-être que vous... Vous en saurez un peu plus?"

Il ne savais toujours pas quoi concrètement penser de ça, alternant entre mépris pour cette chose qui serait capable de le contrôler à souhait, balayant de sa mémoire tout évènement pendant que cela arrive, et reconnaissance pour le fait de lui devoir la vie à déjà plusieurs fois. Alors avant de chercher définitivement à s'en débarrasser ou pas, il voulais surtout en apprendre d'avantage. Et d'une certaine manière, il espérais que Aedoth, qui en savais bien plus que lui sur le monde, pourrais l'y aider [...]





Lucas, L'Orangé a écrit:
Un jour je découvrirais la vérité sur ma famille...Et ma race.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aedoth Thunderwall

avatar

Messages : 509
Date d'inscription : 12/05/2015
Age : 21

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Un même destin... Pour deux [PV Aedoth Thunderwall]   Lun 29 Jan - 14:35



Un même destin... Pour deux


Aedoth entendait et pouvait comprendre le point de vue du dragon qu’il avait en face. Il ne pouvait rien faire pour changer cela, alors il n’allait pas s’embarrasser du fardeau d’apporter quelque chose de nouveau à la ville. Non, seuls ceux ayant du pouvoir pouvaient y faire quelque chose. Seul Spyro, lui et les Gardiens pouvaient avoir un impact direct sur la population, et le dragon de foudre était prêt à porter ce fardeau avec le héros. Jamais il n’avait été question de changer cette ville en utilisant les citoyens, ce n’était pas concevable.

 
— Comme je vous l’ai dit, je n’ai aucune autorité sur vous, et ce serait bien mauvais que j’en ai. Si vraiment vus pensez que Warfang n’est pas sûre pour vous, je le comprends. Vous n’avez pas non plus à être impliqué dans un combat qui n’est le vôtre.
 
Le dragon orange continua sur son voyage, avouant qu’il avait fait ça dans le but de rejoindre une amie qu’il semblait s’être fait avant de venir ici, à Warfang. Ce n’était pas de l’Empire dont il parlait. Aedoth avait jugé un peu trop vite. Mais de quel clan parlait-il alors ? Il ne viendrait pas avec une telle naïveté parler de la nouvellement formée Horde des Enfer. Non, il devait y avoir un autre groupe dont le Second ne devait pas avoir connaissance. La chose était intéressante. Il supposait que ce groupe était neuf, ou qu’il n’avait pas assez d’influence pour être encore sur toutes les lèvres. Il s’agissait sans doute plus d’un groupuscule que d’un véritable clan. Le Thunderwall devait faire attention, puisque Lucas n’employait pas les mots avec autant de clarté que lui ne le faisait. Ce n’était pas son vocabulaire, alors il devait déchiffrer ce que lui disait l’orangé. Ce dernier avoua avoir évité l’Empire. Ne savait-il pas que Warfang était alliée à eux ? Peu importait, ce n’était pas ce détail qu’il devait faire revenir sur la table. Pas tout de suite, du moins. Il comprenait mieux son choix. Un petit groupe permettait plus de discrétion, et moins de risque d’inégalités. C’était un réflexe intelligent. Moins il y avait de monde, plus il se sentait en sécurité, mais tout de même…
 
— Je comprends vos décisions, et j’espère que vous êtes certain de ce que vous faites. Je ne poserai aucune question sur ce clan, car je me doute que vous ne me révéleriez rien. Vous tenez au secret pour ne pas être retrouvé. L’information est fragile à manipuler, et une personne de plus qui sait est un danger de plus que le verre se brise. Gardez donc votre secret. Toutefois, j’aimerais que vous m’accordiez une faveur. Quel est le nom de cette amie ?
 
Et là fut le moment qui irrita légèrement le Second. Il ne tenait vraiment pas à participer à la guerre qui se préparait. Il parlait de caverne cachée, de son bosquet épais, comme de lieux qui magiquement cacherait sa présence au monde. Sûrement y emmènerait-il son amie. Il sembait vraiment prêt à tout pour fuir. Intérieurement, Aedoth condamna une telle couardise. Lui aussi l'était (l’avait été), mais au moins il essayait de se battre.  Lucas ne comprenait pas les enjeux de cette guerre.
 
— Lucas. Ce n’est pas une guerre entre deux armées qui combattent pour gagner plus des terres, ou un simple combat pour la légitimité d’un royaume. Si l’armée contrôlée par ce Damné sort victorieux, vous n’aurez plus aucun endroit où vous cachez. Il a déjà conquis un continent avant celui-ci. J’ai eu assez de témoignages pour en avoir des frissons.
 
Il se rappelait des propos qu’avait tenus Drago.
 
— La flore meurt à petit feu là où le Damné passe. Ses armées détruisent tout ce qui s’apparente à la vie. Les rivières se dessécheront, les près ne seront plus que des terrains de poussière, les arbres ne pousseront plus jamais, les oiseaux jamais ne viendront chanter. Plus de vie. Voilà ce qui attend le continent si nous perdons. Vous pouvez fuir autant que vous le voudrez, jeune dragon, mais il vous trouvera quoi que vous fassiez, parce qu’il ne s’arrêtera jamais. Il prendra la vie des êtres auxquels vous tenez si vous ne faites que fuir. Allez-vous laisser vos compagnons mourir en fuyant comme des lâches ?
 
Il avait prononcé ces mots avec une voix basse, mais emplit d’une fatalité qui lui donna lui-même quelques frissons. Il ne pouvait pas vivre dans un tel monde, c’était impossible… Alors, lui, se battrait pour jamais que les paroles qu’il vînt de prononcer ne se réalisât.
 
Il parla enfin de l’histoire qu’il avait eue avec la Garde, et tandis qu’il lui expliquait tout, l’animosité du Second s’intensifia. Frénétiquement, il se dirigea vers une armoire dans laquelle des dossiers étaient entreposés et fouilla à l’intérieur, écoutant les paroles de Lucas avec une attention redoublée. Igniis qui faisait encore des siennes…  Pourquoi Aedoth en était encore étonné ? Il pouvait être un très bon guerrier, il était tout de même un véritable abruti. Pourquoi avait-il besoin de se mêler d’affaires qui ne le regardaient pas ? S’il ne le montrait qu’à peine, la manière que le Second avait de tourner les pages de ses dossiers montraient assez bien l’énervement qui le prenait.
 
Il trouva une preuve de sa négligence. Dans les listes des derniers mois apparaissait en effet le nom de Lucas Blackwings. Il y avait tellement de recrues nouvelles à cause de la guerre qu’Aedoth ne l’avait même pas remarqué. Par contre, nulle trace d’un cas d’enlèvement. Il n’était pas improbable que certains aient choisi l’affaire. S’il y avait une chose que le Second détestait par-dessus tout, c’était d’être laissé dans l’ombre alors qu’il n’avait aucune raison de l’être. Il ferma le dossier qu’il consultait et souffla bruyamment de ses nasaux. De la fumée aurait pu en sortir tant il était vert de rage.
 
— Qu’ils soient morts ou non, cette affaire ne sera pas sans conséquences. Je suis véritablement désolé de cette histoire. Ma proposition était censée vous garder en sûreté, vous aider… Mais par la faute d’Igniis, elle n’a fait que vous mettre davantage en danger, et vous a même donné une visibilité dont vous n’aviez clairement pas besoin. Je réfléchis encore à son sort, mais croyez-moi que j’adopterai les sanctions nécessaires à son encontre. Je m’excuse à nouveau et comprends davantage que vous souhaitiez vous en aller. Je ferais pareil à votre place.
 
Et enfin, Lucas aborda une autre raison de sa présence ici : il cherchait des informations sur une sorte d’autre personnalité qui serait capable de surgir dans les moments de détresse. Aedoth se souvint de ce maigre fragment, ce mince espace de temps durant lequel quelque chose semblait avoir en effet changé chez lui. Sa couleur d’yeux, mais aussi son comportement. Etant donné qu’il n’arrêtait pas d’en parler, il devait en effet y avoir quelque chose qui se produisait. Le Second réfléchissait.
 
— La nuit, ou lors d’une situation particulièrement dangereuse. Pour ma part, j’ai aussi l’impression que la chose peut se produire lorsque vous êtes sous l’influence de la colère. Peut-être même la peur. Connaissez-vus les berserker ? Beaucoup de récits sont faits sur ces personnages. Il s’agirait de dragons qui, sous l’influence du sang et de la rage d’un combat, deviendraient une autre personne, plus agressive, violente, sans merci. Ils oublient la douleur pour ne se concentrer que sur le combat. Je ne dis pas que vous êtes de ces gens-là, mais plutôt que ceux qui vous arrive est plausible, et pourrait être du même acabit. Le lien que je peux faire, c’est que cette « possession », comme vous l’appelez, semble arriver quand vous perdez de vue votre propre conscience, comme quand vous vous endormez, ou qu’une émotion est trop forte pour vous. Les contes parlent de personnages vivant à l’intérieur de l’esprit d’un autre, mais jamais de telles choses ont été avérées dans la réalité. Je ne pense donc pas vraiment que quelqu’un est dans votre tête, mais peut-être que vous avez une spécificité psychologique. Votre inconscient fait ce que vous ne pouvez pas faire. Cela me paraît être plus plausible.
 
Aedoth était un esprit cartésien. Il avait du mal à croire aux choses qu’il n’avait jamais vu auparavant, et se permettait facilement de dire qu’il y a une raison très rationnelle. Il savait bien entendu que la magie existait, il se reprit. Si c’était un envoûtement, pourquoi le faire à des moments si précis. Non, ce ne pouvait provenir que de lui-même.
 
— On vous a peut-être jeté un sort qui change votre comportement lorsque vous êtes submergé par l’émotion. Peut-être votre père a-t-il fait ceci avant de disparaître, pour vous protéger ? Il vous aurait transmis indirectement une partie de son savoir qui se réveillerait quand vous en avez besoin. Mais la charge du sort est trop grande et épuise votre conscience, et c’est pourquoi vous oubliez tout !
 

Il était satisfait. Cette théorie pouvait avoir du sens après tout. Si c’était juste, alors le Second comprenait pas mal de choses. Il attendait de voir la réaction de Lucas.




Que ma foudre éclaire les ténèbres !
Personnage complet:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucas BlackWings

avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 30/05/2016
Age : 21

Sur le Clan
Faction :

MessageSujet: Re: Un même destin... Pour deux [PV Aedoth Thunderwall]   Jeu 1 Fév - 22:37

Lucas fut satisfait d'entendre qu'Aedoth insistait sur le fait qu'il n'avais aucune autorité sur lui. En voilà une bonne nouvelle car même si cela coulait de source, il était clair qu'Igniis n'aurait probablement pas aussi facilement... Lâché prise. Il expliqua comprendre Lucas, sa situation et ses volontés. Ce discours qui pouvait paraître "bateau" pour certains, lui l'appréciait beaucoup. Il voyais là comme un signe de confiance et d'honnêteté, et cela l'aida aussi à mieux se mettre en confiance. De toute façon, désormais, le Jaune était bien le seul habitant de la cité en qui il pouvais se permettre d'accorder sa confiance [...]

L'Orangé grimaça un peu quand Aedoth vint lui demander le nom de son "Amie"... Pas par dérangement, juste gêné, timide. Va savoir pourquoi... Il accepta de s'expliquer mais eut besoin d'un peu de temps, regardant ailleurs au passage:


"Et bien, heu... C'est plus qu'une amie, vous comprenez? Et, heu, elle s'appelle, Blaze..."

Il rougit, le sous-entendu involontaire était déjà bien trop explicite. Il n'avais encore rien déclaré à la Dragonne mais cela ne tarderait probablement pas... Bref. Il secoua la tête pour se remettre les idées en place et penser à nouveau au présent. La suite de l'entretien fut déjà moins agréable: Aedoth n'appréciais visiblement pas le fait qu'il préfère se cacher plutôt que ce battre. C'était prévisible d'un certain côté, mais il ne comptais clairement pas se laisser remettre son choix en question. Le Jaune lui expliqua à quel point c'était important de participer à cette guerre, pour tous. Que de toute façon, nul n'échapperait à l'armée de ce "Damné"... Mais pour lui, cela ne changeait rien.

Lucas souffla, cherchant intérieurement à se contrôler. Il ne souhaitait pas que cette conversation tourne au vinaigre. Il voulait qu'ils continuent à s'entendre, peu importe s'ils n'étaient pas d'accord sur certaines choses. Par respect oui, par reconnaissance, un peu, mais surtout parce qu'il avais besoin de lui. Il avais encore quelque chose à lui demander, après ça:


"Ne le prenez pas mal, mais... Vous croyez sérieusement que moi, si je viens risquer ma vie dans ce combat, cela changera quoi que ce soit? Vous me demandez ça à moi, alors que je n'ai normalement même pas l'âge d'être dans la garde, et donc de me battre? Moi, qui n'ait jamais appris à tuer?" Il baissa le ton. Encore une fois il ne voulais pas de querelle, mais tenais clairement à lui faire comprendre: "...Non. Je suis désolé, mais je refuse, c'est tout. Si vous voudrez vraiment que je me rende utile en temps voulu, vous me demanderez de venir en aide aux blessés, pas de me battre. Et a ce moment là, je... Heu... J'y réfléchirai..."

L'Orangé souffla, il regretta un peu d'avoir levé ainsi le ton mais estima ne pas avoir eu le choix. Dès lors il se calma... C'est alors qu'il observa Aedoth adopter une toute autre stratégie d'argumentation, jouant sur les sentiments cette fois. Cela ne rata pas... Il se sentit rapidement très touché par ses mots. C'était vrai, il ne pouvais pas ignorer ça. En l'espace d'un instant il regretta peut-être d'être si jeune, si faible, si insignifiant. Il prit quelques secondes pour réfléchir à sa réponse avant de se prononcer; il regrettait d'avance ses paroles, mais préféra encore une fois se montrer honnête:

"S'il le faut je me battrai... Pour elle... Pour son clan. Je serai prêt à tout pour la protéger et je le sais. Mais je ne ferai pas ça pour vous... Je ne ferai pas ça pour cette ville. J'en suis désolé [...]"

Il baissa à nouveau la tête. Ses paroles crues pouvaient facilement être interprétées à mal, très mal. On pouvais en déduire qu'il jugeait que la vie des habitants de Warfang ne méritait pas d'être défendue. C'était odieux... Mais bien entendu c'était faux. Il voulais juste dire, maladroitement, qu'il ne risquerait sa vie que pour protéger celle de Blaze. Qu'elle comptait à ses yeux bien plus que le reste de monde [...] Il se recula. Mieux valait changer de sujet maintenant, et la raison était déjà toute trouvée pour lui, car vint le moment où il expliqua pourquoi il se sentait aussi mal ici. Ce qui s'était passé avec la garde, et son histoire d'enlèvement [...]

La réaction fut immédiate: Aedoth n'apprécia pas du tout, mais alors vraiment pas le récit. Visiblement, il éprouvais de la colère contre Igniis, ce qui octroya plus de crédibilité à Lucas dans son propos. Celui-ci alla chercher dans son armoire, sûrement pour vérifier quelque chose. C'était impressionnant de voir à quel point le Jaune savait se contrôler, il devait être fou de rage et pourtant ne montrait pratiquement rien! L'Orangé le laissa s'affairer en silence, satisfait de voir que cela ne restera pas sans suites. Rassuré d'entendre que cela "ne restera pas impuni".

Le Second eut là la dernière pièce du puzzle... Il comprit définitivement la situation, le sentiment pressant que ressentait Lucas de simplement... Partir. Plus profond que de ne pas se sentir en sécurité ici, il avais tout simplement peur pour sa vie après ça [...] M'enfin, c'était fait maintenant. Sa décision était prise et ne changerait pas. Il était juste satisfait de voir que son interlocuteur avais enfin compris la raison qui l'avais poussé à ça [...] Il était temps maintenant pour lui de parler de la seconde raison de sa présence. Celle qui l'intéressait le plus: Sa "possession".

Aedoth donna une réponse claire à ce sujet: Il était cartésien. Ce n'est pas qu'il ne voulais pas y croire, c'est qu'il y voulais une réponse rationnelle. Il commença alors à énoncer des hypothèses allant dans ce sens, telle qu'une personnalité violente réprimée qui pourrait prendrait le dessus lors d'un grand danger, ou un sorte d'inconscient qu'on pouvais comparer à l'instinct de survie, existant pour lui rendre la vie plus facile en cas de crise quelconque. Il ne pensais pas sérieusement à une réelle "possession", donc... Lucas et bien, ne pouvais qu'accepter les arguments comme recevables, mais sans plus.

Il ne savais toujours pas malheureusement, et imaginer des choses possibles n'allait pas l'aider à savoir. Non... Il voulais quelque chose de tangible, une preuve quelconque... Il voulais savoir! C'est alors que le Jaune mentionna son père. Il se remémora la scène de sa jeune enfance, où... Il se figea net. Son cerveau avais fait "tilt", un "eurêka" comme certains disent. Quelque chose qu'il n'avais jamais remarqué auparavant! Certain de sa découverte il s'empressa alors de s'expliquer:


"Attendez une seconde... Je crois que...! Le jour où le Dragon Noir est venu assassiner ma sœur et, et a tenté de me tuer aussi... Je ne me souviens pas de ce qui sais passé au moment là. Mais je me souviens de ce qui s'est passé après! Mes parents m'ont ramenés chez-nous pour me soigner, je me souviens... Mère était, était hor-rifiée. Mais Père, lui... Je... J'en suis sûr maintenant. Il était, il était... Satisfait... Il m'a félicité d'avoir su si bien me défendre et, il m'a dit que j'étais prêt [...] Maintenant que j'y pense. Si ce que j'ai réussi à faire ne l'a pas choqué, c'est qu'il savais que j'en étais capable! Il savais..."

Lucas ne pouvais pas s'empêcher de bégayer bêtement tellement il était excité de la nouvelle. Cela changeait tout! Cela voulais bien dire que ses parents, s'ils n'avaient pas faits ça, au moins savaient comment s'était venu, et ne s'y étaient pas opposés! La conclusion qui suivit fut extrêmement évidente. Il souffla le temps de se calmer avant de poursuivre:

"Si lui était content de moi, c'est que non seulement il savais ce que j'avais, mais qu'en plus il était d'accord avec ça. Cela veut dire que quoique cela puisse être... Si père y fait confiance, je dois y faire confiance. Je dois... Ne plus en avoir peur..."

L'Orangé secoua vivement la tête, il s'agissait de ce concentrer maintenant. Il était heureux de savoir qu'il n'avais plus à craindre... Mais n'empêche qu'il voulais toujours savoir de quoi il s'agissait! Si c'était vraiment dans sa tête... Ou alors quelque chose qu'on avais fait sur lui... Ou alors carrément une réelle possession, même si sur le coup, désormais, il en doutait beaucoup plus. Mais comment faire? Cette... Présence, ne se manifestait pas sur demande, de ce qu'il avais remarqué jusqu'ici. Il fallait qu'il se retrouve face à un grand danger... Ou alors juste, qu'il dorme? Il soupira. Et bien, puisqu'il le fallait... Cela n'allait pas être facile à demander:

"Et si... Et si cette heu, personnalité on va dire, se manifeste à nouveau? Vous pourriez je sais pas, communiquer avec... Et venir m'en reparler après? Je [...] Désolé de vous demander ça mais, si je pouvais passer la nuit près de vous... C'est que, Blaze m'a vraiment confirmé que c'est quand je dors que cela a le plus de chances d'apparaître, alors..."





Lucas, L'Orangé a écrit:
Un jour je découvrirais la vérité sur ma famille...Et ma race.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aedoth Thunderwall

avatar

Messages : 509
Date d'inscription : 12/05/2015
Age : 21

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Un même destin... Pour deux [PV Aedoth Thunderwall]   Dim 4 Fév - 22:59



Un même destin... Pour deux


Aedoth fut satisfait d’au moins pouvoir connaître le nom de cette « amie ». Sans doute que cela semblait être des informations superflues, mais selon le Second de la grande et prestigieuse cité de Warfang, aucune information n’était superflue. Tout se gardait, se croisait, s’examinait, et menait à quelque chose. Il gardait ce nom dans sa mémoire, prêt à s’en souvenir si jamais, par un heureux hasard, il venait à tomber sur un groupe qui avouerait avoir parmi ses membres une certaine Blaze. Peut-être même rencontrerait-il cette fameuse dragonne en personne. Après tout, le champ des possibles était si vaste, et le monde, lui, si petit. Il ne fit qu’hocher la tête en guise de réponse et écouta le reste de ses déclarations qui se relevaient bien plus pertinentes en l’instant.

Lucas restait sur ses positions : mais parlait d’un aspect que le Second n’avait pas évoqué. Lui parlait de se battre pour Warfang, quand le Second parlait de se battre tout court, de participer plus ou moins directement à cette guerre. Clairement, ce qui semblait le déranger, ce fut que le Second l’oblige à rester ici et se battre pour une cause qui l’effleurait à peine. Le Second garda un instant les yeux fermés.

— Je ne parle pas de combattre pour Warfang. Je parle de combattre pour vous-même. Que vous le vouliez ou non, vous serez obligé de vous défendre, vous et vos proches, contre cette menace qu’est le Damné, car lui n’épargnera personne. Je ne peux vous garantir la sécurité nulle part. C’est pourquoi j’espère sincèrement que vous faites le bon choix.

Au moins avait-il réussi à toucher un point sensible. Il avoua qu’il était prêt à se battre si ceux à qui il tenait venaient à être mis en danger. C’était ce que le Second souhaitait entendre. Au moins gardait-il cette éventualité dans la tête à présent. Il lui sourit un peu, mais le sujet de cette sorte de seconde personnalité lui retira rapidement son rictus satisfait pour un visage plus inexpressif, ou plutôt songeur.

Une petite anecdote dont venait de se souvenir Lucas permit à ce dernier de le rassurer un peu. Aedoth, quant à lui, y voyait un peu plus clair avec ces précisions (si on pouvait véritablement qualifier ces vagues éléments de « précisions »). Il était possible que ce soit son père qui soit la cause de tout ceci. Il devait beaucoup tenir à Lucas, pour protéger sa rare couleur, et aussi son fils. Cela avait du sens. Mais pourquoi un enchantement pareil ? Cela lui semblait quand même étrange.

Lucas proposa au Second de tenter de rencontrer cette personnalité seconde. Il semblait vraiment tenir à avoir plus d’informations encore, et Aedoth ne pouvait qu’acquiescer avec lui. En tant que dragon curieux et dévoué à la plus large connaissance, comprendre ce qui troublait ce jeune dragon lui semblait important pour en tirer de probables enseignements. En demandant de rester près de lui pendant la nuit, Aedoth songea bien évidemment à la demeure Thunderwall. Mais l’idée fut brièvement écartée. S’il avait très envie de rentrer et de pouvoir faire ce qu’il souhaitait dans ce terrain connu qu’était son manoir, il n’avait en revanche pas très envie de partager son manoir avec Lucas. Il considérait que ce n’était pas n’importe qui qui pouvait avoir accès à son manoir, sa demeure, qui était un peu comme sa personne matérialisé sous un chef-d’œuvre architectural. Il était prêt à sacrifier une nuit à veiller un moment plutôt que de montrer sa maison à Lucas. D’un sourire complice,

— Vous pouvez rester au temple cette nuit. J’espère qu’un amoncellement de coussins sera à votre suffisance, je ne peux guère vous offrir bien plus. Vous pourrez vous reposer à l’arrière de la pièce pendant que je veillerait sur vous. Qu’en dîtes-vous ?




Que ma foudre éclaire les ténèbres !
Personnage complet:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucas BlackWings

avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 30/05/2016
Age : 21

Sur le Clan
Faction :

MessageSujet: Re: Un même destin... Pour deux [PV Aedoth Thunderwall]   Sam 10 Fév - 17:06

Lucas n'eut rien d'autre à ajouter pour cette fois; au moins, Aedoth sembla apprécier son idée au vu du sourire esquissé, et n'eut pas de mal à accepter. Lui allais donc passer la nuit ici, en attendant de... Que quelque chose se passe? Le Jaune lui montra de quoi il parlais, il y avais une sorte de coin de repos juste quelques mètres derrière les bureaux en fait, avec un canapé en "L" autour d'une table, et autour des deux autres bords de celle-ci quatre coussins à même le sol pour s'y asseoir.

C'était un peu gênant pour l'Orangé de se retrouver aussi proche de l'autre Dragon, mais il allais devoir s'en contenter. La dernière fois qu'il s'était laissé passer la nuit avec un autre qu'il connaissait peu? Heu... Oui, la fois où il s'était aventuré au Bosquet Epais avec Tristan! Mais bon là, c'était complètement différent... Il se laissa quand même rassuré par la présence d'Aedoth, il n'aurait probablement pas pu fermer l’œil dans d'autres conditions. Pas dans cette ville en tout cas... Cela semblait stupide d'en devenir paranoïaque, mais son vécu le justifiait malheureusement:


"...Là, derrière? Heu, d'accord..."

Le jeune Drake passa donc derrière le bureau d'Aedoth pour aller s'installer sur le-dit canapé, après avoir récupéré les coussins au sol, à côté. Au moins le meuble était assez long et large pour qu'il puisse s'allonger dans la longueur, bien entendu sur le ventre. Il veilla à replier au maximum ses ailes le temps de se mettre à l'aise avant de pouvoir les relâcher, sans risquer de se coincer l'aile droite entre son flanc droit et le dos du canapé. Il pouvais voir Aedoth de dos d'ici, à quelques mètres sur sa gauche. En face des bibliothèques couvrant la majeure partie de la surface du mur, et un peu plus à gauche une fenêtre vers le centre de la pièce, donnant à l'extérieur.

Ne sachant quoi dire, il se contenta de montrer sa reconnaissance pour le confort:


"Merci... C'est largement assez pour moi qui ait prit l'habitude d'une roche lissée et de peaux de bêtes pour dormir."

Sans le vouloir, les évènements de la journée lui permirent d'arriver ici en début de soirée. Et qu'au vu du peu de repos qu'il s'était permis d'avoir aux urgences il y a quelques heures -puis-qu’ayant justement vu l'heure passer eut peur de demander un rendez-vous trop tard et qu'on lui refuse, disant de revenir au lendemain-, la fatigue ne tarda pas à venir [...] Le temps passa et il se détendit peu à peu, se laissant oublier sa gênante situation. Après une bonne heure, il se laissa enfin emporter...

[...]

La nuit était déjà bien avancée maintenant. Par chance on pouvais parfaitement admirer les deux lunes cette nuit là, quasiment aucun nuage ne vint gâcher le spectacle. Le reflet de leur lumière vint traverser la fenêtre, aidant légèrement à éclairer la pièce, bien que cela ne soit pas nécessaire au vu du chandelier suspendu au plafond. Lucas ne se dérangeait pas de la lumière, il avais l'habitude de dormir près d'un feu lorsqu'à l'extérieur pour ne pas souffrir du froids.

L'Orangé ouvrit alors les yeux, lentement. Immobile, il tourna légèrement la tête pour poser son regard Aedoth, de dos, en silence. Comme s'il attendais, ou réfléchissais à quoi faire... Ses yeux étaient d'un rouge vif, si intense que scintillants dans l’obscurité. Comme la première fois [...] Au bout d'un moment il se redressa pour regarder autour, prenant conscience de son environnement. Il sourit, s'imaginant faire une petite "blague" qui l'amusais d'avance... Il se mit en position assise en veillant au silence, levant les yeux vers le haut. Fixant la seule source de lumière de la pièce, suspendue au plafond...

Il savais faire beaucoup de choses en ce qui concerne la manipulation de son élément, le Feu. Il leva une patte en tendant le bras en direction de la chandelle... Et ferma le poing d'un coup, comme s'il avais cherché à attraper quelque chose. La conséquence fut immédiate, puisque la lumière s'éteignit brutalement; il resta là immobile désormais plongé dans un noir quasi complet où seuls ses yeux se voyaient, pour voir comment Aedoth allait réagir, et d'une certaine façon l'interpeller. Après avoir attendu une bonne minute il exécuta la mouvement inverse, ramenant la flamme et donc la lumière dans la pièce.

L'Orangé tourna la tête vers son interlocuteur en rabaissant sa patte, souriant d'un air étrange, satisfait. Après un moment à le toiser il ouvrit enfin la parole, d'un air neutre presque pesant. Au ton de sa voix on devinais qu'il montrait un minimum de respect envers Aedoth au vu du rôle hiérarchique qu'il occupait dans son clan, mais d'un autre côté il sembla en attendre tout autant:


"Bonsoir, Thunderwall. Je me souviens de vous... Vous faites partie des rares en qui Blackwings a accordé sa confiance, alors je vais en faire de même. Vous devez avoir des questions à me poser, et moi j'ai un service à vous demander. Ce sera donnant-donnant [...]"

Le vouvoiement représentait bien le respect dont il faisait preuve, malgré cet ait un peu audacieux dans sa voix et ses paroles. Il fit le choix de considérer Aedoth comme un égal à lui, d'une certaine façon. Ce qu'il n'avais encore jamais fait auparavant envers un autre Dragon... A nuancer tout de même, puisque ceux qui l'avaient rencontré se comptaient sur les doigts d'une patte. Quoiqu'il en soit, il comptait clairement miser sur cette relation de confiance entre eux. Il passa un temps à justifier sa simple existence:

"J'en sais autant sur vous que Blackwings lui-même, alors laissez-moi me présenter. Je n'ai pas de nom ou d'âge à donner... Blaze a décidé de m'appeler "entité", mais ce n'est pas des plus agréables. Je... Je viens d'un endroit qu'on appelle le Bosquet Épais, d'une certaine manière. Là-bas, autrefois, une violente guerre a éclaté. J'y étais, et mon rôle était d'empêcher l'ennemi d'utiliser la puissance magique que nous y cachions. La suite vous l'imaginez bien, nous avons échoué; sinon, le Bosquet n'aurait pas été un endroit de non-vie depuis..."

"La suite est moins aisée à expliquer, pire encore à admettre... J'ai été capturé par l'ennemi; ils m'ont torturé, puis maudit. Ils ont interdit l'accès à mon âme à l'autre monde, tant que je vivrais dans mon corps. Alors après ma mort physique, je m'y suis retrouvé piégé pour l'éternité... En tout cas, c'est ce qui aurait dû ce passer. Jusqu'à-ce que la père de Blackwings me trouve [...] Ses pouvoirs combinés aux miens, j'ai pu m'extraire de ma "prison", mais sans corps physique j'étais malgré tout voué à disparaître."

"J'ai alors passé un serment avec lui... Il m'a permis de vivre dans le corps de son fils, et en échange, je devais le protéger de toute menace. Préserver sa lignée de ceux qui veulent la détruire... Blackwings, n'a jamais su tout ça, je m'en suis assuré. Les deux seuls qui savent m'ont juré sur leur vie de ne pas révéler mon existence. Mais aujourd'hui je l'estime prêt à savoir... Prêt à connaître toute la vérité. Et vous allez m'aider à lui apprendre de la manière la moins bouleversante possible [...]"

L'Orangé n'aimait pas demander des services gratuitement, sans retour. Il avais déjà réfléchi à ça, et se tenait prêt à passer un nouveau marché avec Aedoth lui-même. Il n'avais pas grand chose à dire pour mettre en avant à quel point il pourrait s'avérer utile de l'avoir comme allié... Bien entendu, Lucas aura son mot à dire. Lui avais encore tant à expliquer, et le Jaune probablement encore tant de questions à poser, mais la conversation pouvait maintenant se poser sur cette bonne base:

"Qu'est-ce que vous aurez à gagner dans tout ça, en dehors de la satisfaction de lui être venu en aide une nouvelle fois? Réfléchissez. Je suis certain que vous avez une petite idée de l'étendue de mes pouvoirs, sans vouloir m'en vanter. Je suis également allié aux derniers gardiens du Bosquet Épais, car oui, il en reste encore... Même après tout ce temps. Leur puissance équivaut à la mienne, et ils ne resteront pas indifférents à la nouvelle de votre guerre menaçant également leur territoire [...]"

Le Dragon était fier de ce qu'il était, de ce qu'il était devenu et de quoi il était capable. Éduqué d'un enseignement probablement perdu au fil des siècles, son arrogance n'en fut pas vantarde, car peu aujourd'hui pourraient le surpasser en combat égal... Il en était convaincu.





Lucas, L'Orangé a écrit:
Un jour je découvrirais la vérité sur ma famille...Et ma race.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aedoth Thunderwall

avatar

Messages : 509
Date d'inscription : 12/05/2015
Age : 21

Sur le Clan
Faction : Alliance Du Sacré Alliance Du Sacré

MessageSujet: Re: Un même destin... Pour deux [PV Aedoth Thunderwall]   Lun 12 Fév - 1:16







Un même destin... Pour deux



Il semblait surpris de la vitesse à laquelle le Second avait trouvé un endroit pour le faire dormir. Peut-être trouvait-il ça soudain, ou que l’endroit dans lequel il avait décidé de lui faire passer la nuit était quelque peu… étrange. C’est en tout cas ce que son ton semblait exprimer. En tous les cas, il fit confiance au Second et alla s’installer sur le canapé. Pendant ce temps, le Second sortit d’un de ses tiroirs quelques rapports de la Garde. Il avait pris un peu de retard sur ceux-ci et allaient profiter d’une longue nuit à veiller pour faire son devoir.

 
Le dragon orange remercia le Second, qui se tourna légèrement pour que Lucas puisse au moins voir un de ses yeux bleus. Il ne lui répondit que par un léger sourire qui s’effaça lorsqu’il se concentra de nouveau sur ses rapports. Ces derniers parlaient de choses horriblement banales. Mais cela rassurait Aedoth. Enfin y avait-il quelques jours sans que des meurtres ou des actes terroristes ne soient perpétrés. De petits vols stoppés, du tapage nocturne causé par des habitants ayant un peu trop bus, quelques invectives contre les Gardes… Pour le coup, c’était ce dernier sujet qui était le plus préoccupant, puisqu’il faisait l’objet d’environ 5 rapports.
 
Tout ceci accapara toute la concentration du Second, qui en oublia même la raison principale qui faisait qu’il se tenait assis devant son bureau à une heure si tardive. Comme pour le rappeler à la raison principal de sa présence en ces lieux, tout devint noir. Aedoth perdit toute trace de lettres marquées à l’encre sur le parchemin blanc. Nerveusement, il se leva avec une brusquerie manifeste et fit volte-face, de la foudre se promenant à présent tout le long de son corps, éclairant à un mètre autour de lui. Il se figea en croisant son regard avec celui d’un être plongé dans le noir, dont seule cette miroiterie de l’âme s’affichait, incarné par une vive lueur rouge qui repoussait les vastes ténèbres. Le cœur du Second se mit à battre soudainement plus fort et plus vite. Il eut un court instant l’impression d’être enfermé dans le noir avec un monstre qui le toisait. Pourtant, sa raison reprit le dessus, et il se mit en position de défense, la gueule à moitié ouverte, quelques éclairs dépassant de sa mâchoire, se préparant à cracher des éclairs pour se défendre si cela était nécessaire. Il avait peur en cet instant, et pourtant il fit de son mieux pour garder une voix plane, expressive, mais sans bégaiement, sans souffle chevrotant.
 
— Identifiez-vous immédiatement, sinon je n’hésiterai pas à me battre. Je suis le successeur du Gardien de la Foudre, ma puissance est avérée au sein de Warfang. Êtes-vous un allié, ou un ennemi ?
 
Puis la lumière revint après de trop longues secondes. Aedoth arrêta la foudre qui parcourait son corps et gardait la gueule fermée, ne souhaitant pas montrer ses crocs. Il gardait l’expression la plus sereine à un moment où il ne l’était pas. Il reconnut Lucas, mais il ne semblait en avoir plus que l’apparence. Ses yeux rouges le trahissaient déjà, mais sa maîtrise du feu semblait pointue, peut-être trop pour un simple dragon ayant appris à vivre par lui-même depuis son jeune âge. Cela n’avait pas échappé au Second et déjà il analysait ses prochains mouvements si tout devait mal tourner. Les dragons de feux pouvaient être redoutables, souvent capable d’une grande couverture d’attaque, d’autant plus que le feu était capable de vite jouer sur la vigueur, comme la foudre pouvait le faire en paralysant. Chaque flamme qui léchait le corps de la cible était déjà une petite avancée vers la victoire. Aedoth avait déjà combattu face à des manipulateurs du feu, et les combats étaient souvent bien plus complexes qu’un simple échange d’attaques. Il n’y avait pas d’eau dans la pièce, et donc peu d’opportunité de jouer sur de potentiels faiblesse élémentaires.
 
Ce qui trahissait aussi un changement dans sa personne, c’était bien la manière qu’il avait de s’exprimer. Il était soudainement très éloquent. Beaucoup trop éloquent selon les standards du Second. Une nouvelle assurance émergeait de chacun de ses mots. Il n’arrivait pas à l’expliquer, mais malgré ses paroles qui n’étaient pas hostiles, le Second se sentait en danger. Pas de mort, non, un danger plus vicieux que celui-ci. Aedoth n’appréciait pas beaucoup ce dragon, pour d’étranges raisons qu’il n’arrivait même pas lui-même à bien saisir. Pourtant, il était si bien éduqué qu’aucune émotion ne transpira de son visage, ou plutôt de son masque émotionnel. Au contraire, il écouta l’orangé avec une attention manifeste, son visage gardant un sérieux qui donnait l’impression qu’il assistait à une grande cérémonie, sans jamais sourciller. Et pendant ce temps, tout ce faisait dans sa tête, invisible à tous.
 
Il ne s’embêta pas de beaucoup de formalités et expliqua directement qui il était, d’où il venait, et ce qu’il s’était passé pour que l’esprit de ce vétéran d’une guerre qui avait eue lieu il y a plusieurs siècles de cela se retrouve dans le corps d’un jeune dragon orange. Aedoth croyait à cette histoire. Après tout, il n’avait pas trop le choix : la preuve était vivante, parlait, et se trouvait juste devant sa personne. Ce sur quoi il pouvait douter, c’étaient les intentions de cette « entité », et ce qu’il prévoyait exactement. Il demandait à Aedoth de tout expliquer à Lucas. Il semblait juger qu’il serait capable de bien le dire. Comme s’il voulait assurer que le Second transmette toutes les informations, il voulut conclure une sorte de marché : son aide dans la guerre contre un exposé à Lucas de ce qui lui arrivait quand il était absent.
 
Il avait l’impression que la même scène qu’il avait eu lors de sa rencontre avec Lucas se reproduisait, à l’exception que la personne était plus assurée, prise d’une confiance qui irritait légèrement le Second. Il soupira et s’assied.
 
— Votre histoire mériterait de figurer sur un livre. Il s’agit donc bien de magie. On dirait un art non loin de la nécromancie, mais le père de Lucas semble avoir trouvé un bon protecteur. Le feu n’est pas mon élément, mais je vois bien que vous êtes un utilisateur adepte de celui-ci. Si vous avez participé à la guerre, je ne serais même pas étonné que vous fussiez haut dans la hiérarchie de votre camp. Au moins un puissant guerrier, et peut-être un commandant ou un général. Vous prétendez ne pas avoir de nom ou d’âge à donner. Est-ce parce que vous avez oublié, ou parce que vous souhaitez me le cacher ? Les noms venant d’un temps si lointain ne veulent plus rien dire aujourd’hui. Peut-être l’aurais-je lu sur un livre, mais pour être honnête, si grand mon savoir puisse-t-il être, rares sont les livres qui remontent jusqu’à une guerre ou le Bosquet semblait encore habité. Laissez-moi vous nommer Magnus. Cela sera plus simple pour moi, si votre nom reste inconnu. Il s’agit d’un mot d’une langue perdue, qui signifie « Grand ». J’espère qu’il sera à votre convenance.
 
Il semblait prétentieux, alors autant le brosser dans le sens du poil… Ou de l’écaille. Toujours était-il qu’un peu de flatterie ne pouvait pas faire trop de mal.
 
— Vous proposez votre soutien, mais vous savez que Lucas s’oppose à offrir de l’aide à ma cité. Je peux comprendre sa décision, elle a ses raisons, si égoïstes soient-elles. Vous êtes puissant, certes, mais votre aide n’est qu’une option. Jamais je ne vous obligerai à joindre les forces. Jamais je ne l’y obligerai. Vous n’êtes pas le seul puissant.
 
Il esquissa un sourire.
 
— D’autres êtres de chair et de sang vous ont sûrement dépassé, et d’autres continuent de progresser, et vous dépasseront peut-être un jour. Certains n’aspirent qu’à cela.
 
Ces « autres » qui continuent de progresser, Aedoth faisait référence à lui-même. Sans doute que son interlocuteur ne comprendrait pas, mais cela lui permettait doucement de faire redescendre ce dragon sur terre. Il n’appréciait pas la manière dont il se mettait en scène, comme s’il était omnipotent. Il passa sur ce point en posant une dernière question.
 

— Vous avez votre volonté propre. Vous protégez Lucas, mais cela ne s’arrête pas là, n’est-ce pas ? Avez-vous d’autres ambitions ? D’autres projets ? N’existez-vous vraiment que pour obéir aux paroles d’un dragon ?
Code by  ©Aedoth Thunderwall


Que ma foudre éclaire les ténèbres !
Personnage complet:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucas BlackWings

avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 30/05/2016
Age : 21

Sur le Clan
Faction :

MessageSujet: Re: Un même destin... Pour deux [PV Aedoth Thunderwall]   Hier à 13:40

L'Orangé écouta attentivement son interlocuteur, attentif à chacun de ses gestes, de ses nuances de ton, cherchant à décrypter ses pensées. Il voulais savoir précisément comment Aedoth considérais Lucas, car il s'agissait d'une relation plus professionnelle qu'amicale, cela signifierait qu'il ne se préoccupe de lui en majeure partie que par simple intérêt. Il voulais s'assurer de cela [...] Le Jaune aborda une question de hiérarchie au sein de l'ancien groupe dont il prétendais faire partie. Plus d'explications s'avérèrent donc nécessaires:

"Je fais partie d'un groupe de mages bien particulier, nous figurions parmi la liste des plus puissants de notre temps. En dehors de nos apprentis et de notre maître à tous, nous étions tous égaux. Chacun spécialisé dans son élément, chacun enseigné aux arts de la guerre. C'est pour cette raison qu'il nous fut assigné la tâche de garder en sécurité cette source de magie, loin de ceux qui auraient voulu s'en servir pour assouvir le monde connu à leur volonté [...] Heureusement -enfin, si on peut dire ça ainsi-, l'histoire a décidé que les stupides ennemis s'en étant emparés en firent usage sans savoir la contrôler aussitôt qu'ils mirent leurs sales pattes dessus, déclenchant une explosion dans la forêt à laquelle nul ne put survivre..."

Aedoth lui demanda alors pourquoi il n'avais ni nom ni âge à donner, plutôt logique, car aucun Dragon ne vit sans nom ni âge. Ou peut-être, dans le premier cas, des orphelins de naissances... Ce qui s'avère extrêmement rare, entre autres à cause de leur faible chance de survie. Il émit deux hypothèses, l'oubli, et le secret. Visiblement, il avais vu juste:

"Comment vous dire ça... Quand on se retrouve si longtemps dans une situation comme celle que j'ai vécu, la première chose que l'on perds est la conscience du temps. Vient ensuite l'identité, alors oui, malheureusement, je n'en ai plus souvenir..."

Il avais radicalement changé de ton pour dire ça, en effet le nom et l'âge signifiaient beaucoup pour lui. Il aggrava la situation en disant "identité" ce qui bien entendu était faux, mais montrais bien qu'il reliait ça à l'être, et que le perdre était comme perdre une partie de soi. Il en avais assez honte...

Le Jaune lui proposa alors un nouveau nom, Magnus. Il retrouva rapidement le sourire, visiblement satisfait:


"Hum... C'est très aimable de votre part, et je vous en remercie. Mais je crois que ce serait préférable de simplement m'appeler Lucas... Un nom par défaut, pour une nouvelle identité que je n'ai pas pu choisir."

Aedoth lui expliqua en quoi il ne valais pas mieux que l'Orangé cherche à venir en aide à son clan, d'abord parce qu'il avoua estimer pouvoir se passer de lui, mais surtout parce que Lucas ne le voulais pas. Il rétorqua, argumentant à sa façon:

"Je ne me refuse jamais une occasion pouvant s'avérer utile, cela ne veut pas dire que je les accepte toutes sans réfléchir. Je suis parfaitement au courant que Blackwings ne souhaite pas mettre à votre disposition ses pouvoirs, et au vu de ce qu'il a vécu dans cette ville c'est on ne peut plus compréhensible. Je ne fais que garder ouvertes des possibilités, il y a bien un moyen pour que je vous rende la pareille après le service que vous allez me fournir. Mais je peux vous assurer que ce sera bien à lui d'en donner le fin mot..."

L'Orangé expliquait par là qu'il voulait se montrer ouvert au maximum d'opportunités, c'était sa vision de voir les choses, alors pourquoi pas? Il insista sur le fait qu'à la fin ce sera malgré tout à Lucas de décider de quoi faire ou ne pas faire... En tout cas il sembla s'y engager. Il prit note sur la réflexion d'Aedoth sur le débat de puissance:

"Je suis parfaitement conscient de mes capacités, de celles de Blackwings et je peux vous assurer que nous avons tous les deux les moyens de nous faire remarquer. Sinon, après tout, nous ne serions pas là à tenir cette conversation, puisqu'il n'aurait jamais intégré la garde, puisqu'il n'aurait jamais gagné vos faveurs en vous montrant un aperçu de ses pouvoirs [...] Mais vous avez raison sur un point: J'ignore ce dont les puissants de ce nouveau monde sont capables, alors je vais tâcher de me montrer attentif. J'ai déjà pu observer au combat une créature de cristal se cachant sous l'apparence d'un Dragon Noir, et je ne peux qu'admettre que sa force physique était impressionnante..."

Aedoth termina sur un dernier point qui n'en fut pas des moindres, puisque questionnant ses ambitions et volontés personnelles, en dehors de ses engagements. L'Orangé ne put qu'en sourire, se souvenant avoir déjà tenu cette conversation:

"C'est très simple, je vais vous redire ce que j'ai déjà dit au premier à m'avoir directement rencontré...: J'ignore la valeur que vous apportez au serment, mais de mon temps, la parole avais plus d'importance que la vie elle-même, et je compte continuer à vivre ainsi. Même si cela incombe de me plier aux choix d'un jeune Drake qui a encore beaucoup à apprendre... Je suis fier de tenir mes engagements, et d'affirmer que nul autre au monde ne pourra me forcer à aller à l'encontre de ma volonté [...] Bien entendu je préfèrerais comme tous une liberté totale, où je serai maître de mon propre corps, mais c'est déjà infiniment plus enviable que l'autre destin qui m'étais réservé, n'est-ce pas?

Je pourrais aussi m'approprier du corps de Blackwings, prendre définitivement sa place et le détruire... Comme lui pourrais tenter d'en faire de même, me forçant à faire un choix radical. C'est pour cette raison que je lui ait caché la vérité tout ce temps, parce que s'il venais à essayer, je... Je préfèrerais me laisser disparaître, plutôt que faillir à mon serment. Sauf que je veux vivre [...]"

Il baissa les yeux. L'Orangé montra là un sentiment bien différent de ce qu'il avais laissé voir jusqu'à présent... La peur. Tout s’expliquait désormais. Il préférais cacher à Lucas la vérité, menacer de mort ceux qui viendraient à le savoir jusqu'à sa propre compagne -ce qu'il n'a pas avoué ici-, et il ne faisait aucun doute qu'il était prêt à mettre ses menaces à exécution et tuer de sang froids s'il le fallait, tout ça pour deux choses, les deux qui font loi sur son existence désormais.

S'il éliminait Lucas de l'intérieur, il faillira à son serment, et se laissera mourir dans la honte. Mais si Lucas se mets à le détruire, cela voudra aussi dire qu'il a échoué, car il ne pourra plus dès lors le protéger de ceux qui veulent mettre fin à sa lignée. Pour sa vie, et pour sa parole [...]





Lucas, L'Orangé a écrit:
Un jour je découvrirais la vérité sur ma famille...Et ma race.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un même destin... Pour deux [PV Aedoth Thunderwall]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un même destin... Pour deux [PV Aedoth Thunderwall]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une table pour...deux? [Libre]
» Une pizza pour deux ? [Mickaël]
» Petit cuvier pour deux - Cuvier "est"
» Un casse pour deux [PV Ishii]
» Un compte pour deux persos ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Spyro's Lair :: La Section RPG :: La Terre Sacrée :: Warfang-
Sauter vers: